Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Publié le par Vincente Minnelli

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (The Four Horsemen of the Apocalypse) est un film américain réalisé par Vincente Minnelli en 1961 et sorti en 1962. Le vieux Madariaga s'est entouré de sa famille : ses deux filles, dont l'une a épousé Marcel Desnoyers, un Français, et l'autre, Karl von Hartrott, un Allemand, et enfin ses cinq petits-enfants. Il les conjure de s'installer en Argentine pour échapper à la guerre qui se prépare en Europe. Heinrich, l'un des petits-fils, revenu d'Allemagne où il a étudié la médecine, est imprégné par l'idéologie nazie. Au cours d'un dîner, il clame ses idées et sème la zizanie parmi les siens. Devant la haine que se vouent les deux clans, Madariaga comprend que sa famille n'échappera pas aux quatre cavaliers de l'Apocalypse qu'il entrevoit, chevauchant le monde. Il meurt peu de temps après. L'année suivante, à Paris, l'Occupation dresse les cousins face à face...

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de Vincente Minnelli
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de Vincente Minnelli

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de Vincente Minnelli

Fiche technique

  • Scénario : Robert Ardrey et John Gay, d'après le roman éponyme de Vicente Blasco Ibáñez
  • Réalisateur : Vincente Minnelli
  • Musique : André Previn
  • Photographie : Milton R. Krasner
  • Cadreur : Fred Koenekamp (non-crédité)
  • Montage : Adrienne Fazan et Ben Lewis
  • Direction artistique : George W. Davis, Urie McCleary et Elliot Scott
  • Décors de plateau : F. Keogh Gleason et Henry Grace
  • Costumes : Orry-Kelly (pour Ingrid Thulin), René Hubert et Walter Plunkett
  • Producteur : Julian Blaunstein, pour la Metro-Goldwyn-Mayer
  • Genre : Drame / Film de guerre
  • Durée : 153 minutes - Couleurs - Technicolor - Format : 2,35:1
  • Dates de sortie : France : 18 janvier 1962 ; États-Unis : 7 février 1962
  • Distribution France M.G.M.

Distribution

Critique lors de la sortie en salle le 26/07/2008 Par Ophélie Wiel

Film de Vincente Minnelli (The Four Horsemen of the Apocalypse, USA, 1961). Scénario : Robert Ardrey et John Gay, d'après le roman de Vicente Blasco Ibañez. Image : Milton Krasner. Musique : André Prévin. 155 mn. VM. Avec Glenn Ford : Julio. Ingrid Thulin : Marguerite. Karl Heinz Böhm : Heinrich.

Genre : des Allemands à Paris.

1938. La Conquête, la Guerre, la Pestilence et la Mort s'abattent sur l'Europe. En Argentine, le patriarche Madariaga se désespère de voir la branche allemande de sa famille adhérer à l'idéologie nazie. Son petit-fils Julio, d'origine française, n'a quant à lui aucune intention de s'engager.

Minnelli n'était pas emballé par ce remake d'un muet de 1921, ni par Glenn Ford (il lui aurait préféré un jeune débutant : Alain Delon), tous deux imposés par les studios. Mais si cette fresque historique détonne dans sa filmographie, le cinéaste a heureusement délaissé les grands égarements de la politique pour se concentrer sur des destins plus minnelliens. Cerné par Allemands et antinazis dans un Paris enflammé par la violence, combien de temps Julio le frivole restera-t-il neutre ? Quelles sont les vraies raisons de son engagement ? Plus passionnante encore est l'interrogation du cinéaste sur la force du lien familial. Dans la tourmente de la guerre, le cercle de la famille devrait se briser, et pourtant chacun tente de recoller les morceaux. Jusqu'à l'« apocalypse », où le résistant et son cousin nazi se retrouvent pour porter un dernier toast, en attendant la mort... Ophélie Wiel

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article