Kaplan Nelly

Publié le par Mémoires de Guerre

Nelly Kaplan est une écrivaine et cinéaste française, née le 11 avril 1931 à Buenos Aires, en Argentine et morte le 12 novembre 2020 à Genève. 

Kaplan Nelly
Kaplan Nelly
Kaplan Nelly

Carrière

La famille de Nelly Kaplan est d'origine juive russe. C’est une enfant turbulente et pour « se débarrasser d'elle », ses parents l'envoient au cinéma. Elle découvre lors des matinées classiques des films muets et sonores. Le cinéma devient sa seconde passion avec la littérature. Son faible pour la poésie française lui fait choisir la France lorsqu'elle part pour vivre sa vie. Avant de prendre le bateau, elle sollicite revues et journaux argentins pour être leur correspondante. En 1953, elle arrive à Paris avec ces accréditations presse et une lettre d'introduction du directeur de la Cinémathèque argentine. Grâce à ce document, Henri Langlois l'accueille à la cinémathèque et lui ouvre les portes de toutes les projections. 

C'est lui qui, en 1954, lors d'une réception en hommage à Georges Méliès, la présente à Abel Gance dont, quinze jours après cette rencontre, elle devient l'assistante ; elle tiendra un petit rôle dans La Tour de Nesle (1954). Elle l'assiste également pour les films Magirama (1956) et Austerlitz (1960). Cette même année 1954, elle rencontre et se lie d'amitié avec Théodore Fraenkel, ex-condisciple d'André Breton au collège Chaptal et durant la Première Guerre mondiale (1914-1916) en tant qu'internes en médecine à Nantes. En 1955, elle rencontre Philippe Soupault, puis en 1956, André Breton : le début d'« une éblouissante amitié amoureuse ». 

    « J'ai donc rencontré André Breton par le plus grand des hasards. C'était le 17 mars 19565, vers onze heures du matin, au musée des arts décoratifs où avait lieu une exposition d'art précolombien. Je déambulais depuis un long moment parmi ces objets uniques, sans me décider à partir, comme cela m'arrive parfois quand je me sens dans l'attente d'un événement extraordinaire qui doit immanquablement arriver et qui, neuf fois sur dix, arrive… […] Soudain, dans une des salles que j'aurais juré déserte un instant auparavant, apparut un personnage à la belle tête léonine. Un étrange ballet s'ensuivit pendant quelques minutes, puis il s'approcha de moi et, le plus naturellement du monde, commença à me commenter la statuette de jade placée devant nous. Nous avons déambulé longtemps d'une salle à l'autre, en parlant comme si nous nous connaissions. Les rapports étaient simples, limpides. Au moment de nous quitter, il me dit : “Je crois qu'il est temps de me présenter. Je m'appelle André Breton”. » — Extrait d'un entretien donné au quotidien Le Figaro le 24 avril 1991.

Auprès d'Abel Gance, elle se passionne pour la Polyvision (3 projections en même temps sur un écran) qu'a expérimentée le cinéaste, et à laquelle elle consacrera un essai. Elle apprend le métier : le montage en appliquant la polyvision au film J'accuse, la mise en scène en dirigeant une seconde équipe sur Austerlitz. Par ailleurs elle commence à écrire. En 1959 et 1960 paraissent chez Éric Losfeld, sous le pseudonyme « Belen », trois plaquettes publiées à tirage limité : La Géométrie dans les Spasmes, Délivrez-nous du Mâle et La Reine des Sabbats. En 1961, Nelly Kaplan réalise son premier court-métrage sur le peintre Gustave Moreau, et rencontre André Pieyre de Mandiargues. Abel Gance l'accompagne également dans sa découverte de l'occultisme dont on trouve des traces dans tous ses films ou romans (boule de cristal, tarot, liseuse de drap…)

En 1964, elle rencontre le producteur Claude Makovski avec qui elle entame une collaboration intense : ils créent la société de production Cythère Films, qui produit les projets de courts métrages documentaires de N. Kaplan. Makovski la pousse à réaliser son premier long métrage, La Fiancée du pirate, en 1969, avec Bernadette Lafont dans le rôle principal ; il produira tous ses films (y compris Abel Gance et son Napoléon) sauf Néa, commande faite à la réalisatrice pour adapter une histoire d'Emmanuelle Arsan. Une autre rencontre importante sera celle du cinéaste Jean Chapot avec qui elle écrira tous les films qu'elle ou lui réalisera, depuis Néa (1976) jusqu'à la mort de ce dernier en 1998. En 1998, la Galerie, à Paris, organise une exposition « Kaplan dans tous ses états ». Nelly Kaplan tient la rubrique cinéma dans Le Magazine littéraire et participe à l'émission de radio Des Papous dans la tête diffusée par France Culture. 

Mort

Nelly Kaplan succombe au coronavirus le 12 novembre 2020 à Genève, à l'âge de 89 ans. 

Distinction

  • 1996 : Chevalier de la Légion d'honneur pour l'ensemble de son œuvre littéraire et cinématographique.

Filmographie

Actrice

  • 1955 : La Tour de Nesle d'Abel Gance : Alice
  • 1960 : Austerlitz d'Abel Gance : Madame Récamier
  • 1979 : Charles et Lucie : Nostradama
  • 1991 : Les Mouettes (téléfilm) de Jean Chapot : Belen
  • 1993 : Polly West est de retour (téléfilm) de Jean Chapot : Salomé von Jung
  • 1994 : Honorin et l'enfant prodigue (téléfilm) de Jean Chapot : Dora

Documentaires

  • Gustave Moreau, 1961, court-métrage 22 min, avec la voix d'André Breton
  • Rodolphe Bresdin, 1962, c.m. 17 min.
  • Abel Gance, hier et demain, 1963, 28 min.
  • La Nouvelle Orangerie, 1965, c.m. 10 min, sur la collection Walter Guillaume
  • Les Années 25, 1965, c.m. 12 min, sur les Années folles à partir d'une exposition au musée des arts décoratifs de Paris
  • Dessins et merveilles, 1966, c.m. 11 min, sur les dessins de Victor Hugo
  • À la Source, la femme aimée, 1966, c.m. 10 min, sur les dessins érotiques d'André Masson
  • Le Regard Picasso, 1967, 52 min, Lion d'or au Festival de Venise
  • Abel Gance et son Napoléon, 1983, 60 min

Réalisation

  • 1969 : La Fiancée du pirate
  • 1971 : Papa les p'tits bateaux
  • 1976 : Néa
  • 1979 : Charles et Lucie
  • 1987 : Pattes de velours, pour la télévision
  • 1991 : Plaisir d'amour

Scénario

  • 1975 : Il faut vivre dangereusement, scénario coécrit avec Claude Makovski et Clément Veillot
  • 1981 : Livingstone (téléfilm), scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1982 : Ce fut un bel été, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1982 : Un fait d'hiver, scénario coécrit avec Jean Chapot et Clément Perron, pour la télévision
  • 1984 : Le Regard dans le miroir, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision. Grand Prix de la Fondation de France
  • 1988 : Le Crépuscule des loups, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1991 : Les Mouettes, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1992 : Honorin et la Loreleï, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1993 : Polly West est de retour, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision
  • 1994 : Honorin et l'enfant prodigue, scénario coécrit avec Jean Chapot, pour la télévision, quatrième volet de la « saga » de Sainte Apolline
  • 1999 : La Petite Fille en costume marin, scénario coécrit avec Jean Chapot et Sébastien Roulet, pour la télévision

Publications

Fictions

  • La Reine des Sabbats, sous le pseudonyme de « Belen », illustrations de Le Maréchal (pseudonyme de Jacques Moreau), Paris, Losfeld, 1960
    • Le Réservoir des sens, 1966, nouvelles, Paris, La Jeune Parque Sous le pseudonyme de « Belen ». Ce volume reprend, pour l'essentiel, le texte de trois plaquettes publiées à tirage limité en 1959 et 1960 : La Géométrie dans les spasmes, Délivrez-nous du Mâle et La Reine des Sabbats. Préface de Philippe Soupault et illustrations d'André Masson.
    • Sous son nom de Nelly Kaplan, le livre a été deux fois réédité. 1988, rééd. J.-J. Pauvert. 1995, rééd. augmentée de La Gardienne du temps, Le Castor astral
  • Le Collier de Ptyx, Paris, J.-J. Pauvert, 1971
  • Mémoires d'une liseuse de draps, Paris, J.-J. Pauvert, 1974 Roman signé « Belen ». Censuré et interdit de diffusion
  • Aux Orchidées sauvages, roman, Paris, éditions La Différence, 1998
  • Un manteau de fou rire, roman, Paris, éditions La Différence, 1998

Réédition, légèrement revisitée par l'auteur, du roman Mémoires d'une liseuse de draps.

  • Ils furent une étrange comète, Paris, Le Castor astral, 2002
  • Cuisses de grenouille, Maren Sell Éditeurs, 2005
  • Et Pandore en avait deux !, Paris, éditions du Rocher, 2008

Essais sur le cinéma

  • Manifeste d'un art nouveau : la Polyvision, Caractères, 1955
  • Le Sunlight d'Austerlitz, Paris, Plon, 1960
  • Napoléon, texte en anglais sur le film d'Abel Gance, Londres, British Film Institute Publishing, 1994

Correspondance

  • Mon Cygne, mon Signe…, correspondance avec Abel Gance, Paris, éditions du Rocher, 2008
  • Écris-moi tes hauts faits et tes crimes, correspondance avec André Pieyre de Mandiargues de 1962 à 1991, Paris, Tallandier, 2009
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article