Remarque Erich Maria

Publié le par Roger Cousin

Erich Maria Remarque, né Erich Paul Remark, né le 22 juin 1898 à Osnabrück et mort le 25 septembre 1970 à Locarno,Suisse, est un écrivain allemand, naturalisé américain en 1947 après avoir été déchu de sa nationalité allemande en juillet 1938.

Remarque Erich MariaRemarque Erich Maria

Il étudie au séminaire catholique de sa ville et se destine à une carrière de musicien. En 1916 il est mobilisé sur le front ouest après 6 mois de formation militaire. Il est gravement blessé aux mains et finit la guerre dans un hôpital militaire. A la fin de la guerre, il exerce plusieurs professions : commercial, organiste, instituteur et chroniqueur dans la presse locale, l’« Osnabrücker Tageszeitung » où il publie quelques poèmes… En 1920, il publie son premier livre, « La baraque de rêve » (« Die Traumbude »). qui passe inaperçu. En 1923-1924, pour le compte d’une revue technique, il voyage en Suisse, Yougoslavie, Turquie, Italie, Angleterre et Belgique. A partir de 1925, il est rédacteur au journal de Berlin « Sport im Bild ».

C'est en 1929, avec son roman d'inspiration pacifiste et sans doute très largement autobiographique « À l'ouest rien de nouveau », « Im Westen nichts Neues » qu’il obtient un succès international... Le roman décrit la vie d'un jeune appelé volontaire sur le front et se termine ainsi : « Il est tombé en octobre 1918, un jour où tout était si tranquille et calme sur tout le front que le rapport de l'état-major tenait en une phrase, « A l'Ouest, rien de nouveau ». Il y met en pièce le « Tabou » de la mort héroïque du soldat et y décrit « une génération perdue, détruite par la guerre, même si elle avait échappé aux grenades… » En Allemagne, le roman provoque une immense controverse, amplifiée à partir de 1930 lorsqu’il fera l’objet d’un célèbre film de Lewis Milestone.

Remarque est rapidement pris pour cible par les nazis qui l'accusent d'affaiblir le moral de la nation allemande dans ses écrits. Aussi en avril 1932 il s'exile en Suisse, près d'Ascona. Dès mai 1933, le livre est brûlé dans de grands autodafés à Berlin et interdit dans les bibliothèques. En 1937 il publie « les Camarades », un roman de la même veine antimilitariste. En 1938, il est déchu de sa nationalité allemande. En 1939 il émigre aux Etats Unis. Durant la guerre, les nazis décapiteront sa sœur pour avoir tenu des propos anti-hitlériens... Aux États-Unis, sa vie sentimentale agitée le propulse sur le devant de la scène : il a des liaisons avec Marlène Dietrich, Greta Garbo et Paulette Godard (1913-1990, actrice héroïne des « Temps Modernes » et divorcée de Charlie Chaplin) qui deviendra sa femme dans les années 1950.

Ayant acquis la nationalité américaine, vit entre les USA et la Suisse (Porto Ronco) et écrit quelques romans comme « l’Arc de triomphe », « L'obélisque noir » ou « Un temps pour vivre, un temps pour mourir », « La nuit de Lisbonne ». Il continue de critiquer la nouvelle République fédérale allemande, faite selon lui de personnalités mêlées de trop près aux crimes nazis. Longtemps tenu pour un écrivain secondaire, ce n'est qu'à partir de 1963 que la critique allemande reconnaît l'importance de son œuvre. Erich Maria Remarque décède à Locarno le 25 septembre 1970. En 1998, la ville d'Osnabrück fête son centenaire en grande pompe.

Publications

Toutes ses œuvres sont profondément marquées par sa vie, et elles peuvent être considérées comme des autobiographies romancées.

  • 1920 : La Baraque de rêve (Die Traumbude)
  • 1929 : À l'Ouest, rien de nouveau (Im Westen nichts neues)
  • 1931 : Après (Der Weg zurück)
  • 1937 : Trois camarades (aussi connu sous le titre Les Camarades)
  • 1939 : Les Exilés (Liebe deinen Nächsten)
  • 1946 : Arc de triomphe
  • 1952 : L'Étincelle de vie (Der Funke Leben), traducteur Michel Tournier (1953)
  • 1954 : Un temps pour vivre, un temps pour mourir
  • 1956 : L'Obélisque noir ; traducteur Gaston Floquet ; Mémoire du Livre ; ré-édition 2001 (ISBN 2913867278)
  • 1961 : Le ciel n'a pas de préférés (Der Himmel kennt keine Günstlinge) (OCLC 11265885)
  • 1963 : La Nuit de Lisbonne (Die Nacht von Lissabon) (OCLC 72372714)
  • 1972  : Ombres (parution posthume, édition Plon).

Filmographie

  • 1930 : À l'Ouest, rien de nouveau (All Quiet on the Western Front) de Lewis Milestone. Scénario de George Abbott d’après le roman éponyme d’Erich Maria Remarque Im Westen Nichts Neues
  • 1937 : The Road Back de James Whale. Scénario de Charles Kenyon, E.M. Remarque, d’après son roman Der Weg zurück, et R.C. Sherrif
  • 1938 : Trois camarades (Three Camarades) de Frank Borzage. Scénario de F. Scott Fitzgerald, Edward E. Paramore Jr et E.M. Remarque, d’après son roman Drei Kameraden (Les Camarades)
  • 1941 : Ainsi finit notre nuit (So Ends Our Night) de John Cromwell. Scénario d’E.M. Remarque, d’après son roman Liebe deinen Nächsten (Les Exilés), et Talbot Jennings
  • 1947 : L’Orchidée blanche (The Other Love) d’André De Toth. Scénario de Beyond, Ladislas Fodor et Harry Brown d’après E.M. Remarque
  • 1948 : Arc de Triomphe (Arch of Triumph) de Lewis Milestone. Scénario d’E.M. Remarque, d’après son roman éponyme, Lewis Milestone et Harry Brown
  • 1955 : La Fin d’Hitler/Le Dernier Acte (Der Letzte Akt) de Georg Wilhelm Pabst. Scénario de Fritz Habeck, M.A.Mussano, d’après son roman Ten Days To Die, et E.M. Remarque
  • 1958 : Le Temps d'aimer et le temps de mourir (A Time to Love and a Time to Die) de Douglas Sirk. Scénario d’Orin Jannings et E.M. Remarque, d’après son roman Zeit zu leben und Zeit zu sterben (Un temps pour vivre, un temps pour mourir). Remarque apparaît dans ce film comme acteur (Le Professeur Pohlman)
  • 1977 : Bobby Deerfield de Sydney Pollack. Scénario d’E.M. Remarque, d’après son roman Der Himmel kennt keine Günstlinge (Le Ciel n’a pas de préférés) et Alvin Sergent
  • 1979 : À l'Ouest, rien de nouveau (All Quiet on the Western Front). Téléfilm de Delbert Mann. Scénario de Paul Monash et E.M. Remarque
  • 1985 : Arch of Triumph. Téléfilm de Waris Hussein, scénario de Charles E. Israël et E.M. Remarque

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article