Manteuffel Edwin von

Publié le par Roger Cousin

Manteuffel Edwin vonLe baron Hans Edwin von Manteuffel, né à Dresde le 24 février 1809 et mort à Carlsbad, le 17 juin 1885, est un militaire prussien qui fut aide de camp du prince Albert de Prusse, puis de Frédéric-Guillaume IV et gouverneur d'Alsace-Lorraine. Appelé à l'État-major, le baron Edwin von Manteuffel réorganise l'armée prussienne et participe à la guerre prusso-danoise de 1864, puis à la guerre austro-prussienne de 1866. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, il vainc le général Bourbaki en l'acculant à la frontière Suisse. Après le Traité de Francfort, Edwin von Manteuffel est nommé Oberbefehlshaber de l'armée d'occupation en France, où il travaille en étroite collaboration avec Saint-Vallier. Promu au grade de Generalfeldmarschall le 19 septembre 1873, Manteuffel quitte la France.

Jouissant de l'estime de l'empereur Guillaume Ier, il est pressenti pour succéder à Bismarck. Avec habilité, ce dernier écarte Manteuffel en lui proposant un nouveau poste dans l'Empire allemand. En 1879, Bismarck place ainsi Edwin von Manteuffel à la tête du Reichsland Elsaß-Lothringen, ou Terre d'Empire d'Alsace-Lorraine. Alors que son prédécesseur, le Président Supérieur Eduard Von Möller disposait de pouvoirs civils limités, Manteuffel devient Reichsstatthalter du nouveau territoire d'Empire, avec des pouvoirs civils et militaires plus étendus. Sans abandonner l'ambition de parvenir à la germanisation des populations annexées, Manteuffel, avec l'appui du conseiller aux cultes Friedrich Althoff, met toutefois en œuvre une politique habile et pleine de tact, en rupture avec la radicalité de ses prédécesseurs.

« Je ressens avec vous combien il doit vous être pénible d’être séparés de la France, si distinguée par son génie et sa vie intérieure ; mais maintenant vous appartenez à l’Allemagne ; attachez-vous à elle franchement et loyalement, sans arrière-pensée. [...] Je serai impuissant si les Alsaciens-Lorrains ne font pas preuve de ce patriotisme. [...] Je réitère mon vœu de voir s’établir entre nous une confiance réciproque pour que nous travaillions de concert au bien-être du pays. » Cette stratégie de séduction politique s'incarne notamment dans l'attention inédite portée par Edwin Manteuffel sur la santé des enfants à l'école. Il est lui-même à l'initiative de plusieurs campagnes médicales qui participent à la promotion des exercices corporels et de la gymnastique dans les écoles annexées.

Le nouveau Statthalter se heurte bientôt à la résistance d'une partie des élites, particulièrement en Alsace. Prenant parti pour le clergé catholique en plein Kulturkampf, il s'aliène naturellement les protestants et les libéraux alsaciens. Conscient de ce contexte politique difficile, Bismarck décide pourtant de le laisser en place. En 1885, fatigué et usé par ses responsabilités, Edwin von Manteuffel se retire à Karlsbad, où il décède le 17 juin 1885. Il est enterré au cimetière principal de Francfort. Sa politique qui consistait à s'appuyer sur les notables, auxquels il donnait systématiquement raison, avait donné à la population l'habitude de s'adresser à eux pour la moindre requête, faussant ainsi le mécanisme administratif du pays et mécontentant les fonctionnaires allemands. Ami de l'empereur il put rester en fonctions jusqu'au bout mais, à sa mort, tout le travail était à reprendre. Clovis de Hohenlohe-Schillingsfürst lui succéda.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article