Einstein Carl

Publié le par Roger Cousin

Einstein CarlCarl Einstein, ou Karl Einstein, né le 26 avril 1885 dans une famille juive à Neuwied et mort le 3 juillet 1940 à la frontière franco-espagnole, est un historien de l'art et écrivain allemand appartenant au courant de l'expressionnisme. Ami de George Grosz, Georges Braque et Picasso, sympathisant communiste et militant anarchiste, Carl Einstein a mêlé dans ses écrits des considérations à la fois esthétiques et politiques, s'intéressant tant au développement de l'art moderne qu'à la situation politique de l'Europe.

De fait, il a traversé les guerres et révolutions qui ont secoué l'Europe dans la première moitié du XXe siècle : sensible aux implications sociales et politiques qui en découlèrent, il s'impliqua activement dans le Conseil révolutionnaire des soldats à Bruxelles et, dans une moindre mesure, dans la révolte spartakiste à Berlin, ainsi que, plus tard, dans la colonne Durruti de combattants anarchistes engagés dans la guerre d'Espagne. Einstein, du fait de sa confession juive, fut en outre directement concerné par la violente vague d'antisémitisme qui balaya l'Europe tout au long de son existence.

Carl Einstein fut en son temps un auteur et critique d'art connu, notamment avec son premier roman, Bébuquin ou les dilettantes du miracle, paru en 1912, son ouvrage La Sculpture nègre, paru en 1915, qui fit de lui le véritable découvreur de l'art africain en Europe et lui valut une invitation à enseigner au Bauhaus, qu'il déclina, ou sa célèbre pièce de théâtre Die Schlimme Botschaft, en 1921. Einstein collabora en outre à nombre de revues et de projets collectifs, parmi lesquels la revue Die Aktion de Franz Pfemfert et la célèbre revue Documents : Doctrines, Archéologie, Beaux-arts, Ethnographie, en collaboration avec Georges Bataille.

À la suite d'une campagne de diffamation menée par des extrémistes de droite contre sa pièce Die Schlimme Botschaft, qui le fit condamner pour blasphème en 1922, Einstein quitta volontairement l'Allemagne (alors sous le régime de la république de Weimar) pour s'installer principalement en France, faisant toutefois des incursions régulières dans son pays, jusqu'à l'arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, qui marqua son exil définitif. Proche de Jean Renoir, il co-écrit avec lui en 1935 le film Toni. De 1936 à 1938, Einstein s'engagea comme combattant dans la guerre d'Espagne, au sein des milices ouvrières de la centrale anarcho-syndicaliste CNT (il fera l'éloge funèbre de Durruti, lors de ses obsèques à Barcelone, en 1936), après quoi il retourna en France où il fut arrêté et emprisonné au printemps 1940 près de Bordeaux, en même temps que d'autres émigrés allemands.

Il fut finalement libéré en juin 1940 suite au chaos qui régnait en France face à la rapidité de l'invasion allemande. Pris au piège à la frontière franco-espagnole, il se suicida le 3 juillet 1940 pour échapper aux persécutions nazies, en se jetant du pont surplombant le Gave de Pau, à la hauteur du sanctuaire de Betharram après qu'il eut été recueilli quelques jours auparavant par les moines. Il est enterré dans le vieux cimetière situé au pied de l'église de Boeil-Bezing, village entre Lestelle-Betharram et Pau.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article