Invictus

Publié le par Clint Eastwood

Invictus est un film américain réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2009. En 1994, l'élection de Nelson Mandela consacre la fin de l'Apartheid, mais l'Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995... 

Invictus de Clint Eastwood
Invictus de Clint Eastwood

Invictus de Clint Eastwood

Fiche technique

  • Titre : Invictus
  • Réalisation : Clint Eastwood
  • Scénario : Anthony Peckham, d'après le livre Playing the Enemy: Nelson Mandela and the Game that Made a Nation de John Carlin, traduit sous le titre Déjouer l'ennemi : Nelson Mandela et le jeu qui a sauvé une nation
  • Décors : James J. Murakami
  • Costumes : Deborah Hopper
  • Photographie : Tom Stern
  • Montage : Joel Cox et Gary D. Roach
  • Musique originale : Kyle Eastwood et Michael Stevens
  • Production : Clint Eastwood, Robert Lorenz, Lori McCreary, Mace Neufeld
  • Sociétés de production : Warner Bros., Spyglass Entertainment, Revelations Entertainment, Malpaso Productions, Liberty Pictures et Mace Neufeld Productions
  • Société de distribution : Warner Bros.
  • Genres : film biographique, sport
  • Langues originales : anglais, afrikaans
  • Format : couleur (Technicolor) — 35 mm — 2,39:1 — son Dolby Digital / DTS / SDDS
  • Durée : 134 minutes
  • Dates de sortie : États-Unis : 11 décembre 2009, France : 13 janvier 2010, Belgique : 13 janvier 2010
  • Classification : États-Unis : PG-13, France : Tous publics (visa d'exploitation n°125214)

Distribution

  • Morgan Freeman (VF : Daniel Kamwa) : Nelson Mandela, le président sud-africain, aussi appelé Dada ou Madiba
  • Matt Damon (VF : Damien Boisseau) : Francois Pienaar, le capitaine des Springboks
  • Scott Eastwood (VF : Damien Hartmann) : Joël Stransky
  • Tony Kgoroge (VF : Lucien Jean-Baptiste) : Jason Tshabalala, responsable de la sécurité de Mandela
  • Patrick Mofokeng : Linga Moonsamy, garde du corps de Mandela
  • Adjoa Andoh (VF : Souria Adèle) : Brenda Mazikubo, la chef de staff de Mandela
  • Julian Lewis Jones (VF : Hervé Bellon) : Etienne Feyder, garde du corps de Mandela
  • Matt Stern (VF : Jean-François Roubaud) : Hendrik Booyens, garde du corps de Mandela
  • Patrick Lyster (VF : Jérôme Keen) : M. Pienaar
  • Penny Downie : Mme Pienaar
  • Marguerite Wheatley : Nerine
  • Bonnie Henna : Zindzi, la fille de Mandela
  • Leleti Khumalo : Mary
  • Robert Hobbs : Willem, garde du corps
  • Langley Kirkwood : George, garde du corps
  • Robin Smith (VF : Philippe Catoire) : Johan de Villiers, le journaliste
  • McNiel Hendriks : Chester Williams
  • Zak Feau'nati (VF : Philippe Catoire) : Jonah Lomu
  • Grant L. Roberts : Ruben Kruger
  • Louis Minnaar : le coach des Springboks
  • Stelio Savante : le commentateur de rugby (non crédité)
  • David Dukas : le capitaine du 747
  • Shakes Myeko : le ministre des sports
  • Clint Eastwood : un homme dans la foule du stade (caméo)

La critique par Jacques Morice

Un dur à cuire qui rêve de sieste molle, c’est le profil type dans le ciné­ma de Clint Eastwood. Cinéma masochiste, tiraillé entre le laisser-aller et l’acharnement à vaincre. Quoi donc ? L’adversaire sportif, pourquoi pas… ? Eastwood avait abordé ce thème sur un plan intimiste (la boxe, Million Dollar Baby). Il le fait cette fois à l’échelle d’un pays : l’Afrique du Sud, en 1995, lors de la Coupe du monde de rugby. ­Nelson Mandela vient d’être élu. L’apartheid est enterré. Dans les faits, il perdure. Mandela compte sur une victoire de l’équipe nationale pour réconcilier tout le monde. Mais les Springboks n’ont jamais été soutenus par les Noirs. Et l’équipe est médiocre. C’est une des forces du film : montrer que les grands gestes peuvent s’appuyer sur un brin de naïveté ou de folie. Une sorte de mystique du sport et de la politique se fait jour. Une foi inébranlable, chevillée au réel. « On n’est jamais à 100 % dans le sport comme dans la vie », souffle Mandela à François Pienaar (Matt Damon), le capitaine des Springboks. Ces handicaps rendent la victoire d’autant plus retentissante.

Eastwood, cinéaste rassembleur, filme la ferveur collective, nous fait revivre cette aventure humaine, orchestrant l’émotion en un formidable crescendo.

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article