Calloc'h Jean-Pierre

Publié le par Roger Cousin

Yann-Ber Kalloc'h (Jean-Pierre Calloc'h en français) est un écrivain breton de langue bretonne, et plus particulièrement du vannetais, né le 21 juillet 1888 à l'île de Groix et tombé au champ d'honneur le 10 avril 1917 à Urvillers (Aisne). 

Calloc'h Jean-Pierre

L'unique œuvre littéraire qui le montre comme un des plus grands auteurs bretons est un recueil posthume de poèmes souvent mystiques, Ar en deulin (À genoux, War an daoulin en KLT) publié par son ami Pierre Mocaer en 1925. Ce recueil comprend le célèbre poème Me 'zo ganet e kreiz ar mor (Je suis né au milieu de la mer). Dans ces poèmes composés en grande partie au front, il exprime sa profonde foi chrétienne, l'amour de sa langue et ses sentiments politiques teintés d'autonomisme.

Fils d'un marin pêcheur (mort en octobre 1902), qu'il mentionne, ainsi que sa mère, dans le poème autobiographique Me zo ganet e kreiz er mor (« Je suis né au milieu de la mer »), il désire d'abord devenir prêtre et entre au petit séminaire de Sainte-Anne-d'Auray en 1900, puis au grand séminaire de Vannes en octobre 1905. Il doit renoncer à sa vocation car ses deux sœurs et son frère cadet souffrent d'une maladie nerveuse. Or le droit canon interdisait alors la prêtrise à ceux dont un ascendant ou un proche est atteint d'une telle maladie. Il devient répétiteur dans différentes villes dont Paris.

Prenant pour pseudonyme son nom de barde Bleimor (Loup de mer), il collabore à divers journaux régionalistes et autonomistes, dont Le Pays breton. Le 12 octobre 1915, il écrit une lettre à Achille Collin qui est à la base d'une grande pétition en 1919 en faveur du breton. En Bretagne, au moins six rues portent son nom, d'après Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, 1997. Jean Pierre Hyacinthe Calloch est mort pour la France, tué à l'ennemi, son nom figure au Panthéon avec les 546 écrivains morts au champ d'honneur.

Publié dans Ecrivains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article