Santana Manuel

Publié le par Mémoires de Guerre

Manuel Martínez Santana, connu sous le nom de Manolo Santana, né le 10 mai 1938 à Madrid et mort le 11 décembre 2021 à Marbella, est un joueur de tennis espagnol. Lauréat de quatre tournois du Grand Chelem en simple, il s'est imposé à Roland-Garros en 1961 et 1964, à l'US Championship en 1965 et à Wimbledon en 1966. Il est membre de l'International Tennis Hall of Fame depuis 1985. 

Santana Manuel

Jeunesse

Manuel Santana devient par hasard un ramasseur de balles dans un club de tennis de Madrid. Ayant abandonné l'école très tôt (dix ans), il passe le plus clair de son temps à taper des balles avec d'autres jeunes de son âge dans ce même club. Il y rencontre un riche entrepreneur de Madrid qui remarque son talent naissant et devient son mécène. Doté d'un jeu tout en contrôle à la fois précis et puissant, il a fait partie des dix meilleurs joueurs mondiaux au cours des années 1960, étant désigné comme n°1 en 1966. Ses multiples succès ont fortement permis de contribuer à l'essor du tennis en Espagne.

Carrière

Dès l'âge de vingt ans, Manuel Santana est champion d'Espagne et sélectionné en Coupe Davis. Pour un joueur espagnol de grand talent comme lui, la terre battue est évidemment sa surface préférée. Surface qui va lui apporter de nombreux titres. En 1961, à 23 ans il remporte le prestigieux tournoi de Roland-Garros après avoir successivement éliminé l'Australien Roy Emerson et la future étoile du tennis Rod Laver. Le 28 mai, en finale, il bat l'Italien Nicola Pietrangeli dans un match de grande intensité (4-6, 6-1, 3-6, 6-0, 6-2). En 1962, son compatriote et néanmoins rival Andrés Gimeno passe chez les professionnels, alors que Manolo (son surnom) fait la plus grande partie de sa carrière chez les amateurs. 1964 est encore un très bon « cru » pour lui, avec une deuxième victoire à Roland-Garros, toujours contre Nicola Pietrangeli, cette fois sur un score relativement aisé (6-3, 6-1, 4-6, 7-5). L'année 1965 est encore meilleure puisqu'il remporte son premier US Championships à Forest Hills contre le Sud-Africain Cliff Drysdale (6-2, 7-9, 7-5, 6-1). Il est le premier joueur européen à triompher aux États-Unis depuis Henri Cochet en 1928.

Il mène ensuite son pays jusqu'en finale de la Coupe Davis (perdue contre l'Australie) et devient un héros national en Espagne. Il est décoré de l'Ordre d'Isabelle la Catholique au grade de Commandeur par Franco en personne. Il gagne douze titres au total cette année-là, ce qui est sa meilleure performance. 1966 ne lui en apporte que trois mais il s'impose dans le célèbre tournoi de Wimbledon en battant en finale l'Américain Dennis Ralston (6-4, 11-9, 6-4). Pour y parvenir, il décide de faire l'impasse sur Roland-Garros et se prépare pendant cinq semaines sur gazon. Sa carrière connait en revanche un coup d'arrêt l'année suivante lorsqu'il perd dès le premier tour du tournoi contre Charlie Pasarell, faisant de lui le premier tenant du titre à s'incliner dès son entrée en lice. En 1967, il remporte deux médailles d'or en simple et en double aux Jeux méditerranéens à Tunis.

Santana Manuel

Une des plus belles victoires de sa carrière est son triomphe le 25 octobre 1970 au tournoi de Barcelone auquel participent quelques-uns des meilleurs joueurs du monde, y compris les professionnels sous contrat de la WCT, et où il bat notamment le grand Rod Laver (6-4, 6-3, 6-4). Il gagne son dernier titre le 18 octobre 1971 contre Harald Elschenbroich à Saragosse. Il prend sa retraite à l'issue de la saison mais en sort régulièrement notamment en 1973 pour y disputer sa dernière rencontre de Coupe Davis ainsi qu'en 1974 lorsqu'il participe en tant qu'entraîneur-joueur à la National Tennis League. Il dispute encore une trentaine de tournois jusqu'en 1979. Il a remporté au total 74 tournois dont au moins 58 dans les rangs amateurs, bénéficiant ainsi de l'absence des meilleurs joueurs de l'époque, professionnels et donc interdits de Coupe Davis et de tournois du Grand Chelem avant l'ère Open (comme Ken Rosewall, Rod Laver, Pancho Gonzales ou encore son compatriote Andrés Gimeno).

Avec 120 matchs disputés au cours de 46 rencontres, il est le troisième joueur le plus prolifique de l'histoire de la Coupe Davis après Nicola Pietrangeli et Ilie Năstase. Il a gagné 69 matchs en simple et 23 en double entre 1958 et 1973. Après sa carrière sportive, il a été à plusieurs reprises capitaine de l'équipe d'Espagne de Coupe Davis. Il a aussi occupé le poste de directeur du Masters de Madrid lors de sa création en 2002. Dans le nouveau stade dénommé Caja Mágica, construit pour remplacer les anciennes installations du Master Series de Madrid qui se jouait à l'époque en salle, le court central a été baptisé en son honneur : Central Manolo Santana. Il cède sa place à Feliciano López en 2017 et devient président d'honneur. Avant l’émergence de Rafael Nadal, Santana était considéré comme le meilleur tennisman espagnol de l'histoire. Depuis, il continue de bénéficier d'un très grand respect de la part de l'ensemble des joueurs espagnols, dont Nadal lui-même. 

Publié dans Sportifs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article