Anna von Helmholtz

Publié le par Mémoires de Guerre

Anna von Helmholtz (née Anna von Mohl le 19 septembre 1834 à Tübingen, morte le 1er décembre 1899 à Opatija, Istrie) est une salonnière à Berlin du temps de l'Empire et épouse du physicien Hermann von Helmholtz

Anna von Helmholtz

Jeunesse

Elle est la fille du juriste Robert von Mohl et de son épouse Pauline Becher. En 1852, elle vient vivre à Paris auprès de sa tante, Mary Elizabeth Mohl, qui tient un salon. Après son mariage en 1861, elle vit avec son mari à Heidelberg puis en 1871 à Berlin. En 1899, elle meurt en vacances en Istrie. Sa tombe se trouve au cimetière de Wannsee. Elle laisse une longue correspondance avec Estelle du Bois-Reymond, la fille du physiologiste Emil du Bois-Reymond. Elle participe à la publication en Allemagne des travaux de John Tyndall et d'Oliver Lodge. 

Famille

Les oncles d'Anna von Mohl sont Julius, Moritz et Hugo von Mohl. Son frère est le diplomate Ottmar von Mohl. Anna von Mohl épouse le 16 mai 1861 le physicien Hermann Helmholtz, anobli en 1883. Pour Helmholtz, c'est son second mariage. Le couple a trois enfants : Robert, Friedrich, Ellen (qui épousera Arnold von Siemens). 

Salon politique

En 1872, juste avant que son mari rentre à l'université Humboldt de Berlin, elle ouvre un salon qui reçoit la société intellectuelle de la capitale. S'y rencontrent les hommes politiques et les artistes. Le mardi, c'est la réunion des chercheurs scientifiques. Il devient le salon le plus important de l'Empire et elle incarne l'idéal de la femme bourgeoise. Elle entretient des amitiés avec la princesse Victoria puis, après son mariage avec Frédéric III d'Allemagne, s'occupera de leurs filles. Elle est aussi amie avec l'autre salonnière de grande importance à Berlin, Marie von Schleinitz qui reçoit surtout des gens de lettres. Durant son mariage avec le physicien Hermann von Helmholtz puis après son décès, elle expose ses travaux à la communauté scientifique. 

Habitués du salon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article