Thulin Ingrid

Publié le par Mémoires de Guerre

Ingrid Thulin (parfois Ingrid Tulean) est une actrice suédoise née le 27 janvier 1929 à Sollefteå, Ångermanland dans le nord de la Suède, et décédée à Stockholm le 7 janvier 2004.

Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid
Thulin Ingrid

Elle était, avec Greta Garbo et Ingrid Bergman, la plus connue des actrices suédoises. Elle incarna l’archétype de la beauté nordique, froide et mystérieuse. Une des égéries du cinéaste Ingmar Bergman, elle a également travaillé sous la direction de Luchino Visconti, Vincente Minnelli et d'Alain Resnais. Après une formation de danseuse classique, elle fait ses débuts de comédienne au Théâtre dramatique royal de Stockholm. Dès les années 1940, elle a de petits rôles de figuration dans quelques longs métrages du cinéma nordique. En 1954, le réalisateur suédois Ingmar Bergman la découvre au Théâtre municipal de Malmö, où elle joue La guerre de Troie n’aura pas lieu, et décide alors de la prendre sous son aile. Cette rencontre va être le tremplin de sa carrière. Ingrid Thulin enchaîne les films d'Ingmar Bergman, Les Fraises sauvages en 1957, puis Au seuil de la vie, en 1958, en compagnie de Bibi Andersson et d'Eva Dahlbeck, avec qui elle partage le prix d’interprétation féminine à Cannes. Elle tourne neuf films avec Bergman.

Au cours de sa carrière, elle joue toute une série de rôles variés, souvent difficiles et émouvants, comme la compagne d’un charlatan dans Le Visage (1958), une institutrice athée amoureuse d’un pasteur doutant de Dieu dans Les Communiants (1963), une malade alcoolique s’adonnant aux plaisirs solitaires dans Le Silence (1963), l’une des trois sœurs de Cris et chuchotements (1973). À partir des années 1960 Ingrid Thulin participe aussi à des productions internationales comme Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de Vincente Minnelli, La guerre est finie d’Alain Resnais, Les Damnés de Luchino Visconti. La Maison du sourire (La casa del Sorriso), de Marco Ferreri, en 1991, marque la fin de sa carrière d’actrice. Elle a réalisé aussi quelques films et participé à quelques pièces de théâtre à Broadway (New York). Résidant à Rome depuis 1964, elle revient dans son pays natal en janvier 2003 pour y faire traiter son cancer, mais elle en meurt à Stockholm, le 7 janvier 2004. Ingrid Thulin s’est mariée deux fois, avec l’acteur suédois Claes Sylwander, de 1952 à 1955, puis, de 1959 à 1989, avec Harry Schein, co-fondateur de l’Institut du film suédois.

Filmographie

  • 1956 : L'Énigmatique Monsieur D (Foreign Intrigue) de Sheldon Reynolds
  • 1957 : Les Fraises sauvages (Smultronstället) d’Ingmar Bergman
  • 1958 : Au seuil de la vie (Nära livet) d’Ingmar Bergman
  • 1958 : Le Visage (Ansiktet) d’Ingmar Bergman
  • 1960 : Le Juge (Domaren) d'Alf Sjöberg
  • 1962 : Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (The Four Horsemen of the Apocalypse) de Vincente Minnelli
  • 1962 : Les Communiants (Nattvärdgästerna) d’Ingmar Bergman
  • 1962 : Agostino de Mauro Bolognini
  • 1963 : Le Silence (Tystnaden) d'Ingmar Bergman
  • 1966 : Le Démon est mauvais joueur (Return from the ashes) de Jack Lee Thompson
  • 1966 : Jeux de nuit (Nattlek) de Mai Zetterling
  • 1966 : La guerre est finie d'Alain Resnais
  • 1967 : L'Heure du loup (Vargtimmen) d’Ingmar Bergman
  • 1968 : Adélaïde de Jean-Daniel Simon
  • 1969 : Le Rite (Riten) d'Ingmar Bergman
  • 1969 : Les Damnés de Luchino Visconti
  • 1971 : Je suis vivant (La corta notte delle bambole di vetro) d'Aldo Lado
  • 1972 : Cris et chuchotements (Viskningar Och Rop) d'Ingmar Bergman
  • 1975 : La Cage de Pierre Granier-Deferre
  • 1976 : Madame Kitty (Salon Kitty) de Tinto Brass
  • 1976 : L’Agnese va a morire de Giuliano Montaldo
  • 1977 : Le Pont de Cassandra (The Cassandra Crossing) de George Pan Cosmatos
  • 1983 : Après la répétition (Efter repetitionen, After the Rehearsal) d’Ingmar Bergman
  • 1991 : La Maison du sourire (La casa del Sorriso) de Marco Ferreri

Théâtre

  • 1967 : Silence, l'arbre remue encore de François Billetdoux, mise en scène Antoine Bourseiller, Festival d'Avignon

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article