Dimitrov Georgi Mikhailov

Publié le par rodney42

Dimitrov Georgi MikhailovGeorgi Mikhailov Dimitrov, né le 18 juin 1882 dans le village de Kovatchevtsi près de Pernik (région minière non loin de Sofia) et mort le 2 juillet 1949 au sanatorium de Barvikha près de Moscou, est un dirigeant communiste bulgare.

Révolutionnaire dans l'âme dès l'adolescence, Dimitrov est un des meneurs de l'insurrection communiste de 1923 contre Alexandre Tsankov. Après l'échec de l'insurrection, Dimitrov quitte la Bulgarie pour l'Union soviétique d'où il continue la lutte pour la cause communiste.

En 1933, il est arrêté à Berlin pour complicité dans l'incendie du Reichstag. Il se défend froidement des accusations et réplique en accusant ses accusateurs : ce procès lui vaudra une renommée mondiale, Allemagne comprise. « Il ne reste qu'un homme en Allemagne, disait-on alors, et cet homme est un Bulgare. ».

Après avoir été acquitté, il regagne l'Union Soviétique, qui lui confère la citoyenneté soviétique. Dimitrov est secrétaire général du Komintern de 1934 à sa dissolution en 1943. Le 17 juillet 1942, Dimitrov lance, à la radio soviétique, un appel pour la constitution d’un Front de la patrie regroupant tous les opposants à la collaboration de la Bulgarie avec l’Axe. Ce Front de la patrie regroupera des communistes, des agrariens et des nationalistes anti-allemands comme Kimon Georgiev. En 1944, il retourne sur le territoire du Royaume de Bulgarie occupé par l'Armée rouge et prend la direction du Parti communiste bulgare.

Il succède à Kimon Georgiev comme Premier ministre en 1946, tout en conservant sa citoyenneté soviétique et tout en restant Secrétaire Général du Parti Communiste Bulgare. Il met à profit cette position de pouvoir quasi absolu pour asseoir un régime communiste "populaire", débouchant sur la création de la République populaire de Bulgarie, qui met fin au régime monarchique existant. Dans la "tradition stalinienne", il a une pratique "dictatoriale" : élimination des opposants par tous les moyens ("procès", déportations, exécutions), surveillance étroite d'une population rendue craintive.

Il meurt en 1949 au sanatorium de Barvikha près de Moscou, alors qu'il y suivait un traitement médical. L'accélération soudaine de sa maladie semble suspecte. Il est alors embaumé, et un mausolée lui est en urgence édifié au cœur de Sofia. Après la chute du communisme en Bulgarie, son corps est enterré en 1990 dans le cimetière central de Sofia, puis le mausolée est détruit en 1999.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article