Hill Archibald Vivian

Publié le par Roger Cousin

Hill Archibald Vivian Archibald Vivian Hill (26 septembre 1886 à Bristol, Angleterre - 3 juin 1977 à Cambridge, Angleterre) était un physiologiste britannique. Il est lauréat de la moitié du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1922. Né à Bristol, il s'orienta d'abord vers l'étude des mathématiques, lors de son entrée au Trinity College de Cambridge, avant de bifurquer vers la physiologie à la suggestion d'un de ses professeurs. Ses premières recherches sur la contraction musculaire commencèrent en 1909. Elles s'interrompirent durant la Première Guerre mondiale, qu'il passa loin du front, mais œuvrant activement dans une unité de recherches chimiques sur les munitions.

Une fois la paix revenue, en 1919, il reprit sa tâche et se mit en rapport avec Otto Fritz Meyerhof, professeur à l'Université de Kiel (Allemagne), qui travaillait sur le même domaine à partir de postulats de départs différents. Les deux chercheurs entamèrent alors une fructueuse correspondance de plusieurs années. En 1922, il est lauréat de la moitié du prix Nobel de physiologie ou médecine (l'autre moitié a été remise à Otto Fritz Meyerhof) « pour ses découvertes relatives à la production de chaleur dans le muscle ». Hill fut successivement professeur à l'université de Manchester, en 1920, puis à l'université de Londres en 1923. Il fut lauréat de la Royal Medal en 1926 puis de la médaille Copley en 1948. Il épouse Margaret Neville Keynes, sœur de John Maynard Keynes (1883-1946), d'où quatre enfants. Il mourut le 3 juin 1977 à Cambridge.

Publié dans Scientifiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article