Bradley Omar

Publié le par Mémoires de Guerre

Omar Nelson Bradley, né le 12 février 1893 à Clark (Missouri), mort le 8 avril 1981 à New York, est un militaire américain. Il a été l'un des principaux chefs de l'armée américaine sur les théâtres nord-africain et européen au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il a été élevé au grade de General of the Army — « cinq étoiles » — et a été le premier chef d'État-Major inter-armes des États-Unis du 16 août 1949 au 15 août 1953. 

Bradley Omar

Jeunesse et études

Omar Nelson Bradley est né en 1893. Il sort de l'Académie militaire de West Point en 1915, une promotion qui donnera de nombreux généraux et que les historiens appelleront « The class the stars fell on » — la promotion sur laquelle les étoiles tombèrent — et rejoint le 14e régiment d'infanterie qui garde la frontière avec le Mexique ; il accède au grade de capitaine la même année. Il doit s'embarquer pour l'Europe avec la 19e division d'infanterie mais la pandémie de grippe espagnole puis l'armistice l'en empêchent. 

Carrière militaire

Entre les deux guerres, il enseigne les mathématiques à West Point et est promu major en 1924. Après un bref séjour à Hawaï, il suit les cours de l'école de commandement général de Fort Leavenworth entre 1928 et 1929. Puis, il retourne enseigner à West Point. Élevé au grade de lieutenant-colonel en 1936, il travaille au département de la guerre à partir de 1938. En février 1941, il est promu général de brigade et obtient le commandement de Fort Benning en Géorgie. En février 1942, il prend le commandement de la 82e division d'infanterie — avant qu'elle ne soit convertie en division parachutiste — avant de passer en juin à la 28e. En raison de l'empathie qu'il suscite auprès de ses troupes, on lui donne le surnom de GI General. 

Seconde Guerre mondiale

Il ne reçoit pas d'affectation au front avant 1943. Lors de l'opération Torch, il sert sous les ordres de Dwight D. Eisenhower. Il est nommé chef du IIe corps en avril et le commande lors des batailles finales d'avril et mai 1943. Il conduit ensuite son corps en Sicile en juillet 1943. Pendant la préparation de la bataille de Normandie, il est choisi pour commander l'important 1er groupe d'armées. Lors du débarquement de Normandiel'opération Neptune — il dirige trois corps sur les plages de Utah Beach et Omaha Beach, réservées à l'armée américaine. En juillet 1944, il planifie l'Opération Cobra, également baptisée « percée d'Avranches » car elle permet de pénétrer dans le Cotentin, à partir des plages du débarquement. En août 1944, le tout nouveau 12e Groupe d'armées des États-Unis est renforcé pour atteindre 900 000 hommes. 

Normandie

Bradley utilise cette force sans précédent pour réaliser un plan ambitieux d'encerclement des forces allemandes en Normandie, les piégeant dans la poche de Falaise. Les armées allemandes y subissent un affaiblissement considérable. Bien que l’opération soit partiellement réussie, les Alliés atteignent la ligne Siegfried à fin septembre 1944 et marquent le pas. 

Ardennes

Les troupes sous le commandement de Bradley et de son subordonné, George Patton, subissent l'essentiel du choc initial lors de la bataille des Ardennes, puis font refluer la contre-attaque allemande. Bradley utilise la faiblesse de l'adversaire après la reprise des combats pour enfoncer ses défenses et ainsi traverser le Rhin puis conquérir la Ruhr, le cœur industriel de l'Allemagne. La prise chanceuse du pont de Remagen est rapidement exploitée pour conduire à un énorme mouvement en tenaille qui permet la capture de 300 000 soldats ennemis. 

Allemagne

Lorsque le groupe d’armées qu'il commande rencontre l'Armée rouge près de l'Elbe, à la mi-avril 1945, il est alors composé de quatre armées — les 1re, 3e, 9e et 15e armées — pour un effectif total dépassant 1,3 million d'hommes. 

Mauthausen

Omar Bradley et ses troupes libèrent le camp de concentration de Mauthausen le 5 mai 1945. 

Après guerre

Bradley est à la tête de l'administration des vétérans pendant les deux années qui suivent la guerre. Il est fait chef d'État-Major en 1949 et premier coordinateur des forces armées. À ce poste, il gère le début de la guerre froide et de la guerre de Corée. Entre 1949 et 1951, il est président du comité militaire de l'OTAN. Le 21 septembre 1950, il est nommé général « cinq étoiles » - le 5e homme à atteindre ce rang - pour combiner l'autorité du grade et du poste.  Il publie ses mémoires en 1951 sous le titre Histoire d'un soldat (A Soldier's Story en anglais), où il se montre critique vis-à-vis du maréchal britannique Bernard Montgomery.

Il prend sa retraite militaire en août 1953 et est ensuite appelé à siéger au conseil d’administration de diverses sociétés importantes. Comme un général cinq étoiles est toujours membre de l'armée des États-Unis d'Amérique, pendant ses dernières années, il séjourne dans le centre médical William Beaumont à Fort Bliss au Texas. Il est inhumé au cimetière d'Arlington. 

Décorations

  • Army Distinguished Service Medal
  • Navy Distinguished Service Medal
  • Silver Star
  • Legion of Merit
  • Bronze Star
  • Chevalier commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique
  • Ordre Polonia Restituta
  • Médaille présidentielle de la liberté
  • Ordre de Souvorov
  • Ordre de Koutouzov

Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article