Alexander Édouard

Publié le par Roger Cousin

Édouard Alexander (16 février 1916 à Marseille– 1er avril 2004 à Marseille) alias Auer, Breville, Thibaut, Franck, etc. fut un résistant et avocat d'affaires français. C'est en 1952 qu'il devint avocat au barreau de Marseille, date à laquelle il créa le cabinet, orienté dès le départ vers le droit des affaires. Il milita toute sa vie pour la profession et fut membre du Conseil de l'ordre de 1966 à 1972, puis en 1979 et 1980. Fondateur de la Caisse des avocats du barreau de Marseille, Secrétaire général de celle-ci de 1963 à 1973, puis Président de 1974 à 1977, il est également cofondateur de l'Union Nationale des Caisses d’Avocats. Bâtonnier de Marseille de 1976 à 1978, il a notamment crée le Prix de la francophonie en 1977 et le Centre droit des personnes - CIDEP en 1978. Vice-Président de la Conférence des Bâtonniers et de l'UNCA ; il a pris sa retraite en 1994.

Depuis cette date il a assura les cours de déontologie aux pré-stagiaires inscrits au Centre de Formation professionnelle. Son ouvrage sur la profession d'avocat à travers les âges ("L'Avocat à travers les siècles"), largement diffusé, en était à sa 8e édition lorsqu'il est décédé. Après avoir pris une retraite bien méritée en 1994, il se consacra à la mémoire de cette période héroique. Président d'honneur de la Fédération de la Mémoire vive de la Résistance, il reçut en 2003 les Palmes académiques pour son action dans les établissements scolaires au titre du devoir de mémoire. En 2008 l'ordre des avocats du Barreau de Marseille a donné son nom à la grande bibliothèque de la Maison de l'avocat.

Faits de Résistance

  • 5 octobre 1940 : fondation à Nice du mouvement Liberté (Sud)
  • 20 décembre 1940 : fondation du mouvement Jeune République
  • 30 septembre 1941 : membre du comité directeur Franc-Tireur des Alpes-Maritimes
  • 30 juin 1942  : chef départemental des groupes francs de Franc-Tireur
  • 30 décembre 1942 : chef départemental des groupes francs des MUR
  • 18 mars 1943  : arrestation par la police du régime de Vichy
  • 28 avril 1943 : condamné en section spéciale par la Cour d'Aix-en-Provence pour terrorisme
  • 29 avril 1943 : transfert à la centrale de Nîmes
  • septembre 1943 : élu membre du comité directeur de la centrale par les prisonniers politiques
  • 4 février 1944 : organise l'évasion de 22 détenus politiques et s'oppose à la libération de 1000 détenus de droit commun.
  • 19 février 1944 : ralliement au maquis des Bouzèdes au-dessus de Vialas (entre Vialas et Genolhac) dans les Cévennes après une poursuite meurtrière de la Gestapo, la Milice et la Gendarmerie (8 survécurent sur 22 évadés).
  • 28 août 1944 : participation à la libération de Nice.


 

Publié dans Résistants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article