Académie pontificale ecclésiastique

Publié le par Roger Cousin

Merry del Val RafaelL’Académie pontificale ecclésiastique, anciennement connue comme l’Académie des nobles ecclésiastiques, est une institution fondée par Clément XI en 1701 ayant pour but de former le corps diplomatique du Saint-Siège. Depuis le 13 octobre 2007, l'Académie est présidée par Mgr Beniamino Stella. Fondée par l'abbé Pierre Garagna en 1701, sur la recommandation de Sebastian Valfrè à Turin) avec le nom d' Académie des Nobles Ecclésiastiques', l'Académie était à l'origine dédiée à la formation des greffons diplomatiques des clercs de familles nobles.

Depuis 1706, l'Académie s'installe Piazza della Minerva à Rome, son domicile encore à ce jour. Réformée par Pie VI en 1775, Léon XII en 1829 et Léon XIII en 1879, l'Académie est placée depuis 1937 sous la protection du cardinal secrétaire d'État et dirigée par un archevêque nommé directement par le pape. Suite à une réforme en 1850, l'Académie devient l'institution spécialement dédiée à la préparation du clergé de la diplomatie pontificale.

L'Académie pontificale ecclésiastique est une institution de l'Église catholique qui dépend de la Secrétairerie d'Etat du Vatican. Elle est sous la haute direction du cardinal secrétaire d'Étatpro tempore(aujourd'hui le cardinal Tarcisio Bertone). L'Académie est régie par son président, choisi et nommé par le pontife romain, avec l'aide de la secrétaire d'Etat. Le président est toujours un nonce du pape, ou un prêtre avec un degré d' archevêque et ayant déjà acquis de une certaine expérience diplomatique sur le terrain.

Le Président est chargé de recruter chaque année une douzaine de prêtres pour les former, après avoir les avoir soumis aux examens d'entrée, à la mission diplomatique du Saint-Siège. Il est chargé de suivre le parcours de chacun des étudiants et de veiller à l'organisation de leurs cours en interne. Par ailleurs, le président gère le personnel religieux présent dans la maison, religieux et laïcs. Aujourd'hui, l'institution est présidée par Beniamino Stella.

Les élèves sont sélectionnés parmi le clergé diocésain, suite non pas à une candidature, mais à un signalement, généralement par leur évêque, lequel doit en tout état de cause approuver l'admission. Ils doivent être déjà prêtres et titulaires au moins d'une licence en droit canonique ou en théologie. En outre, ils doivent maîtriser au moins deux langues étrangères et avoir moins de 35 ans.Les étudiants suivent une double formation. Ils suivent d'abord des études universitaires menées dans les divers universités pontificales de Rome, jusqu'au terme de leur thèse, généralement à la faculté de droit canonique.

Deuxièmement, ils suivent un cours de formation «interne» auquel seuls sont admis les élèves que de l'Académie. Le cours interne dure deux ans et se termine par un examen au Secrétariat d'Etat, qui délivre le certificat correspondant. Le cours porte sur l'acquisition par les candidats du contenu des affaires ecclésiastiques dans le champ diplomatique, y compris: l'histoire de la diplomatie, le style diplomatique, les langues étrangères (anglais et espagnol).

Actuellement, l'Académie connaît une situation qui n'est pas particulièrement facile pour différentes raisons :

  • Le manque de présentation des candidats par les évêques affecte son bon fonctionnement. La crise récente et prolongée des vocations a considérablement affaibli la présentation des candidats par les évêques, alors que cette tâche est jugée nécessaire et de grand prestige. Souvent, les candidats, fournis à titre volontaire par les évêques, sont de moindre compétence.
  • La limite d'âge est aussi vue comme trop restrictive au détriment des universitaires. Le développement académique et professionnel des prêtres avant leur entrée au séminaire aboutit à leur moyenne d'âge plus élevé qu'auparavant. Le maintien de la limite de 35 ans comme condition d'accès à l'Académie pontificale ecclésiastique, bloque de nombreux éventuels prêtres candidats plus ayant pourtant des qualifications académiques ou professionnelles pertinentes, notamment dans les domaines politiques et juridiques.


L'Académie a fourni cinq papes à l'Église catholique :

  • Clément XIII (promotion 1714) ;
  • Léon XII (promotion 1783) ;
  • Léon XIII (promotion 1832) ;
  • Benoît XV (promotion 1879) ;
  • Paul VI (promotion 1921).


Elle a également formé bon nombre de grands noms de la Curie romaine, comme :

  • Ercole Consalvi, secrétaire d'État de Pie VII (promotion 1776) ;
  • Mariano Rampolla del Tindaro, secrétaire d'État de Léon XIII (promotion 1867) ;
  • Rafael Merry del Val, secrétaire d'État de Pie X (promotion 1885), qui en a été aussi le directeur ;
  • Luigi Maglione, secrétaire d'État de Pie XII (promotion 1905) ;
  • Giovanni Benelli, sous-secrétaire d'État de Paul VI (promotion 1943) ;
  • Agostino Casaroli, secrétaire d'État de Jean-Paul II (promotion 1937) ;
  • Angelo Sodano, secrétaire d'État de Jean Paul II et Benoît XVI (promotion 1959).
  • Mgr Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les Etats au sein de la Secrétairerie d'État


Cependant, l'Académie ne détient pas le monopole des fonctions diplomatiques pontificales.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article