Les Aventures d'Arsène Lupin

Publié le par Jacques Becker

Le film raconte trois affaires dans lesquelles Arsène Lupin est impliqué. La première séquence est celle du vol de deux tableaux lors d'une soirée donnée chez le président du Conseil. Lupin s'y présente sous l'identité d'un diplomate italien et, à la faveur d'une panne de gaz provoquée par ses complices et de l'obscurité qui s'ensuit, dérobe un tableau de Léonard de Vinci et un autre de Botticelli. Il laisse sa carte sous un troisième tableau attribué à Michel-Ange, signalant au passage qu'il s'agit d'un faux. Au cours de cette soirée, il fait également la connaissance et séduit la ravissante aristocrate allemande Mina von Kraft.

Dans la deuxième séquence, Lupin, dissimulé sous les traits d'un riche viticulteur qui s'apprête à marier sa fille unique, vole un grand bijoutier parisien. Après une visite à la bijouterie, ne parvenant pas à choisir les bijoux qu'il souhaite offrir à sa fille, il invite les bijoutiers à se rendre à son hôtel pour qu'il se décide en compagnie de sa fille. Lorsque les bijoutiers arrivent, il les installe dans une des deux pièces de sa suite et examine les bijoux, qu'il place dans son secrétaire. Avec la complicité involontaire de la manucure de l'hôtel, il s'éclipse à cet instant dans la pièce d'à côté, non sans avoir refermé le secrétaire, et récupère les bijoux dans le secrétaire à travers une ouverture qu'il avait préalablement pratiquée dans le mur.

À la suite de cette affaire, la jeune fille perd son poste de manucure dans l'hôtel et est inquiétée par la police, avant d'être relâchée. Lupin intervient cependant pour la dédommager de 50 louis d'or et lui trouve une place chez un coiffeur réputé du Palais Royal. Il s'y rend le lendemain sous son identité publique, celle d'André Laroche, homme influent et célèbre à Paris, propriétaire de chevaux et ami de personnalités influentes. Il y est reconnu par la soubrette qui le dénonce à la police. L'affaire tourne cependant court quand le policier qui l'arrête se rend compte du personnage influent à qui il a à faire.

Pendant ce temps, Mina von Kraft, proche conseillère du Kaiser Guillaume, reconnaît Lupin sur une photo de lui publiée dans un journal allemand à la suite de la victoire d'un de ses chevaux de course. Le Kaiser informé de l'affaire et désireux de rencontrer Lupin, le fait enlever à Paris et le reçoit dans une de ses résidences d'été. Cet épisode permet à Lupin de faire étalage de sa science des chevaux et de profiter des charmes de la délicieuse Mina. Il apparaît cependant que l'objectif véritable du Kaiser en « invitant » Lupin était de tester la sécurité d'une cachette secrète dans laquelle il comptait dissimuler des documents extrêmement confidentiels et qu'il met Lupin au défi de découvrir. Lupin y parvient, mais choisit de ne pas révéler cette découverte au Kaiser. Il profite par contre de la situation pour dérober un million de marks dans son coffre-fort, avant de s'enfuir à cheval. Lorsque le Kaiser découvre le larcin, il se console en pensant que sa cachette secrète est restée inviolée.

Le film se clôt sur une scène se déroulant dans un restaurant parisien où l'on retrouve plusieurs personnages qui se trouvaient à la soirée du président du conseil, notamment Mina et un maharadjah exhibant sur son turban son plus beau diamant,... que Lupin, déguisé en serveur, va évidemment subtiliser, avant d'adresser un clin d'œil à Mina.

Les Aventures d'Arsène Lupin de Jacques BeckerLes Aventures d'Arsène Lupin de Jacques Becker

Les Aventures d'Arsène Lupin de Jacques Becker

Fiche technique

  • Titre : Les Aventures d'Arsène Lupin
  • Réalisation : Jacques Becker
  • Scénario, Adaptation et Dialogue : Jacques Becker et Albert Simonin d'après l'oeuvre de Maurice Leblanc
  • Assistants réalisateur : [Serge Witta]], Jean-François Hauduroy
  • Images : Edmond Séchan
  • Opérateur : Ghislain Cloquet, assisté de Pierre Goupil et Bernard Taisant
  • Musique originale : Jean-Jacques Grünenwald - Éditions : Enoch et Cie
  • Direction musicale : Jacques Météhen
  • Chansons de Maurice Boukay (de son vrai nom Charles Maurice Couyba, né en Haute-Saône), Paul Delmet
  • Danses réglées par Nelly Boucharon
  • Son : Lucien Lacharmoise, assisté de Pierre Bertrand et Pierre Calvet
  • Montage : Geneviève Vaury, assistée de Maryse Barbut
  • Décors : Rino Mondellini, assisté de Pierre Guffroy et Jacques Dugied
  • Costumes : Anne-Marie Marchand et Jacques Cottin
  • Les costumes de Robert Lamoureux sont de Ted Lapidus
  • Robes : de Marcelle Desvignes et Paulette Coquatrix
  • Maquillage : Jean-Jacques Chanteau
  • Script-girl : Sophie Becker
  • Régisseur général : Hubert Mérial
  • Photographe de plateau : Henri Thibault
  • Ensemblier : Robert Turlure
  • Production : Cinéphonic, Gaumont, Lambor-Films (Paris) - Films Costellazione (Rome)
  • Producteurs : François Chavane, Alain Poiré, Jules Borkon, Jean Le Duc, Mario Gabrielli
  • Directeur de production : Robert Sussfeld
  • Distribution : Gaumont
  • Tournage du 3 juillet au 1er septembre 1956, dans les studios de Saint-Maurice et pour les extérieurs : Paris, La région parisienne et le château du Haut-Kœnigsbourg
  • Tirage dans les laboratoires G.T.C de Joinville-le-Pont
  • Format : Couleurs (Technicolor) - 35mm (négatif et positif) - 1 x 1,37
  • Pays d'origine : France
  • Durée : 104 minutes
  • Métrage : 2840 mètres
  • Première présentation le 22/03/1957
  • Visa d'exploitation (France) : 18506

Distribution

  • Robert Lamoureux : André Laroche alias Arsène Lupin alias Aldo Parolini
  • Liselotte Pulver : Mina von Kraft
  • Otto E. Hasse : Le Kaiser Guillaume II
  • Daniel Ceccaldi : Jacques Gauthier
  • Georges Chamarat : L'inspecteur Lucien Dufour
  • Huguette Hue : Léontine Chanu
  • Renaud Mary : Paul Desfontaines
  • Sandra Milo : Mathilde Duchamp
  • Paul Muller : Rudolf von Kraft
  • Henri Rollan : Emile Duchamp
  • Jacques Becker : Le Kronprinz
  • Henri Belly : Un complice
  • Charles Bouillaud : Otto, le valet du Kaiser
  • René Hell : Le balayeur
  • Hubert de Lapparent : Le vendeur de la bijouterie
  • Jacques Mancier : Un homme chez le coiffeur
  • Alexandre Mihalesco : Le grand-Père
  • Margaret Rung : L'Américaine
  • Pierre Stephen : Mr Clérissy, le bijoutier
  • Mireille Ozy : La bonne de Laroche
  • Alain Janey : Le coiffeur
  • Pierre Duncan : Le Maharadjah
  • Hugues Wanner : Le gérant du salon de coiffure
  • Paul Préboist : Un palefrenier
  • Joe Davray : Un garde du Maharadjah
  • Edouard Francomme : Un pisteur
  • Robert Mercier : L'homme au broc-d'eau
  • Pierre Darcey
  • Jacques Manoir
  • Jean-Marie Arnoux
  • Antoine Baud
  • Marcel Bernier

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article