Martin le Dieu Marietta

Publié le par rodney42

Marietta Martin-Le Dieu est un écrivain et une résistante française née en 1902 et morte en 1944. Marietta Martin-Le Dieu naît le 4 octobre 1902 à Arras (Pas-de-Calais). Orpheline de père à l'âge de quatre ans, Marietta vit avec sa mère, professeur de piano à Arras. Lors de l'offensive allemande dans le nord de la France en août 1914, elles se réfugient à Paris et s'installent dans le XVIIème arrondissement.

Après ses études secondaires au lycée Molière, elle s'inscrit comme étudiante à la Faculté de médecine puis change de voie et prépare une licence de lettres puis un doctorat. Elle apprend plusieurs langues, dont le polonais et le danois. Musicienne, elle joue du piano et du violon. Marietta Martin voyage dans toute en Pologne, ce qui lui inspirera la rédaction d’un essai sur Marie-Thérèse Rodet Geoffrin.

En 1925, elle présente sa thèse de doctorat en littérature comparée sur la vie et l'œuvre d'un médecin allemand qui a eu Stendhal pour patient : « Un aventurier intellectuel : le docteur Koreff ». Malade des poumons, Marietta Martin passe plusieurs années en Suisse, dans un sanatorium de Leysin (canton de Vaud) entre 1927 et 1931. Elle publie à son retour en France entre 1931 et 1934 trois livres : Les histoires du paradis, La perle précieuse et Transfigurations.

Dans une lettre qu’elle écrit de Suisse, elle résume sa pensée : « S’il faut lancer un message par le monde, il ne peut pas partir porteur de douleur pour augmenter cette douleur, il serait un faux message. Si c’est un message pour la terre, ce doit être un message de corps et d’esprit ; vivre comme il faut, selon toutes les règles, l’enseignement définitif est : soyez joyeux. Il ne faut pas rester dans le bizarre chemin qui y conduit. »

En 1941, Marietta Martin rassemble en un recueil des poèmes, écrits en 1938, et adopte le pseudonyme de François Captif. Le livre, intitulé, Adieu temps, paraîtra en 1947. L’œuvre de Marietta Martin « exprime une ascension mystique très singulière. » Marietta Martin entre peu après le début de la guerre dans le Réseau Hector, un important groupe de combat et de renseignement de la zone nord. Le réseau est animé par le colonel Alfred Heurteaux, officier du 2ème Bureau de l'Armée d'armistice.

Elle rejoint La France Continue, mouvement de résistance qui est créé, notamment par Henri de Montfort, Paul Petit, Émile Coornaert et Suzanne Feingold. Sa chambre, rue de l'Assomption à Paris (XVIème arrondissement), devient la salle de rédaction du journal clandestin éponyme, La France Continue. Il connaîtra 13 numéros entre 1941 et 1942. Marietta Martin écrit pour le journal et assure également, à bicyclette, la diffusion de numéros dans Paris.

A la suite d'une dénonciation, une perquisition a lieu dans sa chambre au cours de la nuit du 7 au 8 février 1942. Marietta Martin est inculpée de « rédaction et diffusion de publications clandestines » et accusée d'être une militante du mouvement Libération nationale. Incarcérée à la prison de la Santé, elle est ensuite déportée le 16 mars 1942 en Allemagne dans huit établissements pénitentiaires successifs. Elle est condamnée à mort le 16 octobre 1943 par le « tribunal populaire » (Volkgerichthof) de Sarrebrück pour « complicité avec l'ennemi » avec Paul Petit et Raymond Burgard.

Emprisonnée en attente de son exécution à la prison de Cologne elle est soignée par Gilberte Bonneau du Martray, dans la cellule voisine de celles d’Elizabeth Dussauze, Jane Sivadon, Hélène Vautrin et Odile Kienlen. Elle est transférée suite aux bombardements, sur une civière en raison de sa faiblesse, à Francfort-sur-le-Main. Elle y décède le 11 novembre 1944. En 1949, son corps fut rapatrié à Paris. Elle fut inhumée avec les honneurs militaires.

Marietta Martin a été décorée à titre posthume de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre avec palme, accompagnée d’une citation à l'ordre du corps d'armée en date du 26 août 1947. Marietta Martin fait partie des 157 écrivains morts pour la France dont le nom figure au Panthéon de Paris sous un plaque portant la mention : « Ici sont enfermés les hommages rendus le 2 juillet 1949 aux écrivains morts pour la France pendant la guerre 1939-1945 ».

Publié dans Résistants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article