Elephant Man

Publié le par David Lynch

Elephant Man (The Elephant Man) est un film britannico-américain réalisé par David Lynch et sorti en 1980. Ce film tourné en noir et blanc est une adaptation romancée de la vie de Joseph Merrick, appelé John dans le film, d'après la dénomination erronée tirée de la biographie du docteur Treves, surnommé « Elephant Man » (« l'homme-éléphant ») du fait de ses nombreuses difformités. En 1884, à Londres, John Merrick, dit « L'homme éléphant » (John Hurt) est un phénomène de foire comme nombre d'êtres humains affectés de difformités ou d'anomalies physiques congénitales graves. Le « propriétaire » de l'homme éléphant se nomme Bytes (Freddie Jones). Le Dr Frederick Treves (Anthony Hopkins), grand chirurgien réputé de Londres, intrigué par l'apparence visuelle terrible de l'homme-éléphant, présentant d'atroces difformités monstrueuses qu'il n'avait de sa vie encore jamais vues de ses propres yeux, demande à Bytes de pouvoir l'examiner plus en détail. Le nom de cet être horriblement déformé est John Merrick, il a 21 ans et ne semble pas pouvoir s'exprimer verbalement.

Le Dr Treves emprunte alors l'homme-éléphant à son propriétaire pour quelques jours contre une somme d'argent et l'héberge momentanément dans une chambre de quarantaine de l'hôpital le temps de l'étudier plus en détail et de le présenter à ses confrères lors d'un de ses cours d'anatomie de la faculté de médecine, détaillant ses effrayantes difformités corporelles. Il décide de le garder dans l'hôpital, le logeant plus ou moins secrètement (avec l'accord du directeur de l'établissement, Sir Carr Gomm (John Gielgud), bien que réservé) dans une chambre individuelle pour ne pas choquer les autres patients. Mais Bytes somme le Dr Treves de lui rendre l'homme-éléphant, son « gagne-pain », ce que Treves refuse, soutenu par le directeur de l'établissement. Merrick va se mettre à communiquer avec Treves, récitant un passage entier d'un psaume de la Bible lors de la première visite du directeur, et s'exprimant dans un anglais parfait malgré les défauts de prononciation dus à ses lèvres et sa bouche terriblement déformées, et révélant une grande sensibilité doublée d'une intelligence hors norme.

Le gardien de nuit de l'hôpital, homme sans scrupules, va à nouveau utiliser Merrick comme phénomène de foire par des invitations nocturnes contre monnaie. Bytes rencontre le gardien de nuit au bar où celui-ci fait ses invitations quotidiennes aux prostituées et alcooliques du quartier. Bytes réussit finalement à s'emparer de John, ils partent vers le continent où il se remet à l'exhiber à nouveau dans des foires, en Belgique dans la région d'Ostende. Bytes multipliant les mauvais traitements, terrorisant John, allant jusqu'à l'enfermer une nuit dans une cage à barreaux mitoyenne de celle de babouins agressifs. Avec l'aide des autres « phénomènes » du cirque, John parvient à s'enfuir de nuit. Rejoignant Ostende, il prend un paquebot pour retourner vers Londres.

 À son arrivée, il est poursuivi par la population. Acculé dans des toilettes publiques de la gare de Londres, dans sa détresse il hurle qu'il est un être humain. Des agents de police lui viennent en aide et le ramènent à son hôpital où il retrouve aussitôt le Dr Treves et la sécurité de sa chambre. Après avoir assisté à un spectacle dans un grand théâtre, invité par la grande comédienne Madge Kendal qui l'a pris en amitié, John, qui se sait condamné, se donne la mort en décidant de s'endormir pour la seule et unique fois de sa vie sur le dos comme un "homme normal", ce qu'il sait lui être fatal en raison du poids de sa tête, cette position sur le dos l'empêchant de respirer et se sachant incapable de se redresser seul.

Elephant Man de David Lynch
Elephant Man de David Lynch

Elephant Man de David Lynch

Fiche technique

  • Titre original : The Elephant Man
  • D'après l'œuvre de Frederick Treves (témoignage de Frederick Treves traduit et disponible chez Stalker Éditeur - Paris) et Ashley Montagu
  • Réalisation : David Lynch
  • Année de production : 1980
  • Scénario : Christopher De Vore, Eric Bergen, David Lynch, d'après les livres de Sir Frederick Treves The Elephant Man and Other Reminiscences, et d'Ashley Montagu The Elephant Man, a Study in Human Dignity.
  • Photo : Freddie Francis
  • Production : Brooksfilms (États-Unis)
  • Décors : Stuart Craig, Bob Cartwright
  • Costumes : Patricia Norris
  • Musique : John Morris (la bande-son comporte également le célèbre Adagio pour cordes de Samuel Barber)
  • Maquillage spécial : Christopher Tucker appliqué par Wally Schneidermann
  • pays d'origine : Royaume-Uni, États-Unis
  • Format : noir et blanc - 35mm - Ratio : 2,35:1 tourné en Dolby stéréo, mais projeté en son mono dans la plupart des salles non encore équipées.
  • Montage : Anne V. Coates, Melvin G.
  • Genre : drame, horreur
  • Durée : 124 minutes
  • Dates de sortie : États-Unis : 10 octobre 1980, France : 8 avril 1981
  • Budget : 5 millions de USD
  • Box-office aux États-Unis : 26 millions de USD
  • Entrées en France : 2 443 507
  • Classifications : PG-13 aux États-Unis
  • Tous publics en France

Distribution

  • John Hurt (VF : Dominique Collignon-Maurin) : Joseph Merrick dit "The Elephant Man"
  • Anthony Hopkins (VF : Dominique Paturel) : Docteur Frederick Treves
  • Anne Bancroft (VF : Nadine Alari) : Mrs. Madge Kendal
  • John Gielgud (VF : René Bériard) : Carr Gomm
  • Wendy Hiller (VF : Marie Francey) : Mrs. Motherhead
  • Freddie Jones (VF : Jean Topart) : Bytes
  • Michael Elphick (en) (VF : Henry Djanik) : Jim, le portier de nuit
  • Lesley Dunlop : Nora
  • Hannah Gordon (en) (VF : Évelyne Séléna) : Mrs. Treves
  • Helen Ryan : Princesse Alexandra
  • John Standing : Dr Fox
  • Hugh Manning : Broadneck
  • Dexter Fletcher (VF : Jackie Berger) : le gamin de Bytes
  • David Ryall (VF : Philippe Dumat) : l'homme qui accompagne les prostituées
  • Kenny Baker  : Le nain

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article