La Vallée de la peur

Publié le par Raoul Walsh

La Vallée de la peur (Pursued) est un western américain réalisé par Raoul Walsh en 1947. Au Nouveau-Mexique, au début du XXe siècle. Après l'assassinat de son père, le jeune Jeb Rand est recueilli par Medora Callum. Le garçon est élevé aux côtés de Thorley et d'Adam, comme s'il était lui-même le fils de Medora, et cela malgré la franche animosité d'Adam à son égard. Les années ont passé, et Jeb se souvient. Epris de Thorley, il lui a avoué son amour, avant de partir faire la guerre contre les Espagnols. A son retour, une violente altercation l'oppose à Adam, qu'il tue peu après dans une embuscade. Ayant fini par épouser Thorley, Jeb attend de pied ferme un groupe de cavaliers menés par Grant Callum, venus pour le lyncher...

La Vallée de la peur de Raoul Walsh
La Vallée de la peur de Raoul Walsh

La Vallée de la peur de Raoul Walsh

Fiche technique

  • Titre original : Pursued
  • Titre français : La Vallée de la peur
  • Réalisation : Raoul Walsh
  • Scénario : Niven Busch
  • Direction artistique : Ted Smith
  • Décors : Jack McConaghy
  • Costumes : Leah Rhodes
  • Photographie : James Wong Howe
  • Son : Francis J. Scheid
  • Musique : Max Steiner
  • Montage : Christian Nyby
  • Producteur : Milton Sperling
  • Société de production : United States Pictures
  • Société de distribution : Warner Bros. Pictures
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : noir et blanc – 35 mm – 1,37:1 – mono (RCA Sound System)
  • Genre : western, film noir
  • Durée : 101 minutes
  • Date de sortie : États-Unis : 2 mars 1947, France : 13 octobre 1948

Distribution

Critique lors de la sortie en salle le 08/04/2017 Par Aurélien Ferenczi

Genre : western Psychanalytique.

Au Nouveau-Mexique, la jeune Thorley retrouve Jeb, l'homme qu'elle aime, qu'elle a épousé et qu'elle a pourtant voulu tuer... Car Jeb, toujours en fuite, est hanté par la disparition de sa propre famille, décimée par l'oncle de Thorley.

« C'était presque une histoire de fantômes », dira Raoul Walsh. La Vallée de la peur est l'un des premiers westerns à inclure clairement des éléments liés à la tragédie antique et à la psychanalyse. La haine entre les deux clans Callum et Rand évoque les luttes de la Grèce mythologique, tandis que l'imbroglio familial mêle étrangement le sexe, l'amour et la mort... Le bruit obsédant des éperons du tueur, qui habite à jamais les rêves de Jeb (magnifique Robert Mitchum), est l'une des grandes trouvailles du film. Un western pas comme les autres. — Aurélien Ferenczi

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article