Prévert Jacques

Publié le par Roger Cousin

Né avec le siècle à Neuilly-sur-Seine, dans un milieu de petits bourgeois trop dévots, dont il ne cessera de moquer les obsessions et les convenances, 

Prévert Jacques

Jacques Prévert sera l'aîné des trois enfants qu'auront Suzanne Catusse et André Prévert. Il se passionera dès son plus jeune âge pour la lecture et le spectacle. A 15 ans, après son certificat d'études, il entreprend des petits boulots. Incorporé en 1920, il rejoint son régiment. Là, il forme un trio d'amis avec "Roro", un garçon boucher d'Orléans, et Yves Tanguy qui sera envoyé peu après en Tunisie. Prévert, quant à lui partira pour Istanbul où il fera la connaissance de Marcel Duhamel. De retour à Paris en 1922, Jacques s'établira au 54, rue du Château qui sera bientôt le point de rencontre du mouvement surréaliste auquel participent Desnos, Malkine, Aragon, Leiris, Artaud sans oublier le chef de fil André Breton. Prévert finira part prendre position contre l'autoritarisme du "Maître".

Un peu plus tard, il prendra ses distances avec le Parti communiste auquel il n'adhérera jamais. Sa vie durant, il défendra les faibles, les opprimés, les victimes, avec une générosité bourrue mais toujours discrète. Avec Prévert, un univers à part se crée fuyant l'ordre voulu par Dieu et les "contre-amiraux" (l'une des nombreuses figures sociales qu'il tournait en dérision). En 1933, le groupe de théâtre "Octobre" dont il fait parti, prend part à l'Olympiade du théâtre de Moscou obtenant un premier prix qui ne sera jamais remis...

Depuis lontemps Prévert écrit, participant à des créations collectives, mais de plus en plus, souvent avec son frère Pierre, il produit les scénarios de quelques-uns des sommets poétiques du cinéma français: "Le crime de Monsieur Lange" (1935) pour Jean Renoir, "Quai des brumes" (1935), "Drôle de drame" (1937), " Le jour se lève" (1939), "Les visiteurs du soir" (1941), "Les enfants du paradis" (1944), "Les portes de la nuit" (1946), tous pour Marcel Carné. Enfin, "La bergère et le ramoneur" (1953) sera repris par Paul Grimault pour donner naissance, en 1979, à un dessin animé absolument fantastique intitulé "Le roi et l'oiseau". Ses textes suscitent l'image et ses dialogues sont époustouflants de naturel, de justesse et d'humour.

Rayé des contrôles de l'armée en 1939, il quitte Paris l'année suivante et descend vers le sud s'établissant à la Tourette- sur-Loup, où Joseph Kosma, le photographe Trauner et bien d'autres encore le rejoignent pour travailler à des réalisations de films. Jacques Prévert écrit aussi de fabuleux poèmes en prose qu'il donne à son ami Kosma qui les met en musique pour Agnès Capri, Marianne Oswald, Juliette Gréco, les "Frères Jacques" ou encore Yves Montand pour ne citer que les plus célèbres. Les "Paroles" de Prévert seront réunies pour la première fois en 1945 par René Bertelé. Bien que certains libraires avaient prophétisés que "ça intéressent que quelques jeunes gens de Saint-Germain-des-Prés", l'ouvrage est accueilli comme une immense bouffée d'oxygène dans le climat littéraire d'après la libération et est réédité à 5000 exemplaires dans la semaine suivant le jour de sa publication.

La deuxième guerre mondiale finie, Prévert revient à Paris. Ses poèmes sont sur toutes les lèvres ou dans le pli d'un collage, avec un parfum de bonheur nostalgique et de liberté retrouvée. Prévert restera toute sa vie d'un antimilitarisme à toute épreuve et son pacifisme ne souffrira aucun compromis. Jacques Prévert s'éteindra auprès de sa femme Janine en 1977 à Omonville la petite. Curieusement, c'est ce révolté qui avait en sainte horreur les institutions que la république des lettres allait couronner en baptisant de son nom quelques collèges et lycées et en le faisant entrer, à partir de 1992, dans l'illustre collection de la Pléiade.

Filmographie

  • 1932 : Baleydier de Jean Mamy adaptation et dialogues
  • 1932 : Comme une carpe de Claude Heymann, scénario, adaptation et histoire
  • 1932 : L'affaire est dans le sac de Pierre Prévert, scénario et dialogues
  • 1933 : Ciboulette de Claude Autant-Lara, adaptation et dialogues
  • 1933 : Si j'étais le patron de Richard Pottier, scénario
  • 1934 : Le Taxi de minuit de Albert Valentin
  • 1934 : L'Hôtel du libre échange de Marc Allégret
  • 1935 : Un oiseau rare de Richard Pottier
  • 1936 : Moutonnet de René Sti, adaptation et dialogues
  • 1936 : Jenny de Marcel Carné
  • 1936 : Le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir, adaptation et dialogues
  • 1937 : 27 rue de la Paix de Richard Pottier, adaptation
  • 1937 : Drôle de drame de Marcel Carné, adaptation et dialogues
  • 1937 : L'Affaire du courrier de Lyon de Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann, dialogues
  • 1938 : Ernest le rebelle de Christian-Jaque, dialogues
  • 1938 : Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque, dialogues (non crédité)
  • 1938 : Le Quai des brumes de Marcel Carné, scénario and dialogues
  • 1939 : The Mysterious Mr. Davis de Claude Autant-Lara
  • 1939 : Le jour se lève de Marcel Carné
  • 1941 : Remorques de Jean Grémillon, adaptation et dialogues
  • 1941 : Une femme dans la nuit de Edmond T. Gréville, adaptation et dialogues (non crédité)
  • 1941 : Le Soleil a toujours raison de Pierre Billon, adaptation et dialogues
  • 1942 : Les Visiteurs du soir de Marcel Carné
  • 1943 : Lumière d'été de Jean Grémillon, scénario et dialogues
  • 1943 : Adieu Léonard de Pierre Prévert, scénario et dialogues
  • 1945 : Les Enfants du paradis de Marcel Carné
  • 1945 : Sortilèges de Christian-Jaque, adaptation et dialogues
  • 1946 : Aubervilliers de Éli Lotar, commentaires
  • 1946 : Les Portes de la nuit de Marcel Carné
  • 1946 : Voyage surprise de Pierre Prévert, scénario et dialogues
  • 1947 : L'Arche de Noé de Henry Jacques, adaptation et dialogues
  • 1947 : Le Petit soldat de Paul Grimault
  • 1947 : La Fleur de l'âge de Marcel Carné, film inachevé
  • 1949 : Les Amants de Vérone de André Cayatte, dialogues
  • 1950 : Souvenirs perdus de Christian-Jaque
  • 1950 : Bim le petit âne de Albert Lamorisse, écriture et commentaire
  • 1950 : La Marie du port de Marcel Carné, dialogues (non crédité)
  • 1953 : La Bergère et le ramoneur de Paul Grimault, scénario, adaptation et dialogues
  • 1956 : Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy
  • 1958 : La Seine a rencontré Paris de Joris Ivens
  • 1959 : Paris la belle de Pierre Prévert, voix
  • 1961 : Amours célèbres de Michel Boisrond, adaptation et dialogues
  • 1964 : Le Petit Claus et le Grand Claus de Pierre Prévert d'après le conte d'Hans Christian Andersen
  • 1966 : À la belle étoile de Pierre Prévert, adaptation
  • 1970 : Le Diamant de Paul Grimault
  • 1980 : Le Roi et l'Oiseau de Paul Grimault, scénario, adaptation et dialogues

 

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article