Pronteau Jean

Publié le par Roger Cousin

Pronteau JeanJean Pronteau (né le 31 août 1919 à Paris (14e arrondissement), mort le 13 juin 1984) est un homme politique français. Résistant, il est député communiste de la Charente de 1945 à 1958. Membre du Comité central du Parti communiste français depuis 1950, il est éconduit de cette instance en 1961, en même temps que ses camarades Marcel Servin et Laurent Casanova (Affaire Servin-Casanova). Exclu de ce Parti en 1970, il rejoint le Parti socialiste, dont il est élu au Comité directeur en 1975. En juin 1981 il accède au secrétariat du Parti socialiste. Il meurt d'une crise cardiaque trois ans plus tard.

Le milieu d'origine de Jean Pronteau est modeste. Son père, fils d'un ouvrier agricole, gagne Paris très jeune et parvient à l'artisanat. Il est ensuite VRP. Sa mère effectue des petits travaux. Jean Pronteau est un pur produit de la méritocratie républicaine. Boursier, bachelier, il entre en classe littéraire supérieure au lycée Henri IV en septembre 1938. Engagé volontaire dans l'armée l'année suivante, il interrompt ses études qu'il ne reprend qu'en 1942 en passant des certificats d'une licence de philosophie.

La vie universitaire, les diplômes, la carrière possible, Jean Pronteau laisse tout cela pour s'engager dans l'action résistante contre l'envahisseur allemand. Démobilisé alors qu'il était officier dans l'armée, il trouve tout d'abord contact avec le mouvement Combat. Puis il rejoint la résistance communiste, et devient un des dirigeants des Forces unies de la jeunesse patriotique. Avec le grade de colonel, sous le nom de Cévennes, il est un des acteurs de la Libération de Paris, sa ville. Nommé à l'Assemblée consultative, il est présenté comme candidat à la députation en octobre 1945, par le Parti communiste, auquel il a adhéré dans la clandestinité en 1943. "Parachuté" dans le département de la Charente, il obtient un siège de député qu'il conserve lors des scrutins suivants (Juin 1946, novembre 1946, juin 1951 janvier 1956).

Son implantation politique en Charente est renforcée par un mandat local de conseiller municipal d'Angoulème. Parallélement il entre au Comité central du PCF en 1950 et il participe à la mise en place d'un secteur "économie", auprès de la direction du PCF. En avril 1954, il dirige la revue Économie et Politique. Sous-titrée "Revue marxiste d'économie", il présente ainsi le premier numéro :

  • La revue Économie et Politique est la première revue économique marxiste paraissant en France.
  • Il n'est pas besoin de démontrer le rôle déterminant des faits économiques dans toute la vie sociale. Une juste analyse de ces faits, la connaissance des lois auxquelles ils obéissent, sont indispensables pour mieux se reconnaître au milieu d'événements complexes et mouvants.(...) La méthode marxiste a fait ses preuves. Attaquée sans relâche depuis plus d'un siècle, elle s'est imposée (...) Le régime capitaliste a mis à son service toute une pléiade d'économistes qui ont inventé, et inventent encore de multiples théories pour justifier et perpétuer le régime d'exploitation et de dégradation de l'homme qui sévit toujours.


Non sans tangage (en juillet 1956 le rédacteur en chef de la revue, l'historien et économiste Jean Baby démissionne de son poste, alors que les économistes communistes soutiennent la théorie d'une paupérisation absolue de la classe ouvrière3, Jean Pronteau dirige cette revue jusqu'en avril 1961. À cette date Pronteau est entraîné dans la dernière grande éruption "stalinienne" du Parti communiste, où au terme d'un assemblage inquisitorial difficile à comprendre, plusieurs dirigeants sont "renvoyés à la base". Avec Laurent Casanova, et Marcel Servin, tous deux membres de l'organisme suprême du Parti, le Bureau politique, sont débarqués du navire Maurice Kriegel-Valrimont, Jean-Pierre Vigier, Claudine Chomat, et... Jean Pronteau.

Pronteau reste pourtant communiste (comme ses co-accusés), ancré en Charente, où il est un des dirigeants départementaux du Parti.. Il dirige une maison d'éditions spécialisée en sociologie et reprend banc à l'université. En 1970, signataire d'une pétition6 mettant en cause la sincérité de la condamnation par le PCF de l'invasion soviétique en Tchécoslovaquie, contestant par ailleurs la vocation du nouveau secrétaire général à diriger un parti forgé dans la Résistance, Jean Pronteau est exclu du Parti communiste.

Son intérêt pour la vie de la cité l'amène en 1973 à adhérer au Parti socialiste, où il se situe dans le courant "mitterrandien". Il commence en 1975 sa seconde carrière politique. Délégué par la fédération socialiste de la Charente, il est élu au Comité directeur du PS. En juin 1977, au Congrès de Nantes, il est réélu au Comité directeur : il y est parmi les 125 membres (titulaires et suppléants) élus sur la "motion Mitterrand".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article