Thälmann Ernst

Publié le par Mémoires de Guerre

Ernst Thälmann est un homme politique allemand, né à Hambourg le 16 avril 1886 et assassiné au camp de concentration de Buchenwald le 18 août 1944. Il est président du Parti communiste d'Allemagne (KPD) de 1925 à 1933, député au Bürgerschaft de Hambourg de 1919 à 1933 et député au Reichstag de 1924 à 1933. 

Thälmann Ernst

Carrière

Fils d'un commerçant, Ernst Thälmann devient ouvrier dans le secteur des transports. Il adhère au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) en 1903 et au syndicat des transports en 1904. Il sert à partir de 1915 comme appelé sur le front de l'Ouest puis déserte en octobre 1918. En 1918, il rejoint les rangs du Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands, USPD), et devient le président de la section hambourgeoise en 1919. En mars 1919, il est élu au Bürgerschaft de Hambourg. En 1920, il rejoint avec l’aile gauche de l’USPD le Parti communiste d'Allemagne (KPD). Entré au comité central du parti en 1921, il devient la même année président de sa section hambourgeoise. En 1923, au moment de la révolution avortée qui devait être l'« octobre allemand », il prend la tête de l'insurrection de Hambourg, seule partie du soulèvement à avoir été effectivement déclenchée. Cet épisode, qui lui vaut de passer plusieurs mois dans la clandestinité, contribue à sa réputation au sein du parti. En 1924, il devient vice-président du KPD et membre du présidium de l'Internationale communiste.

De 1924 à 1933, il siège au Reichstag. Il participe aux élections présidentielles de 1925 et de 1932, parvenant les deux fois à la troisième place. En 1925, avec le soutien du comité exécutif de l'Internationale communiste, la direction du parti est renouvelée et Thälmann en devient le président. En 1928 éclate « l'affaire Wittorf », du nom d'un permanent de Hambourg accusé d’avoir pris de l'argent dans la caisse du parti3. Ses opposants reprochent à Thälmann de n'avoir pas dénoncé l'affaire. Wittorf est exclu du parti et Thälmann suspendu de ses fonctions de président. Staline intervient et fait pression avec le Komintern pour que Thälmann soit rétabli dans ses fonctions. Sous la direction de Thälmann, le parti, dont la politique est alignée sur celle du Parti communiste de l'Union soviétique, connaît un essor considérable : le KPD obtient 3,3 millions de voix aux élections législatives de 1928, 4,6 millions en 1930, 5,3 millions en juillet 1932 et 6 millions en novembre 1932. Ainsi, il a presque doublé son score électoral entre 1928 et 1932. Toutefois, l’orthodoxie stalinienne que Thälmann applique entraîne la création d'un parti dissident (le Parti communiste d'Allemagne - opposition, KPD-O), et isole le KPD des autres partis de gauche lors de la montée du nazisme.

Lors de son discours de décembre 1931, il met en garde ceux parmi les camarades qui ne voulaient pas voir que « les arbres nazis cachent la forêt social-démocrate ». Aussi ses appels au SPD en 1932 et janvier 1933 pour une action commune ne sont-ils pas suivis. Le 3 mars 1933, Thälmann est arrêté : une vaste campagne pour la libération d'Ernst Thälmann est relayée internationalement par le mouvement antifasciste. La figure de Thälmann devient un symbole de la résistance allemande en général, de la résistance communiste en particulier. Le 25 juillet 1935, lors de l'ouverture du 7e congrès de l'Internationale communiste, Maurice Thorez propose Thälmann comme président d'honneur de cette assemblée. Un bataillon de volontaires allemands engagés dans les rangs des Brigades internationales durant la guerre d'Espagne fut nommé Bataillon Thälmann en son honneur, alors qu'il était emprisonné en Allemagne. Après onze années passées dans plusieurs prisons, il est transféré le 17 août 1944 au camp de concentration de Buchenwald. Il y est exécuté le lendemain sur ordre de Hitler et son corps est incinéré dans un four crématoire. La presse nazie tente de faire passer sa mort pour une conséquence du bombardement du camp du 24 août. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article