Bourgoin Stéphane

Publié le par Mémoires de Guerre

Stéphane Bourgoin, né le 14 mars 1953 à Paris, est un écrivain français qui publie des livres, réalise des documents audiovisuels et donne des conférences autour des tueurs en série et du profilage criminel. Auteur d'une quarantaine d'ouvrages sur le sujet, il est régulièrement invité par les médias en tant qu'expert français des tueurs en série jusqu'à ce qu'un collectif anonyme relève de nombreuses incohérences dans sa biographie, début 2020. Quelques semaines plus tard, Stéphane Bourgoin admet dans un entretien avoir menti au fil des années sur de nombreux éléments de son passé. 

Bourgoin Stéphane

Premiers métiers

Stéphane Bourgoin naît le 14 mars 1953, à Paris, en France de l'union entre Jean Bourgoin et sa troisième femme, Franziska. Élève médiocre, il est exclu à trois reprises de son lycée et ne possède aucun diplôme. D'abord chroniqueur de films de série B et d'horreur dans les fanzines Vampirella et L'Écran fantastique, il part en 1974 aux États-Unis où il joue le rôle d'homme à tout faire pour des productions cinématographiques à petit budget. De retour en France, Stéphane Bourgoin devient salarié de la librairie parisienne Au Troisième Œil, qu'il rachète en 1981. Cette entreprise commerciale, fondée en 1973 par l'éditeur François Guérif, est spécialisée dans le cinéma, le roman policier et la criminologie. 

Carrière d'écrivain spécialisé

Stéphane Bourgoin explique son intérêt pour les tueurs en série par la découverte du corps de sa compagne « Eileen », « tuée, violée et découpée en morceaux » dans leur appartement de Los Angeles en Californie, en 1976. Toutefois, il révèle en mai 2020, dans un entretien accordé à Paris Match, que cette histoire est en fait un mensonge inspiré du meurtre, survenu en décembre 1975, de Susan Bickrest, une jeune barmaid que, selon ses affirmations, il fréquentait à l'époque. Bourgoin dit avoir voulu comprendre ce qui se passe dans la tête des tueurs en série suite à ce meurtre. Il raconte qu'un enquêteur américain lui a fait rencontrer ses premiers tueurs en série en 1978. Il affirme aussi avoir rencontré, en 1986, l'assassin de sa petite amie, « condamné à mort et détenu en Californie ». Ce récit fondateur est d'abord remis en question par un groupe d'enquêteurs anonymes sur YouTube, puis par plusieurs sources journalistiques, à compter du début de l'année 2020, à la suite de quoi Bourgoin déclare finalement que « Eileen » est Susan Bickrest, une victime de Gerald Stano. 

En 1979, il obtient un entretien avec Richard Chase, un tueur de masse surnommé le « vampire de Sacramento ». À partir des années 1990, Stéphane Bourgoin écrit des livres policiers et des enquêtes sur les meurtriers et les tueurs en série sous son nom ainsi que sous le pseudonyme d'Étienne Jallieu. En 1991, dans un épisode d'une série documentaire produite par la chaîne de télévision généraliste française FR3, il est filmé menant un entretien avec le tueur en série américain Ed Kemper, suivant ainsi l'exemple de journalistes américains qui l'avaient interviewé avant lui comme Marj von Beroldingen (1974), Leonard Schrader (1981) ou Imre Horvath (1984). 

Activités connexes

En conséquence de son intérêt particulier pour les tueurs en série, Bourgoin est conférencier pendant près de dix ans — jusqu'en 2007 — au Centre national de formation à la police judiciaire de l'école de la Gendarmerie nationale française et à l'École nationale de la magistrature en 2015 et 2018. Il a donné 5 cours à l'École nationale de l'administration pénitentiaire. Il est également membre de l’association Victimes en Série (ViES), qui rassemble notamment des proches des « disparus de Mourmelon ». En 1999, il est membre du jury « longs métrages » lors du festival Fantastic'Arts 1999 à Gérardmer, en France, aux côtés du chanteur Johnny Hallyday et de l'acteur américain Robert Englund. Stéphane Bourgoin est le présentateur de la collection DVD Serial Polar, sortie chez Bach Films entre 2007 et 2010, qui regroupe des longs métrages méconnus de réalisateurs de renom (Anthony Mann, Richard Fleischer, Michael Curtiz, etc.) et des films décalés de série B. 

Mensonges

Enquêtes

En avril 2020, le site d'information Arrêt sur images reprend des éléments de la biographie de Stéphane Bourgoin, démontrés incohérents dans une série d'enquêtes diffusée par une chaîne YouTube intitulée « 4ème Œil Corporation ». Il met en doute les affirmations répétées dans les médias par Bourgoin à propos de sa rencontre avec Charles Manson et sa carrière de footballeur professionnel. Il affirme également que Bourgoin s'est approprié les récits des agents de police sud-africains Micki Pistorius et Derick Norsworthy et de l'agent du FBI John E. Douglas. Par la suite, le journal Le Monde publie un article qui affirme que Stéphane Bourgoin n'a jamais collaboré avec le FBI et émet de sérieux doutes sur les conséquences du prétendu meurtre de sa compagne dans les années 1970. À son tour, le magazine So Foot dément son passé de footballeur au sein du Red Star et d'adversaire de Michel Platini. 

Un gendarme contacté par France Inter affirme que Stéphane Bourgoin n'a pas participé à la création du Groupe d’analyse comportementale (GAC), le département spécialisé en profilage criminel de la gendarmerie française. Peu après la publication d'Arrêt sur images, site auquel l'auteur avait déjà confié son désir d'attaquer les vidéastes en justice, les vidéos de la chaîne YouTube « 4ème Œil Corporation » sont supprimées au motif de violation du droit d'auteur de Stéphane Bourgoin, avant d'être republiées sur d'autres plateformes. Dans le même temps, il se retire de la plupart des réseaux sociaux. Une enquête journalistique, parue fin avril 2020, dans le journal régional français Le Progrès, conteste le nombre des entretiens de tueurs en série réalisés par Stéphane Bourgoin, estimant qu'il serait plus proche de la dizaine que de la quatre-vingtaine : l'intéressé confirme dans l'entretien qu'il accorde le mois suivant à Paris Match qu'il n'a pas interrogé 77 tueurs, sans donner de nombre précis. 

Aveux

En mai 2020, dans une enquête menée par Paris Match puis dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien, Stéphane Bourgoin, qualifié de « sérial menteur » ou de « mythomane du crime », avoue finalement avoir menti sur son passé. Il est précisé qu'en dépit des échanges que l'homme a entretenus avec des enquêteurs français lors de conférences ou de séances de signature, il « n’a en revanche jamais été associé à un dossier en cours, n’a jamais été expert devant un tribunal et n’a jamais rencontré un suspect ou un condamné ». De même, il n'a jamais rencontré le détective chargé de l'enquête concernant le prétendu assassinat de sa supposée compagne « Eileen » dont Bourgoin révèle qu'elle n'a en définitive pas existé. Après ces révélations, Stéphane Bourgoin se confie sur ses mensonges : « Parfois, je me fais des films dans ma tête. J'ai toujours voulu qu'on m'aime ». 

Accusation d'atteinte aux droits à l'image et à la vie privée

Dans une lettre révélée par Le Parisien en août 2020, les éditions Glénat annoncent suspendre la commercialisation de l'une des bandes dessinées co-signées par Stéphane Bourgoin, consacrée à Michel Fourniret. Cette suspension fait suite aux griefs d'atteinte au droit à l'image et violation de la vie privée portés par la présidente de l'association Victimes en Série (ViES), Dahina Sy-Le Guennan, représentée dans l'ouvrage et victime de Michel Fourniret. Les propos tenus par un personnage pseudonyme de Bourgoin dans la bande dessinée font également l'objet du litige. 

Œuvres

Considéré pendant longtemps, dans les médias français, comme un spécialiste des tueurs en série « de renommée mondiale », Stéphane Bourgoin a publié sur le sujet une quarantaine d'ouvrages, a traduit des livres, et participé, en tant qu'expert ou journaliste, à plusieurs documentaires. En 1993, les éditions Grasset publient Serial killers : Enquête sur les tueurs en série, un succès en librairie traduit depuis en six langues. Au printemps 2020, Bourgoin révèle avoir inventé un tueur en série de toutes pièces dans son livre Malfosse, fiction écrite pour un jeu multimédia. Par ailleurs, certains passages de livres de Stéphane Bourgoin seraient des plagiats d'anecdotes provenant d'ouvrages de profilers américains comme John Douglas ou sud-africains, comme Micki Pistorius. 

Bandes dessinées

En 2019, avec le soutien de la maison d'édition Glénat, le scénariste de bande dessinée Jean-David Morvan lance une collection d'une trentaine de bandes dessinées biographiques, consacrée aux tueurs en série. Il recourt à l'expertise de Stéphane Bourgoin qui devient un personnage de la série documentaire. Les deux premiers tomes, intitulés Stéphane Bourgoin présente Les Serials killers et sortis début 2020, présentent les parcours criminels de Ted Bundy et Michel Fourniret. La publication de son dernier livre sur Michel Fourniret, initialement programmée en juin 2020, est reportée. 

Cinéma

En 1978, Stéphane Bourgoin scénarise trois films pornographiques. L'ensemble est réalisé en deux ou trois semaines par l'Américain Charles Webb, tourné avec John Holmes, à Paris et en Bretagne, avec une équipe technique française, des comédiens français confirmés dont Jacques Marbeuf et Diane Dubois et quelques actrices américaines. Les trois films sont Extreme Close-Up, inédit en France mais sorti aux États-Unis en 1979 et au Japon en 1982, Johnny does Paris sorti aux États-Unis en 1981 et renommé All American Stud lors de sa sortie en VHSN 1 et La Bête et la Belle qui semble n'avoir jamais été monté, alors qu'il aurait peut-être été le projet le plus ambitieux. En 1990, il fait une apparition dans le Portrait de groupe n° 127 : Le jury du Prix Très Spécial du Cinématon de Gérard Courant. 

Publications

Essais sur les tueurs en séries

  • 1992 : Jack l'Éventreur, éditions Fleuve noir, collection Crime Story, no 7
  • 1993 :
    • Serial killers : Enquête sur les tueurs en série, éditions Grasset
    • Le Cannibale de Milwaukee, éditions Fleuve noir, collection Crime Story, no 16, biographie de Jeffrey Dahmer
    • L'Étrangleur de Boston, éditions Fleuve noir, collection Crime Story, no 27, biographie d'Albert DeSalvo
  • 1994 : Femmes tueuses, éditions Fleuve noir, collection Crime Story, no 37
  • 1997 : Almanach du crime et des faits divers - 365 histoires vraies, éditions Méréal
  • 1998 :
    • Le Vampire de Düsseldorf, éditions Méréal, collection Serial killers, no 2, biographie de Peter Kürten
    • L'Ogre de Santa Cruz, éditions Méréal, collection Serial killers, no 3, biographie d'Edmund Kemper
    • Le Monstre de Rochester, éditions Méréal, collection Serial killers, no 5, biographie d'Arthur Shawcross
    • La Main de la mort - Henry Lee Lucas, éditions Méréal, collection Serial killers, no 6, biographies de Ottis Toole et Henry Lee Lucas
  • 2000 :
    • 100 ans de serial killers, éditions Méréal
    • Micki Pistorius, une femme sur la trace des serial killers, éditions 1, biographie de la profileuse Micki Pistorius
  • 2001 : Le Nouvel Almanach du crime & des faits divers, éditions Édite
  • 2004 :
    • Les Crimes cannibales, éditions Scènes de Crime, collection Histoires Vraies, no 1, ouvrage écrit sous le pseudonyme commun à Stéphane Bourgoin et Isabelle Longuet : Étienne Jallieu
    • Le livre noir des sérial killers, éditions Grasset
    • 2005 : Serial Killers : Les nouveaux monstres, éditions Scènes de Crime, collection Histoires Vraies, no 6, ouvrage écrit sous le pseudonyme Étienne Jallieu
  • 2006 :
    • L'Année du Crime, éditions Scènes de Crime, collection Histoires Vraies, hors-série, ouvrage écrit sous le pseudonyme Étienne Jallieu
    • Le Dahlia Noir : Autopsie d'un crime de 1947 à James Ellroy, éditions Édite, ouvrage co-écrit avec Jean-Pierre Deloux
    • L'Almanach du crime & des faits divers : Sang pour sang nouveau, éditions Édite, contient un DVD titré Paroles de Serial killers
  • 2007 : Infanticides, éditions Scènes de Crime, collection Histoires Vraies, no 18, ouvrage écrit sous le pseudonyme Étienne Jallieu
  • 2008 : Les Clefs de l'affaire Fourniret : comprendre et lutter contre le crime en série, éditions Pascal Galodé, ouvrage co-écrit avec Jean-Maurice Arnould, Marie-Noëlle Bouzet et Hakima Chaouchi
  • 2010 : Tueurs, éditions Grasset
  • 2012 :
    • Mes conversations avec les tueurs, éditions Grasset
    • La Totale, Crimes et faits divers, éditions Édite, ouvrage composé de trois volumes : les deux almanachs publiés en 2001 et 2006, ainsi que l'ouvrage Art Killer qui contient 49 peintures et dessins du tueur en série Danny Rolling
  • 2013 : 999 ans de serial killers, éditions Ring
  • 2014 : Qui a tué le Dahlia Noir ? L'énigme enfin résolue, éditions Ring
  • 2015 :
    • La Bible du crime, éditions La Martinière
    • Sex Beast : Sur la trace du pire tueur en série de tous les temps, éditions Grasset, biographie de Gerard Schaefer
  • 2016 : True crime, éditions Ring, ouvrage coécrit avec les journalistes Frédéric Ploquin, Dominique Rizet et Frédérique Lantieri
  • 2017 :
    • Serial Krimes, éditions Grasset
    • Moi, serial killer: Douze terrifiantes confessions de tueurs en série, éditions Grasset
  • 2018 :
    • L'Homme qui rêvait d'être Dexter, éditions Ring, ouvrage qui rapporte des confessions de Mark Twitchell, un tueur canadien prétendument inspiré du personne de fiction Dexter Morgan, inventé par l'écrivain Jeff Lindsay34
    • L'Ogre des Ardennes : Les derniers secrets de Michel Fourniret, éditions Grasset
  • 2019 :
    • Docteur Holmes, French Pulp éditions, une biographie de H. H. Holmes
    • The Green River Killer, French Pulp éditions, une biographie de Gary Ridgway

Direction d'anthologies

Stéphane Bourgoin a dirigé plusieurs collections et supervisé la rédaction de près de deux cents anthologies rassemblant des nouvelles policières ou des récits fictionnels fantastiques ou de science-fiction.

  • 1984 : Terreur sur Hollywood recueil de nouvelles de Robert Bloch
  • 1988 : Fredric Brown : le rêveur lunatique, éditions Encrage, anthologie de témoignages et de textes, bibliographie et filmographie commentées
  • 1994 : Psychomania, Fleuve Noir : recueil de nouvelles de Robert Bloch
  • 2000 : 12 serial killers, éditions Les Belles Lettres / Manitoba
  • 2001 : 13 nouveaux serial killers, éditions Les Belles Lettres / Manitoba

Essais sur le cinéma

  • 1983 :
    • Série B avec Pascal Mérigeau (Éditions Edilig / Cinégraphies)
    • Roger Corman (Éditions Edilig / Filmo)
  • 1984 : Terence Fisher (Éditions Edilig / Filmo)
  • 1986 : Richard Fleischer (Éditions Edilig / Filmo)
  • 2002 : contribution à l'anthologie Le Cinéma X, éditée par La Musardine.

Traductions

  • 1987 : Frank Belknap Long : H.P. Lovecraft, le conteur des ténèbres, éditions Encrage, Paris, 1987
  • 1988 :
    • En dépit du tonnerre de John Dickson Carr, éditions Rivages
    • Psychopathe de Robert Bloch, éditions Clancier-Guénaud
    • Le Maître du passé de Robert Bloch, éditions Clancier-Guénaud
  • 1989 : Polar : mode d'emploi - Manuel d'écriture criminelle, éditions Encrage, prix Maurice Renault 1989, décerné par l'association 81341. Livre traduit de Mystery Writer’s Handbook de l'association Mystery Writers of America
  • 1990 : Polar : mode d'emploi 2 - Manuel d'écriture criminelle, éditions Encrage

Préface

  • Psychose de Robert Bloch : édition de 2011

Télévision

  • 1991 : co-réalisation de Serial killers : enquête sur une déviance.
  • 2000 : participe, comme journaliste, au documentaire Profession profiler, une femme sur la trace des serial killer, portrait d'une analyste criminelle sud-africaine, réalisé par Frédéric Tonolli et diffusé, au début des années 2000, sur la chaîne de télévision généraliste française France 2.
  • 2012 : présentateur de Stéphane Bourgoin raconte, mini-programme de 26 épisodes diffusés sur Planète+ Justice.
  • 2017 : apparition dans son propre rôle dans l'épisode 1 de la série La Mante.

Publié dans Ecrivains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article