Jancso Miklos

Publié le par Roger Cousin

Miklós Jancsó, né le 27 septembre 1921 à Vác et mort le 31 janvier 2014 à Budapest, est un cinéaste hongrois.

Jancso Miklos

Il suit des études de droit, d’ethnographie et d’histoire de l’art, puis apprend la réalisation à l’École supérieure de cinéma (Filmművészeti Főiskola, aujourd'hui université d'art dramatique et cinématographique) de Budapest entre 1946 et 1950, d'où il sort diplômé en 1951. Très influencé par l'œuvre de Zsigmond Móricz, il a milité dans un mouvement de gauche qui s'intéressait à l'enfance ouvrière et paysanne. Pour de nombreux films, il s'attache à l'histoire de la Hongrie. Ainsi, Cantate (1962) qui est l'adaptation de Cantata profana du compositeur hongrois Béla Bartók est une métaphore de l'Insurrection de Budapest de 1956. Les Sans-Espoir (1965) évoque la période de la Révolution hongroise de 1848. 

Trois de ses films suivants abordent la période de luttes sanglantes entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires, autour des années 1918-1919 : Rouges et blancs (1967), Silence et cri (1968) et Agnus Dei (Égi bárány) (1971). Psaume rouge (1972) « propose un "condensé" des révoltes paysannes à la fin du XIXe siècle » (Émile Breton : Dictionnaire des films, Microcosme/Seuil). Il connaît une reconnaissance internationale principalement dans les années 1960 et 70 (Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 1972 pour Psaume Rouge). En 1973, il reçoit le Prix Kossuth.

Dans les années qui suivent, il enseigne le cinéma à travers le monde (Italie, USA et Hongrie), tout en continuant à réaliser mais sans connaître le même succès. Pour Jacques Mandelbaum dans Le Monde, Psaume rouge « est l’apogée d’une œuvre qui va se poursuivre jusqu’en 2010, mais dont on perd insensiblement la trace dès la mi-temps des années 1970 [...]. Force est de reconnaître qu’une grande partie des films réalisés par Miklos Jancso à compter des années 1980 n’ont tout bonnement plus été visibles. » Il fut marié à la réalisatrice Márta Mészáros. Il était membre d'honneur du Club de Budapest.

Filmographie

  • 1958 : Les Cloches sont parties à Rome (A harangok Rómába mentek)
  • 1961 : Crépuscules et aubes (Alkonyok és hajnalok)
  • 1963 : Cantate (Oldás és kötés) (court)
  • 1964 : Mon chemin (Így jöttem)
  • 1965 : Les Sans-Espoir (Szegénylegények)
  • 1967 : Rouges et blancs (Csillagosok, katónak)
  • 1968 : Silence et cri (Csend és kiáltás)
  • 1968 : Ah ! ça ira (Fényes szellek)
  • 1969 : Sirocco d'hiver (Sirokkó)
  • 1970 : La Pacifista (A pacifista)
  • 1971 : Agnus Dei (Égi bárány)
  • 1972 : Psaume rouge (Még kér a nép)
  • 1974 : Pour Electre (Szerelmem, Elektra)
  • 1975 : Vices privées, vertus publiques (Vizi privati, pubbliche virtù)
  • 1978 : Rhapsodie hongroise I et II (Magyar rapszódia – Allegro Barbaro)
  • 1981 : Le Coeur du tyran (A zsarnok szíve, avagy Boccaccio Magyarországon)
  • 1984 : Muzsika
  • 1985 : L’Aube (A hajnal)
  • 1987 : La Saison des monstres (Szörnyek évadja)
  • 1989 : L'Horoscope de Jésus-Christ (Jézus Krisztus horoszkópja)
  • 1991 : Isten hátrafelé megy
  • 1989 : La valse du Danube bleu (Kék Duna keringö)
  • 1999 : Nekem lámpást adott kezembe az Úr, Pesten
  • 2000 : Anyád! A szúnyogok
  • 2001 : Last Supper at the Arabian Gray Horse (Utolsó vacsora az Arabs Szürkénél)
  • 2002 : Wake Up, Mate, Don't You Sleep (Kelj fel, komám, ne aludjál)
  • 2004 : A mohácsi vész
  • 2006 : Ede megevé ebédem
  • 2010 : So Much for Justice! (Oda az igazság)

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article