Alexandre 1er de Yougoslavie

Publié le par Mémoires de Guerre

Alexandre II de Serbie puis Alexandre Ier, roi de Yougoslavie, né le 16 décembre 1888 à Cetinje au Monténégro et mort assassiné le 9 octobre 1934 à Marseille en France, est successivement prince héritier de Serbie, puis du royaume des Serbes, Croates et Slovènes, régent de ces deux royaumes, et enfin roi du royaume des Serbes, Croates et Slovènes de 1921 à 1929 puis du royaume de Yougoslavie de 1929 à 1934. 

Alexandre 1er et Marie de Yougoslavie

Alexandre 1er et Marie de Yougoslavie

Famille

Alexandre est le second fils de Pierre Ier (1844-1921), roi du royaume de Serbie (1903-1918), puis du royaume des Serbes, Croates et Slovènes (1918-1921). Il a une sœur, née quatre ans auparavant, Hélène de Serbie, et un frère de deux ans son aîné, Georges Karađorđević, qui dans la tradition royale, doit accéder au trône à la mort de son père. Il remplace son frère Georges, exclu de la succession en 1909, dans les fonctions et les attributions de prince héritier de Serbie. 

Règne

La politique menée par les États balkaniques le conduit à servir au sein de l'armée serbe en octobre 1912 lors de la première guerre balkanique. La Grèce, le Monténégro, la Bulgarie et la Serbie s'élèvent contre l'Empire ottoman qui subit plusieurs revers cuisants avant d'être contraint de se rendre à la table des négociations où il perd la plupart des territoires sous son contrôle en Europe au profit des quatre autres belligérants. Pendant la deuxième guerre balkanique, c'est la Bulgarie qui est défaite après avoir attaqué la Serbie et la Grèce. Le prince est auréolé par ces victoires quand il reçoit la régence au nom de son père en juin 1914. 

C'est sous le règne de son père que le royaume de Serbie affronte l'épisode de la Première Guerre mondiale. Amené à combattre l'Autriche-Hongrie à la suite de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo, la Serbie est écrasée et occupée en 1915 par les puissances centrales. Durant ces longues années de guerre, de nouveau, Alexandre sert dans l'armée de son pays. Cette attitude lui permet de jouir en France d'une énorme popularité, surtout à la suite des combats se déroulant lors de l'expédition de Salonique ; en effet, le front de l'Est constitue le principal terrain d'opérations des armées serbes reconstituées avec l'appui des Français, et il reste en permanence à Thessalonique ou dans les territoires serbes alors libérés par les Alliés. 

Rassemblement des Slaves du Sud

Après l'armistice de 1918, un nouvel État est né, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes dont la couronne est offerte à Pierre Ier (1844-1921), roi du royaume de Serbie. Or, celui-ci, malade et âgé, se trouve dans l'impossibilité de régner. Le prince Alexandre continue d'exercer la régence après le 1er décembre 1918, date de la création du nouveau royaume. La régence que pratique Alexandre est volontariste et implacable contre les tentations centrifuges. L'unité doit se faire sous la domination royale serbe. À la mort de Pierre Ier le 16 août 1921, Alexandre devient à son tour roi des Serbes, des Croates et des Slovènes. Le 8 juin 1922, il épouse la princesse Marie de Roumanie qui lui donne trois enfants :

  • Pierre, né à Belgrade le 6 septembre 1923.
  • Tomislav Karađorđević, né à Belgrade le 19 janvier 1928.
  • Andrej, né à Bled (Slovénie) le 28 juin 1929.

Roi de Yougoslavie

Il perpétue dans un premier temps le régime parlementaire mis en place par son père, mais les conflits entre les différents partis s'enveniment, culminant avec l'attentat mortel envers Stjepan Radić en plein parlement le 14 juin 1928. Sur le conseil du successeur de Radić, Vladko Maček, il abolit la Constitution le 6 janvier 1929, transformant son royaume en un régime autoritaire. Le royaume prend le nom de royaume de Yougoslavie et Alexandre II de Serbie devient roi de Yougoslavie sous le nom d'Alexandre Ier. Le 9 octobre 1934, à Marseille où il vient de débarquer pour une visite officielle en France, il est assassiné. L'attentat est planifié par le mouvement terroriste croate Oustachis d'Ante Pavelić et par l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne. L'exécutant, un Bulgare nommé Vlado Tchernozemski, utilise contre le roi un pistolet automatique Mauser C96. Le souverain, touché à la poitrine, ne meurt pas sur le coup, mais à peine évacué à la préfecture, il y expire. En riposte à ses tirs, le terroriste est blessé par la police et malmené par la foule furieuse (il meurt quelques heures après l’attentat). 

Louis Barthou, ministre français des Affaires étrangères, qui accompagne Alexandre Ier, est grièvement blessé par erreur par le tir d'un policier français. Lui aussi meurt peu après. L'attentat, et la fusillade confuse qu'il provoque, fait d'autres victimes, mortes ou blessées, dans l'escorte et le public, dont le général Alphonse Georges. Le président Albert Lebrun et le maréchal Philippe Pétain se rendent à ses obsèques à Belgrade le 17 octobre 1934. À la suite de l'assassinat d'Alexandre, son fils Pierre II, âgé de onze ans, lui succède. Trop jeune pour régner, il ne gouverne pas, un conseil de régence tripartite se met en place sous la direction d'un cousin du roi défunt, le prince Paul de Yougoslavie, qui tente tant bien que mal de préserver la Yougoslavie tant des menaces extérieures que de l'agitation intérieure séparatiste. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article