Dagmar Enkelmann

Publié le par Mémoires de Guerre

Dagmar Enkelmann (Altlandsberg, 5 avril 1956) est une femme politique allemande. En 2005, elle est devenue directrice parlementaire du parti Die Linke au Bundestag (parlement national), poste dont elle a démissionné en 2013 après avoir perdu son siège. En décembre 2012, elle a assumé la présidence de la Fondation Rosa Luxemburg, poste auquel elle a été élue en remplacement de Heinz Vietze.

Dagmar Enkelmann

Jeunesse et éducation

Dagmar Gertraud Elsa Ebert est née à Altlandsberg, une petite ville historique située à courte distance à l’est de Berlin et à l’époque à Bezirk Frankfurt en Allemagne de l’Est. Elle a fréquenté l’école à proximité de Strausberg, passant ses examens de fin d’études (Abitur) en 1974, qui a ouvert la voie à une éducation de niveau universitaire. Entre 1974 et 1979, elle a étudié à la faculté d’histoire de l’Université Karl Marx (comme on l’appelait à l’époque) à Leipzig. Elle est sortie avec une connaissance approfondie de la sociologie marxiste et un diplôme en 1979. Après cela, elle a enseigné l’histoire entre 1979 et 1985 à la "Wilhelm Pieck FDJ Youth Academy" à Bogensee, près de Bernau et juste en dehors de Berlin.

De 1985 à 1989, elle a fait des études supérieures ("Aspirantin") à l’Académie des sciences sociales du comité central du parti au pouvoir. C’est ici qu’elle a présenté sa thèse de doctorat, intitulée "Analyse et critique des concepts des idéologues bourgeois en Allemagne de l’Ouest : crises d’identité de la jeunesse est-allemande" ("Analyse und Kritik des Konzepts bürgerlicher Ideologen der BRD : Identitätskrise der Jugend der DDR"). Les modalités de ce qui s’est passé ensuite ont été affectées par les changements politiques qui ont suivi la rupture du mur de Berlin par les manifestants en 1989, mais Dagmar Ebert a néanmoins reçu ce qui équivalait à un doctorat, bien que probablement pas la forme de doctorat, elle aurait été anticiper quand elle a entrepris ses recherches pour le travail quatre ans plus tôt.

Carrière

Partis Politique

Dagmar Enkelmann a rejoint le Parti de l’unité socialiste ("Sozialistische Einheitspartei Deutschlands"/SED) en 1977. Le SED était le parti au pouvoir dans ce que beaucoup considéraient comme une dictature à parti unique. Elle s’est engagée dans les syndicats et les femmes travaillent. Après la réunification, le parti s’est rebaptisé Parti du socialisme démocratique (PDS) et s’est empressé de se réinventer un avenir démocratique. Enkelmann est restée au sein du parti. Elle a servi de 2003 à 2006 comme chef adjointe du PDS. Aux élections régionales du Brandebourg en 2004, elle s’est proposée comme alternative au ministre régional Matthias Platzeck, président du Parti social-démocrate de centre-gauche. La part du parti dans le vote a augmenté à 28%, se classant en deuxième position derrière les sociaux-démocrates. C’était le meilleur résultat que le PDS avait obtenu dans le Brandebourg depuis la réunification et la restauration en 1990 du Brandebourg en tant qu’Etat doté de sa propre législature régionale. Toutefois, il ne suffit pas de renverser la coalition au pouvoir. À la suite de la fusion de 2007 entre le PDS et le mouvement WASG (beaucoup plus petit, mais brièvement influent), Dagmar Enkelmann est devenu un membre du parti maintenant marqué simplement comme Die Linke ("La gauche").

Parlement national et parlement régional

À une époque où son plus jeune enfant était encore un bébé, Enkelmann est venu à la politique nationale par la participation active au mouvement de la table ronde. Entre mars et octobre 1990, elle a été membre du premier parlement national d’Allemagne de l’Est - et comme les choses se sont passées en dernier - librement élu ("Volkskammer"). Elle est devenue co-leader (avec Bernd Meier) du groupe PDS à la chambre, et l’un des deux membres du parti PDS élus par des collègues du parti au Präsidium des chambres. La réunification a eu lieu officiellement en octobre 1990, date à laquelle le Volkskammer est-allemand et le Bundestag ouest-allemand ont été fusionnés. Afin de respecter l’équité démographique, seuls 143 membres des 400 sièges de la chambre est-allemande ont conservé des sièges à l’Assemblée combinée. Dagmar Enkelmann était l’un d’eux, cependant. 

Elle a été réélue au Bundestag, représentant la circonscription de Brandebourg, plus tard en 1990, puis en 1994, quittant le Bundestag en 1998, encore âgée de 42 ans. Elle a dit à un intervieweur que « huit ans dans une position aussi exposée » avaient été suffisants, bien qu’elle n’ait jamais expressément exclu un retour à la politique nationale.  Entre septembre 1999 et octobre 2005, elle a été membre du parlement régional de Brandebourg ("Landtag"), jusqu’en 2004, membre de l’exécutif du parti régional, porte-parole pour l’environnement et la politique énergétique et membre de la commission de l’agriculture, protection et planification de l’environnement. En 2004/2005, Dagmar Enkelmann était le leader du groupe PDS dans le Landtag de Brandenburger. Lors des élections générales de 2005, Dagmar Enkelmann est revenu au Parlement national ("Bundestag"). Elle a été directrice parlementaire de Die Linke entre 2005 et 2013. 

Afin d’éviter les distorsions résultant des systèmes entièrement basés sur les circonscriptions, le système électoral allemand attribue certains sièges sur une base de liste, répartis entre les partis en fonction de leur part de vote globale. En 2005, Enkelmann a été élue parce que son nom figurait suffisamment haut sur la liste régionale du PDS. Au Bundestag, elle est devenue membre du Conseil des anciens de la chambre, siégeant également au comité de vérification des élections, d’immunité parlementaire et de procédure. À l’élection générale de 2009, elle s’est présentée avec succès comme "candidate directe" pour la circonscription de Barnim II. Cependant, aux élections générales de 2013, lorsqu’elle s’est présentée aux élections dans la même circonscription, elle a perdu contre le candidat de la CDU, Hans-Georg von der Marwitz. Contrairement à von der Marwitz, Enkelmann avait rejeté l’idée de faire inscrire son nom sur la liste de son parti pour éviter de se faire élire directement dans la circonscription de Barnim et, par conséquent, en 2013, elle a quitté le Bundestag pour la deuxième fois. 

Le 26 février 2010, Dagmar Enkelmann était l’un des nombreux membres du PDS Bundestag à être expulsé de la chambre lors d’un débat sur la prolongation de l’engagement militaire allemand en Afghanistan. Cette question a été soulevée par des députés qui se sont levés à la Chambre et qui ont brandi des affiches montrant les noms des victimes de l’attaque aérienne de Kunduz. La proposition du président du Bundestag Norbert Lammert de permettre aux membres exclus de participer au vote à la fin du débat a néanmoins été suivie. On a appris en janvier 2012 que Dagmar Englemann était l’un des 27 députés du Bundestag de Die Linke placé sous surveillance par les autorités de sécurité. La surveillance a suscité des critiques et des condamnations de tous les horizons politiques. 

Autres nominations

Depuis 1998, Dagmar Enkelmann est membre du conseil municipal de la municipalité de Bernau bei Berlin et, à ce titre, membre de l’agence de développement local. Depuis novembre 2008, elle est également suppléante de Jan Korte au troisième conseil d’administration parlementaire de la "Bundesstiftung Aufarbeitung", une agence fédérale chargée d’aider l’Allemagne à se réconcilier avec la dictature est-allemande.

Vie privée

Dagmar Enkelmann a épousé son partenaire de longue date, le météorologue Bernd Jaiser, en 2005. C’était son troisième mariage. Elle a trois enfants enregistrés, nés en 1976, 1981 et 1989. Depuis 2013, elle a eu quatre petits-enfants. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article