Masson Robert

Publié le par Mémoires de Guerre

Robert Masson est un compagnon de la Libération né à Paris le 19 janvier 1914 et mort à Versailles le 24 octobre 2010. 

Masson Robert

Jeunesse

Robert Masson alias Samson - Pupin - Portali -Loubier. Fils d'industriel, Robert Masson est né le 19 janvier 1914 à Paris. Sa préparation à Centrale est interrompue par la mort de son père et il devient cadre dans l'industrie. Il effectue son service militaire en 1936-1937, dans l'Armée de l'Air, après être passé par l'école d'élèves officiers d'Avord. Mobilisé en 1939 comme sous-lieutenant de réserve, il est démobilisé à Alger après l'armistice de juin 1940.

Seconde Guerre mondiale

De retour en métropole, il refuse l'idée de la défaite et entre dans la Résistance en janvier 1941 comme agent du Service de Renseignement Air (S.R. Air) à Paris. Il devient bientôt l'officier traitant du SR Air auprès du mouvement de résistance Ceux de la Libération (CDLL) et se trouve dès lors en contact avec les membres du Comité Directeur de ce mouvement : Maurice Ripoche, Henri Pascal, Jacques Ballet et Gilbert Védy ("Médéric"). En même temps, Robert Masson monte un réseau personnel et assure une liaison mensuelle avec le commandant Badré à Vichy où il achemine le courrier dont les renseignements sont transmis à Londres par radio. Il traverse ainsi la ligne de démarcation à 50 reprises.

En décembre 1942, coupé de ses chefs, il décide d'établir une liaison avec Alger avec l'aide de CDLL. Le 25 décembre il passe en Espagne mais il est arrêté à Vicilla ; évadé, il est repris et emprisonné à Lérida où il retrouve Jacques Ballet et François Sommer. Il s'évade à nouveau et rejoint Gibraltar le 8 février 1943 avant de gagner finalement Alger puis Londres. Le 11 avril 1943 il est parachuté avec un poste de radio en Normandie près d'une propriété familiale où il trouve refuge ; il a pour mission de mettre sur pied un nouveau réseau remplaçant le précédent. Aidé notamment de sa mère et de son frère Gérard, il crée alors le réseau des Forces Françaises Combattantes "Samson", assure ses liaisons radio, organise un service de reproduction du courrier, etc.

Le 19 mai 1943 par une opération aérienne depuis la Lozère, il regagne Londres et est affecté jusqu'en décembre 1943 au groupe d'aviation 2/52 en Algérie. A sa demande, à la suite d'arrestations compromettant le fonctionnement des réseaux S.R. Air, il est de nouveau parachuté en France le 9 février 1944. Il organise le regroupement des postes du SR de zone nord et du réseau Samson. Le 2 juin 1944, il se rend à nouveau en Grande-Bretagne depuis l'Oise grâce à une opération aérienne montée par le réseau. Là, il est affecté au Bureau central de renseignements et d'action de Londres (BCRAL) et prend la succession du colonel de Berroeta à la tête du poste S.R. de Londres tout en gardant la direction de "Samson" jusqu'à la libération du territoire national.

Après Guerre

En décembre 1945, Robert Masson quitte l'armée avec le grade de commandant et devient administrateur d'une société de transport aérien. De 1949 à 1957 il occupe le poste de chef du département "Ventes" de Sud-Aviation puis en 1957-1958, celui de chef du département "Ventes Hélicoptères". De 1959 à 1964, il est directeur commercial de la Société Française d'Entretien et de Réparation de Matériels Aéronautiques (SFERMA), filiale de Sud-Aviation puis en 1965-1966, responsable des ventes "Avions Légers" à Sud-Aviation et, de 1967 à 1969, adjoint au Directeur Général de la SOCATA (filiale de Sud-Aviation). En 1970, il est Directeur de l'établissement thermal de Bagnoles de l'Orne.

Décès

Robert Masson est décédé le 24 octobre 2010 à Versailles. Il est inhumé à Jullouville dans la Manche.

Décorations

  • Commandeur de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 12 juin 1945
  • Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
  • King's Medal for Courage (GB)
  • Officier de l'Ordre de la Couronne Royale (Belgique)
  • Croix de Guerre (Belgique)

Publié dans Militaires, Résistants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article