Hadj Messali

Publié le par Mémoires de Guerre

Messali Hadj ou Ahmed Mesli, né à Tlemcen (Algérie) le 16 mai 1898 et mort à Gouvieux, dans l’Oise, le 3 juin 1974, est un homme politique algérien. Il réclame dès 1927 l'indépendance de l'Algérie.

 

Hadj MessaliHadj Messali

Il est le fondateur du Parti du peuple algérien (PPA), du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) et du Mouvement national algérien (MNA). Après une lutte de pouvoir entre ses mouvements et le Front de libération nationale (FLN) au cours de laquelle il sera la cible d’attentats, il cède à ce dernier la conduite des mouvements prônant l'indépendance de l'Algérie. Il se retire alors de la vie politique. Le parcours et l'apport de Messali dans l'accession de l'Algérie à l'indépendance sera longtemps occulté par ses opposants, victorieux sur le terrain ; des personnalités algériennes l'accusant même d'être un traître à la cause qu'il prétendait défendre. Depuis sa mort, cependant, une réhabilitation a lieu, engendrant une certaine polémique. Il est né le 16 mai 1898 à Tlemcen département d'Oran. Il est le fils du Hadj Ahmed Messali et de Ftéma Sari Ali Hadj-Edinne. Son grand-père maternel était cadi et membre de la confrérie des Derkaoua. Son père est issu d'une famille originaire du Kurdistan arrivée lors de la présence des Ottomans en Algérie et qui engendre par la suite des koulouglis. Sa mère est issue d'une famille arabo-berbère d'origine Andalouse.

Sa famille paternelle fut persécutée par les Ottomans et dut fuir vers Oujda au début du XIXe siècle. La maison des Messalis comprenait seulement une pièce sans fenêtre à Tlemcen et était située non dans le quartier réservé aux Koulouglis, mais à Bab El Djiyad près du Bastion français, ancien bordj turc (caserne de contrôle). Les Messalis vivaient du revenus d'une propriété de quatre hectares située au Saf Saf et qui appartenait à plusieurs familles. Messali Hadj travaillait la terre lors de son jeune-âge et après le travail il pouvait jouer. Son père était assez sévère et sa mère était pieuse. Le père de Messali était cordonnier. La famille respectait la tradition, le culte des saints, les fêtes et la pratique de la religion musulmane. À sept ans, il est inscrit dans une école primaire française. Son père décide du choix et refuse l'école coranique, car selon lui, en apprenant le français, son enfant pourra se défendre vis-à-vis des Français pour demander ses droits. Messali a une capacité d'observation, de mémorisation et de recul sur les étapes de la construction de sa personnalité. En 1916, Messali quitte l'école, il était attaché au sport et à la musique. Il continue à fréquenter la zaouïa Derkaoua. En 1917, il effectue son service militaire en France à Bordeaux.

Pionnier de l'idée d'indépendance, père du nationalisme algérien, considéré comme père du nationalisme nord-africain par beaucoup de personnalités maghrébines et européennes, notamment Habib Bourguiba. Messali Hadj est le fondateur des premières organisations indépendantistes algériennes, il est nommé secrétaire l'Étoile nord-africaine (ENA), dont le parti fut fondé par le parti communiste algérien PCA. Après sa dissolution, Messali fonde en 1937 le Parti du peuple algérien (PPA). Après son interdiction par la France, il fonde le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) en 1946, viviers dans lesquels vont naître les cadres de la lutte de libération nationale, et il sera le chef national de l'Organisation spéciale (Algérie), la branche armée du PPA clandestine créée lors du congrès du MTLD. Le congrès charge Mohamed Belouizdad d'être responsable du recrutement et de la formation des hommes à la lutte pour l'indépendance de l'Algérie.

Il fonde en 1954, le Mouvement national algérien et s'oppose au Front de libération nationale (Algérie) militairement. L'argent de la ligue arabe servait à mener la lutte contre le MNA en France. En 1957, Messali Hadj appelle à la cessation des attentats, il invite ses partisans à déposer les armes. L'affaire de Bellounis poussent plusieurs partisans du MNA à rejoindre les rangs du FLN. Après l'indépendance, le FLN jette un voile pudique sur cette guerre entre le MNA et le FLN. Officiellement, Messali Hadj ne sera pas jugé. Il demandera et obtiendra sa nationalité algérienne en 1965, mais son passeport algérien, trois fois refusé, lui sera accordé seulement vers fin avril 1974, au moment où son état de santé se dégradait. À sa mort en 1974, il est rapatrié, il sera enterré à Tlemcen. Il émigre à Paris après la Première Guerre mondiale, fréquente le Parti communiste français (PCF) et se marie avec une Française, Émilie Busquant ; il aura deux enfants : Ali et Djanina. Dès 1926, il est élu président et fait partie des membres fondateurs de l'Étoile nord-africaine (ENA), il dénonce l'arbitraire dont est victime le peuple algérien et pose le problème de l'indépendance nationale.

Dans le texte en arabe d'Albelhamid Ben Badis dont le titre est: mon opinion au sujet de Mustafa Kemal Atatürk et de sa révolution kémaliste indique qu'Ibn Badis est laïque et révolutionnaire, il est contre le khalifisme. Par contre Messali est plus proche de Kemal à cause de la lutte anti-impéréaliste et les relations avec la Russie. Messali a été contre le mouvement réformiste laïque appelé assimilationniste de Ferhat Abbas. Messali devient conservateur sous prétexte de ne pas laisser aux Oulémas ou à l'Association des oulémas musulmans algériens le monopole de la religion. Malgré les tracasseries de l'administration française, emprisonné à maintes reprises et déporté, il continue à militer après la dissolution de l'ENA par le Front populaire en janvier 1937. Il participe alors à la fondation du Parti du peuple algérien (PPA) le 11 mars 1937. Il est élu président du parti à sa fondation. C'est lors de la parade du 14 juillet 1937 organisée par le Parti communiste algérien (PCA) au nom du Front populaire français, que le drapeau algérien, confectionné par Mme Messali, est déployé pour la première fois dans les rues d'Alger. Sous l'influence de Chekib Arslan il s'éloigne alors du Parti communiste, hostile à l'idée d'indépendance. En 1941, il est condamné aux travaux forcés et les manifestations demandant sa libération sont une des causes des manifestations à Sétif en mai 1945, violemment réprimées.

Benachehou Hocine, membre de l'ENA, choisit les couleurs du drapeau vert et blanc et rouge lors d'une réunion à son domicile à Paris en 1934, le drapeau symbolise l' Étoile nord-africaine. Le drapeau algérien avec le croissant rouge et l'étoile sera confectionné par l'épouse de Messali Hadj, Émilie Busquant, le 14 juillet 1937. Lors des obsèques d'Émilie Busquant, Messali ne sera pas autorisé à y assister. Le 9 octobre 1953, il prononcera un discours aux Algériens et aux Français devant la tombe de son épouse en France " pour construire une société plus humaine, plus juste où la liberté ne sera pas un vain mot. Le 14 juillet 1939, un imposant défilé du PPA derrière le drapeau algérien en tête Émilie Busquant, Mohamed Douar, Mohamed Khider. Le drapeau algérien fut adopté le 3 avril 1962 par le gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et officialisé par la loi du 25 avril 1963.

Marginalisés par le gouvernement français, les communistes, et les réformistes du Congrès musulman, le PPA s'est retrouvé dans la position de demander de l'aide auprès des partis fascistes en Europe, en espérant que les nazis accepteraient la demande d'indépendance. Des chercheurs notent que de tous les groupes musulmans en Algérie, Hadj et le PPA sont ceux qui exprimaient de l'hostilité envers les Juifs durant les années 1930. Selon Laskier, les dirigeants du PPA soutenaient que les Juifs affaiblissaient la France, que le décret Crémieux avait transformé les Juifs en un élément privilégié de plus et les a rendus hostiles à la population arabo-berbère Messali Hadj, fondateur du Parti populaire algérien, est traité par les français, ainsi que ses séides, de collaborateurs, à cause des liens qu’il a entretenus avec l’Allemagne nazie..

Le 20 juin 1939, exclusion du PPA de tous les pro-Allemands du Comité révolutionnaire d'action nord-africain (CARNA). En 1940, la France est vaincue. Le 23 avril 1945, Messali Hadj, est arrêté et déporté à Brazzaville, au Congo. L'arrestation suscite une grande émotion dans le milieu nationaliste algériens. Le 1er mai ainsi que le 8 mai étaient l’occasion pour le peuple de demander la libération de Messali. Plusieurs ont demandé l’indépendance par la lutte armée. Le parti fut déchiré par une crise interne, plusieurs courants émergent dont les messalistes, les centristes et les neutralistes. Après l'échec des neutralistes de réconciliation. Les centristes et les neutralistes s'unissent dans le FLN. Les Messalistes se regroupent autour du MNA. Les berbéristes sont exclus. Cependant, sa stratégie réformiste est jugée trop modérée par une partie de la jeunesse nationaliste qui considère que le temps de la lutte armée est venu. La fondation du Front de libération nationale (FLN) et l’adhésion croissante que ce nouveau parti suscite en Algérie entraîne la marginalisation progressive de Messali Hadj.

En 1954, il fonde le Mouvement national algérien (MNA) qui s'oppose au FLN et qui est le seul parti d’inspiration socialiste à ne pas être absorbé dans le front combattant pour l’indépendance. La lutte fratricide entre « messalistes » et « frontistes », au sein même du mouvement de libération est extrêmement sanglante, tant en Algérie qu'en métropole, dans l'immigration. Assigné à résidence à Angoulême (Charente), Messali Hadj perd peu à peu son influence. Le gouvernement français tentant cependant de profiter des rivalités internes au mouvement nationaliste algérien essaye de faire participer le MNA aux négociations d’indépendance qui ont lieu à partir de 1961. Le FLN s’y oppose, ce qui déclenche de nouveaux règlements de comptes entre les partisans de ces deux organisations.

Le refus du MNA de se dissoudre dans un FLN, entraîna la rupture entre les deux organisations ; Abane Ramdane menacera par la suite dans un tract les messalistes: « Le tribunal de l'ALN sera impitoyable envers les traîtres et les ennemis de la patrie ». Abane ordonne à Yacef Saadi de former un commando pour tuer Benyoucef Benkhedda. Lors de l'arrestation de Terbouche Mourad, premier chef de la fédération FLN en France révéla que lors d'une réunion tenue à Zurich le 23 mai 1955, Boudiaf, Ali Mahsas et Yacef Saadi avaient décider de liquider les principaux dirigeants du MNA à commencer par Messali Hadj. Abane Ramdane donne l'ordre à Amirouche Aït Hamouda de liquider les maquis du MNA ( Bouira, Draâ El Mizan, les Ouadhia, Guergour, Guenzet). Au même moment en mai 1955, le procès de Mostefa Ben Boulaïd se déroule au tribunal militaire d'Alger, il est condamné à mort, Un comité à Paris pour sa libération est formé avec le soutien du MNA.

Messali Hadj fut libéré de prison en 1958 et choisit de résider en France, mais reste sous surveillance policière. Le 18 septembre 1959, Messali Hadj échappe de peu à un attentat pendant un footing avec ses gardes du corps à Chantilly, les assaillants seraient selon Messali Hadj des Algériens. Toutefois, Messali s'inclinera devant le cri du peuple le 22 janvier 1961. Il avise son parti à laisser toutes les chances pour le FLN lors des négociations avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne. Le bilan de la guerre fractacide entre le MNA et le FLN fait 10000 morts et 25000 bléssés dans les deux camps. Selon la version du film Mostefa Ben Boulaïd, ce dernier était membre du Comité Central du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, essaya vainement en compagnie de Salah Maiza et Hamoud el Hachemi, de convaincre Messali, de taire ses divergences avec la direction du parti pour engager le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques dans la voie de la lutte armée. À cet effet, il se rend à Niort voir Messali, et a eu de longues conversations quotidiennes avec lui, du 23 au 26 février 1954. Par contre, Mohammed Harbi indique que Mostefa Ben Boulaïd a appelé à la lutte au nom de Messali et que le 2 novembre , ce sont les messalistes( ex membres du parti de Messali) qui ont construit l'Algérie.

De plus, Messali n'était pas hostile à l'insurrection, car il préparait l'insurection avec le CNR issu du Congrès d'Hornu dont 360 membres assisteront sauf Mostefa Ben Boulaïd restera neutre, mais ce dernier devait rendre compte à Messali Hadj chef national de l'Organisation spéciale (Algérie), car Mostefa Ben Boulaïd était le responsable de l'Organisation spéciale (Algérie) en Algérie. Mostefa Ben Boulaïd signale l'intention de la lutte armée à Messali Hadj durant juillet 1954. Messali lui a indiqué que la lutte est programmée après la session de l'ONU, il a signalé aussi à Mostefa Ben Boulaïd la crise profonde et la réfonte du MTLD. Mais, Mohamed Boudiaf a précipité les évenements, car il a été poussé par Gamal Abdel Nasser pour réussir à torpier l'action armée des messalistes. Cependant, l'éloignement de Messali Hadj du sol national et de l'apparail du parti feront le reste, le déchirement de la suite de la révolution, car la scission du PPA et MTLD remet en cause tout le mouvement contestatoire de l'Algérie. Le mouvement révolutionnaire est divisée en trois tendances.

Albert Camus fut un ami de Messali Hadj, il dénoncera les attaques du FLN à l'encontre des syndicalistes algériens proches de messalistes. Albert Camus et Messali Hadj militaient ensemble dans le Parti communiste français et algérien. Lorsqu'il y a eu la guerre fracticide entre le MNA et le FLN en France, la Révolution prolétarienne débute. Camus s'engage pour que les autorités coloniales françaises arrêtent de persécuter Messali Hadj et il dénonce son expulsion de France en octobre 1954 et son arrestation en Algérie. « L’avocat de Messali Hadj, Yves Dechezelles, proche de l’entourage de "la Révolution prolétarienne", a, en plus, été très clair lors de sa critique de "l’Algérie hors la loi" de Francis et Colette Jeanson (amis de Sartre), désapprouvant le soutien sans condition de la gauche au FLN. Il importe de rappeler que Francis Jeanson était l’auteur de la critique de "l’Homme révolté" dans "les Temps modernes".

Celle-ci avait conduit à la rupture avec Sartre. C’est avec une grande lucidité que Dechezelles démontre, grâce à de longues citations, que Francis et Colette Jeanson avaient pour seul objectif de discréditer Messali Hadj auquel ils reprochaient contre toute réalité de n’avoir aucune influence, de coopérer avec la police coloniale française et finalement d’être trotskiste. En tenant ces propos diffamants, Jeanson et Sartre suivaient une ligne clairement orthodoxe et stalinienne ». Mohammed Harbi dira que les membres du MNA ont joué, pour le FLN, le rôle des trotskistes,poursuivis, assassinés, accusés de trahison. Négocier avec De Gaulle c'était de leur part trahir, de la part du FLN, sauver l'avenir de l'Algérie, du socialisme. Messali Hadj n'obtient la nationalité algérienne qu'en 1965. Son rôle dans la fondation du nationalisme algérien est toujours minoré par les autorités algériennes actuelles. Il meurt en 1974 sans avoir pu revoir son pays natal. Décédé à Gouvieux le 3 juin, il est inhumé le 7 juin à Tlemcen. Le peuple considérait Messali comme un prophète, le patriarche, le barbu symbole du parti et du nationalise. Messali avait conscience de cela et se considérait chef de l'état, il envoyait des lettres à plusieurs autres présidents ou à l'O.N.U. Son autorité était incontestable au sein du parti. Les centralistes vont dénoncer le culte de la personnalité de Messali et son pouvoir excessif. Les fidèles (parti du MNA) à Messali sont formés par des ouvriers, des commerçants et des fellah. Le MNA ne comportait pas d'intellectuels sauf à l'exception de l'avocat Moulay Merbah ou le professeur Arezki.

Ces fidèles se concentraient à Alger ou Paris. Par contre, la direction des centristes était formée par plusieurs intellectuels et qui avaient le surnom de l'intélligentsia algérienne. Le 5 novembre 1954, la France dissout le MTLD. Le MNA est fondé un mois plus tard. Le MNA a été créé pour succéder au MTLD et pour combattre les troupes d'occupation conjointement avec l'Armée de libération nationale et le PCA (les troupes de Maillot). En 1955, le FLN donne l'ordre de détruire tous les réseaux du MNA Le FLN banit le culte de la personnalité, plusieurs chefs au lieu d'un, les pères de la révolution et non le père de la révolution. Messali refuse toute allégeance au FLN, son idéologie a cristalisé les fidèles dont un de ses principe toute union avec d'autres formations politique est une trahison. Si Messali Hadj avaient accepter l'allégeance au FLN, la guerre d'Algérie auraient été plus courte et plusieurs milliers de vies auraient été sauvées. Messali Hadj vivait loin des réalités du terrain à cause de son éloignement suite à l'emprisonnement et à l'exile de 1951 à 1954, selon l'étude de Abdelhamid Zerdoum en 1995. Messali Hadj sera accusé de mégalomanie, du culte de la personnalité et de régionalisme, par les centralistes, car le comité révolutionnaire national (CNR) de Messali (les 9 chefs) n'a pas respecté les résolutions du congrès. Il voulait écarter Messali, alors il a devancé la date du déclenchement de la révolution de deux mois prévu par Messali Hadj.

L’universitaire et historien Omar Carlier, propose quant à lui dans son ouvrage Le corps du leader : construction et représentation dans les pays du Sud , une approche inédite pour évoquer la personnalité de Messali Hadj, non par le biais de son parcours politique, mais à travers l’image qu’il s’est donnée, sa gestuelle, sa tenue vestimentaire et son corps. Pour lui, le leader nationaliste doit son renom non seulement aux idées révolutionnaires qu’il défendait, mais également à son charisme qui permet à son pouvoir « de s’exprimer, de se donner à voir, à se mettre en scène et son action est théâtrale, cérémonielle, protocolaire et se soutient de l’émotion autant que de la raison ». Personnage controversé, il sera interdit de retour en Algérie, car il n'obtiendra pas le droit de retourner à son pays. Selon Mohand Tazerout, c'est le gouvernement gaulliste qui est responsable de cette interdiction. Du côté du FLN, Lors du Congrès de La Soummam, Abane Ramdane condamne fermement Messali dans la plate-forme dans le chapitre Le Messalisme en déroute le 20 août 1956. Le problème voit le jour lors de 2e Congrès d'Alger tenu par les centristes, du 13 au 16 août 1954, Messali sera exclu et le congrès d'Hornu qui a lieu du 13 au 15 juillet sans les centristes est jugé assemblée fractionnaire. Les centristes se plaignent de son culte de personnalité et son pouvoir abusif.

Il a été récemment réhabilité par le président Abdelaziz Bouteflika, certains historiens tels que le Dr Rabah Belaïd se battent pour réhabiliter un homme longtemps dépeint par le FLN comme un traître. Messali s'est dressé contre plusieurs mouvements et organisations parmi ses adversaires : les communistes, les oulémas, les centristes, les différents gouvernements français, l'impérialisme coalisé, l'ONU, Union démocratique du manifeste algérien de Ferhat Abbas, etc. Messali a voulu créer une individualité algérienne national dans un cadre géographique algérien et a toujours revendiqué son symbole de combat. Il adresse un mémoire et des lettres à la Ligue arabe, à l'ONU, aux États-Unis pour rappeler son rôle historique et tenter de récupérer la Guerre d'Algérie. Il faut savoir que dès le milieu des années 1970 en Algérie, les premiers travaux historiques sur la révolution algérienne sont publiés. Parmi les pionniers figure Mohammed Harbi qui a ouvert ce chantier d’investigation et de déconstruction de l’histoire officielle et inaugure une autre conception de l’écriture nationaliste de l’histoire. Il évoque les forces politiques algériennes en présence, avec, au centre, la figure de Messali Hadj, à cette époque bannie de l’histoire officielle en Algérie. Il prend le contre-pied des récits unanimistes ou épiques et montre la crise profonde qui secouait le mouvement indépendantiste algérien à la veille de novembre 1954. L’ouvrage, publié en France aux éditions Bourgois, sera longtemps interdit en Algérie.

Francis Jeanson soutient que Messali est le « saboteur » de la lutte de libération, « l'organisateur du racket contre les commerçants », « l'instrument aveugle des trotskystes et d'allié de la police française et de Soustelle ». Abane Ramdane, un des grands révolutionnaires algériens et le "chef" politique du FLN, farouche opposant de Messali et du MNA, dira à leur sujet : « Le tribunal de l'ALN sera impitoyable envers les traîtres et les ennemis de la patrie ».. le PPA comporte seulement quatre points dans son programme : création d'un gouvernement autonome par rapport à la France; création d'un parlement algérien; Respect de la langue arabe et de la religion musulmane ; abrogation du Code de l'Indigénat ainsi que de toutes les lois d'exception. Programme du MTLD : indépendance, abrogation du régime colonial, l'expropriation des grands moyens de production, la satisfaction des libertés démocratiques est une Constituante. Selon ABC amazigh dira : vue qu'il y avait la majorité écrasante d'origine de la Kabylie au sein de l'Étoile nord-africaine, les militants Kabyles ont préféré élire Messali Hadj étant Berbères arabophone de Tlemcen pour appâter les arabes à l'intérieure du parti. Messali dira en priant Dieu de la faire vivre et mourir en Kabylie.

La crise déborde lorsque le comité central a exclu les membres du PPK Parti du Peuple Kabyles du PPA et c'est les Kabyles qui vont leur faire la guerre (Amar Ouamrane, Krim Belkacem, Belkacem Radjef,etc). Jacques Simon dira que Messali sera taxé d'autocrate et d'arabo-islamiste. Par contre, Amar Imache va dire le premier que Messali est mégalomane et régionaliste, car il n' a pas soutenu la cause berbère. Hocine Aït Ahmed sera écarté à la tête de l'Organisation spéciale (Algérie) par la suite, il sera remplacé par Ahmed Ben Bella en 1949. Selon Bélaïd Abane, Amar Ould-Hamouda, Mohand O Idir Ait Amrane, Saïd Ali Yahya, Saïd Oubouzar, Rachid Ali Yahya, Hocine Ait Ahmed, etc, ils seront exclu après avoir voter pour l'Algérie algérienne (28 voix contre 32).

Hadj Messali

Les années de militantisme

  • 1908 Messali Hadj a 10 ans. Il est élève à la médersa de la zaouïa derkaouia du Cheikh Benyelles. C'est là qu'il s'imprègne de la philosophie de la confrérie qui le guidera durant toute sa vie : « défendre le bien, combattre le mal ».
  • 1918 Trois années de service militaire à Bordeaux contribueront à son éveil politique.
  • 1921 Retour à Tlemcen. Dans un café de la ville fréquenté par des officiers français, il grimpe sur une table et crie à tue-tête : « Vive Mustapha Kemal Pacha ! » glorifiant Atatürk, l'idole des masses musulmanes à cette époque. Cela lui vaudra une convocation au commissariat de police.
  • 1923 Installation à Paris. Rencontre Émilie Busquant. Il adhère à l'association apolitique Fraternité musulmane, fréquentée également par le peintre Nasreddine Étienne Dinet, où son intervention à défendre les droits du peuple algérien fait scandale.
  • 1924 Messali Hadj se lie d'amitié avec Abdelkader Hadj Ali, militant du PCF.
  • 1925 Adhésion au Parti communiste français et à la Confédération générale du travail unitaire.
  • 1926 Président fondateur de l'Etoile Nord Africaine.
  • 1927 Année de propagande dans les cafés algériens de la région parisienne pour parfaire l'association et élargir sa base militante. Le 27 février 1927 il assiste à Bruxelles au Congrès pour la lutte anti-impérialiste et pour l'indépendance des peuples opprimés. Les cinq continents étaient représentés par des délégations de hautes personnalités. Dans son discours, Messali Hadj expose le programme politique de l'ENA, pour ce qui a trait à l'Algérie, réclamant d'abord l'égalité de traitement avec les français et à terme l'indépendance du pays.
  • 1929 L'ENA est dissoute le 24 avril 1929 par décision de justice. Malgré la dissolution, Messali et ses amis organisent un meeting rue de la Grange aux Belles où ils font le procès de la colonisation et dénoncent la mascarade de la célébration du centenaire de la conquête.
  • 1930 Les rapports avec le PCF se dégradent. Envoi d'un mémoire à la Société des Nations dénonçant un siècle d'oppression et d'exploitation et posant le problème de l'indépendance. En octobre, parution du premier numéro du journal El Ouma.
  • 1933 L'ENA se dote d'un siège social au 19 rue Daguerre, dans la quatorzième arrondissement à Paris.
  • 1934 Malgré les interdits de la préfecture, organisation de plusieurs manifestations de propagande nationaliste à Paris, en province et en Belgique. Le 5 août 1934, plus de huit cents algériens, assistent à une assemblée générale de l'ENA au cours de laquelle est présentée pour la première fois le drapeau de l'Algérie. Le 1er novembre 1934, accusé de reconstitution de ligue dissoute, Messali Hadj est arrêté et incarcéré à la prison de la Santé.
  • 1935 C'est l'année de la victoire du Front populaire aux élections municipales en France. Membre d'une délégation du Front, Messali prend part au Congrès islamo-européen de Genève. Il rencontre Chekib Arslan qui le reçoit à plusieurs reprises. Démêlées avec la justice en raison de l'affaire ENA et qui lui reproche également d'avoir susciter la désobéissance militaire chez ses compatriotes. Il entre en clandestinité.
  • 1936 Le 18 janvier 1936, départ pour la Suisse. A Genève il profite des relations de Chekib Arslan pour multiplier les contacts avec des nationalistes arabes. Amnistié, il rentre d'exil le 18 juin 1936 et adresse deux cahiers de revendications au gouvernement du Front Populaire. Fin juillet, il fait part aux membres de la délégation du Congrès musulman algérien de son désaccord avec leurs revendications assimilationistes adressées aux autorités françaises. Le 2 août 1936 au stade municipal d'Alger, au meeting organisé par le Congrès pour faire le compte-rendu de sa mission en France, Messali Hadj arrache la parole et réaffirme sa lutte pour l'indépendance du pays. Cela lui vaut d'être placé sous surveillance policière. La fin de l'année est marquée par une crise avec l'association des Oulémas algériens. Après Tlemcen, Messali sillonne l'Oranie et le Constantinois afin d'expliquer le programme de l'ENA et renforcer ses structures en Algérie.
  • 1937 Le 25 janvier 1937 dissolution de l'Étoile Nord Africaine par le gouvernement de Léon Blum. Les militants poursuivent leurs activités politiques sous couvert d'une association "les Amis d'el Ouma". Le 11 mars 1937, création du Parti du peuple algérien. Messali Hadj en est le président. Il rentre en Algérie où le PPA obtient ses premiers succès aux élections municipales de l'été 1937. Meetings, défilés et tournée de propagande sont au programme, mais le 27 août 1937, il est arrêté et emprisonné à Maison-Carrée. Il obtient le statut de détenu politique après une grève de la faim de dix jours. Incarcéré, il participe néanmoins aux élections cantonales d'octobre. Il est élu au Conseil général de la capitale mais l'administration annule son élection.
  • 1939 Contacté en prison par des militants du parti pour entrer en intelligence avec l'Allemagne qui s'apprêtait à entrer en guerre, Messali refuse. Il est libéré le 27 août 1939. Dissolution du PPA le 26 septembre 1939. Les journaux El Ouma et le bi-mensuel le Parlement algérien confectionné en prison, sont interdits. Il est de nouveau arrêté le 4 octobre 1939. Le PPA va entrer dans une ère de clandestinité durant toute la durée de la guerre (1939-1945).
  • 1945 Au congrès des Amis du Manifeste et de la Liberté (AML), regroupant Ferhat Abbas et les élus, les oulémas et le PPA, il est adopté une motion demandant la libération de Messali reconnu "leader incontesté du peuple algérien". Le 18 avril 1945, émeutes à Ksar Chellala. Les 1er mai 1945 et 8 mai 1945 des cortèges dans plusieurs villes d'Algérie, avec pour mot d'ordre l'indépendance du pays et la libération de Messali Hadj et ses compagnons, dégénèrent en tueries.
  • 1946 Après la guerre, Messali bénéficie d'une amnistie et fait son entrée en octobre à Bouzaréah, l'accès à Alger lui étant interdit. Il fait pression sur le comité central du PPA pour l'amener à accepter de participer aux élections à l'Assemblée nationale Française. Pour ce faire un nouveau parti est créé en novembre, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, dont il devient le président. Le MTLD est la continuation du PPA dissous sur le plan légal, d'où l'appellation PPA-MTLD . Sa candidature personnelle est rejetée mais le parti obtient cinq sièges.
  • 1947 Lors du premier congrès du MTLD le 15 février 1947, il est décidé la création de l'Organisation spéciale, la faction armée du parti.
  • 1950 Début de crise au MTLD. Lors d'une réunion du comité central du parti au mois de mars, Messali espérant la "présidence à vie" et un droit de "Veto" est mis en échec par un vote en sa défaveur.
  • 1951 Une commission du parti présidée par Messali Hadj pour étudier la situation de l'OS affaibli par l'arrestation de nombreux militants réaffirme que le principe de la lutte armée et de l'OS est indiscutablement maintenue. Un différend à la tête du parti quant à la conduite à tenir va surgir et cela va entrainer la démission de plusieurs membres du comité directeur contestant l'attitude autocratique du président. Messali Hadj se rend en pélerinage à la Mecque où il est reçu par le souverain wahabite, puis au Caire où il rencontre le secrétaire général de la ligue arabe.
  • 1952 En tournée en Algérie, il arrive à Orléansville le 14 mai 1952. Les forces de l'ordre ouvrent le feu durant son discours, faisant deux morts et de nombreux blessés. En fin de soirée, Messali Hadj est kidnappé et déporté en France, où il est placé en résidence forcée. Lors de manifestations du MTLD contre la répression du 14 mai et la déportation de Hadj, la police réagit violemment à Montbéliard, au Havre et à Charleville, faisant trois morts et des centaines de blessés.
  • 1953 Conflit entre Messali Hadj, toujours à Niort, et le comité central du MTLD car Messali Hadj refuse obstinément d'accepter la lutte armée comme ultime moyen de parvenir à l'indépendance . Il est lâché par les pricipaux cerveaux de la Révolution algérienne.
  • 23 Mars 1954 : Apparition du Comité Révolutionnaire pour l'Unité et l'Action (CRUA) qui donnera naissance au FLN.
  • 13-15 Juillet 1954 : Les partisans de Messali tiennent un congrès à Hornu en Belgique. La scission est définitive avec les centralistes.
  • 1er Novembre 1954 : Début de l'action armée au nom du FLN
  • Décembre 1954 : Création du mouvement national algérien (MNA) par Messali Hadj.
  • Janvier-Février-Mars 1955 : Tractations entre le FLN et le MNA à Alger, au Caire, dans les maquis.
  • Eté 1955 : Echec des tentatives de conciliation entre FLN et MNA.
  • Février-Mars 1956 :Début de l'affrontement armé entre maquis "messalistes" et "frontistes".
  • 1er Septembre 1957 : Appel de Messali pour une trêve avec le FLN.
  • Octobre-Novembre 1957 : La direction du MNA en France est décapitée. Le FLN prend le dessus en France et en Algérie.
  • 5 juin 1958 Messali se rallie aux propositions du Général De Gaulle sur l'autodétermination.
  • Mai 1961 : Messali refuse de participer à la conférence d'Evian.
  • 3 Juin 1974 : Mort de Messali en France. Il est enterré à Tlemcen le 7 Juin.

Les années de privation de liberté

  • 1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
  • 1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
  • 1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
  • 27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
  • 4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
  • 10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
  • 28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
  • 23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
  • 10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
  • 4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
  • 18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire suite à des troubles à Ksar Chellala.
  • 23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
  • 11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
  • 13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
  • Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
  • Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
  • 14 mai 1952 : Déportation à Niort.
  • 1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
  • Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulème.
  • 15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article