Defense Intelligence Agency (DIA)

Publié le par Mémoires de Guerre

La Defense Intelligence Agency (DIA, « Agence du renseignement de la défense ») est une des agences du renseignement des États-Unis qui fonctionne sous la juridiction du département de la Défense (DoD). Elle sert de principal gestionnaire et producteur du renseignement militaire étranger, y compris l'information politique, économique, industrielle, géographique et médicale étrangères liées à la défense nationale. La DIA répond aux besoins du président des États-Unis, du Secrétaire à la Défense, du comité des chefs d’États-majors interarmées et des autres hauts fonctionnaires dans la communauté des agences du renseignement. Bien que la DIA appartienne au département de la Défense, la majorité de ses 16 500 employés (65%) sont des civils, qui travaillent sur l'acquisition et l'analyse du renseignement partout dans le monde. L'agence a son propre service d'opérations clandestines, le Defense Clandestine Service (DCS), qui mène des activités d'espionnage dans le monde entier, en particulier dans les pays où le DoD a un meilleur accès, ou des experts plus spécialisés que la Central Intelligence Agency (CIA). La DIA se distingue de la CIA qui est, elle, plus focalisée sur la production de renseignement non-militaire à destination du président des États-Unis, du Conseil de sécurité nationale et du cabinet. Le Goldwater-Nichols Act définit en 1986 la DIA comme une agence de la Défense pour le soutien de combat (c'est-à-dire une agence fournissant des fonctions de soutien de combat pour les forces et commandements en opérations militaires), et comme agence de renseignement. 

Defense Intelligence Agency (DIA)

Historique

Créée en 1961, elle remplaça la division de contre-espionnage. Victor Marchetti et John D. Marks, anciens hauts fonctionnaires américains, ont publié en 1974 le livre La CIA et le culte du renseignement indiquant les effectifs et budgets suivant concernant les agences de renseignement des États-Unis, ces chiffres sont à prendre avec précaution, les effectifs de la NSA sont par exemple surestimés par rapport aux chiffres donnés dans une histoire officielle de la NSA. La guerre du Viêt Nam n'était pas alors terminé, ce qui explique en partie les effectifs des renseignements militaires. L’effectif a été estimé dans ce livre à 5 000 employés et elle avait environ 200 millions de dollars de budget (900 millions de dollars valeur 2010). Elle passe des marchés propres et compile les rapports des services de renseignement militaire pour le ministère de la Défense, le gouvernement et d'autres services et elle est alors loin d'avoir les effectifs des services de renseignement des principales branches des forces armées des États-Unis :

  • Air Intelligence Agency pour l'USAF : 56 000 employés et un budget de 2,7 milliards de dollars (12 milliards de dollars valeur 2011) ;
  • United States Army Intelligence pour l'armée de terre : 35 000 employés et un budget de 700 millions de dollars (3,13 milliards de dollars valeur 2011) ;
  • Office of Naval Intelligence pour l'US Navy : 15 000 employés et un budget 600 millions de dollars de budget (2,68 milliards de dollars valeur 2011).

En 2012, un nouveau service, le Defense Clandestine Service (DCS), dédié au renseignement humain extérieur a été créé. En 2014, 500 agents sous couverture ont été formés au lieu des 1 000 prévus et les programmes de formations de ce service ont été revus à la baisse. Les chiffres exacts du budget alloué à la DIA sont tenus secrets pour des raisons de sûreté. 

Organisation

La DIA a son quartier général au Defense Intelligence Agency Headquarters (DIAHQ), situé sur la base aérienne Joint Base Anacostia-Bolling à Washington, DC. Elle a des activités majeures à son quartier-général, au National Center for Medical Intelligence (NCMI) à Fort Detrick, Maryland ; au Joint Use Intelligence Analysis Facility à Charlottesville, Virginie ; et au Missile and Space Intelligence Center (MSIC), à Huntsville (Alabama). La DIA est membre de la communauté du renseignement des États-Unis, elle est donc placée sous l’autorité du Directeur du renseignement national. Les activités de la DIA sont souvent comparées à celles du GRU (Russie), du Defence Intelligence Staff (Royaume-Uni), de la Direction du Renseignement militaire (France) et de l'Aman (Israël). 

Directeurs

  • Octobre 1961 – septembre 1969 : Lieutenant général Joseph Carroll, Force aérienne des États-Unis
  • Septembre 1969 – août 1972 : Lieutenant général Donald V. Bennett, Armée de terre des États-Unis
  • Août 1972 – septembre 1974 : Vice-amiral Vincent P. de Poix, Marine des États-Unis
  • Septembre 1974 – décembre 1975 : Lieutenant général Daniel O. Graham, Armée de terre des États-Unis
  • Mai 1976 – août 1977 : Lieutenant général Samuel V. Wilson, Armée de terre des États-Unis
  • Septembre 1977 – août 1981 : Lieutenant général Eugene F. Tighe, Force aérienne des États-Unis
  • Septembre 1981 – septembre 1985 : Lieutenant général James A. Williams, Armée de terre des États-Unis
  • Octobre 1985 – décembre 1988 : Lieutenant général Leonard H. Perroots, Force aérienne des États-Unis
  • Décembre 1988 – septembre 1991 : Lieutenant général Harry E. Soyster, Armée de terre des États-Unis
  • Septembre 1991 – novembre 1991 : Dennis M. Nagy, directeur civil
  • Novembre 1991 – août 1995 : Lieutenant général James R. Clapper, Force aérienne des États-Unis
  • Août 1995 – février 1996 : Lieutenant général Kenneth A. Minihan, Force aérienne des États-Unis
  • Février 1996 – juillet 1999 : Lieutenant général Patrick M. Hughes, Armée de terre des États-Unis
  • Juillet 1999 – juillet 2002 : Vice-amiral Thomas R. Wilson, Marine des États-Unis
  • Juillet 2002 – novembre 2005 : Vice-amiral Lowell E. Jacoby, Marine des États-Unis
  • Novembre 2005 – mars 2009 : Lieutenant général Michael D. Maples, Armée de terre des États-Unis
  • Mars 2009 – juillet 2012 : Lieutenant général Ronald Burgess, Armée de terre des États-Unis
  • Juillet 2012 – août 2014 : Lieutenant général Michael T. Flynn, Armée de terre des États-Unis
  • Août 2014 – janvier 2015 : David Shedd, directeur civil
  • Janvier 2015 - octobre 2017 : Lieutenant général Vincent R. Stewart, Corps des Marines des États-Unis
  • Octobre 2017 - Octobre 2020: Lieutenant-Général Robert P. Ashley, Armée de Terre des Etats-Unis
  • Depuis octobre 2020 : Lieutenant-Général Scott D. Berrier, Armée de Terre des Etats-Unis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article