D'Alquen Gunther

Publié le par Roger Cousin

Gunther d'Alquen (1910-1998), est né à Essen et dès 1925, il rejoint les Jeunesses Hitlériennes, au sein du NSDAP, et devient un des leaders des jeunes nazis, entre 1927 et 1931. 

SS-Hauptsturmfuhrer Gunter d'Alquen eating with his driver. d'Alquen was Chief Editor of the SS weekly, Das Schwarze Korps ("The Black Corps") the official newspaper of the Schutzstaffel (SS), and commander of the SS-Standarte Kurt Eggers.

SS-Hauptsturmfuhrer Gunter d'Alquen eating with his driver. d'Alquen was Chief Editor of the SS weekly, Das Schwarze Korps ("The Black Corps") the official newspaper of the Schutzstaffel (SS), and commander of the SS-Standarte Kurt Eggers.

Il joua un rôle actif dans le Syndicat des Etudiants Nationaux Socialistes (NSBsTB), et rejoignit la SS le 10 avril 1931, devenant au bout de 3 ans, Capitaine dans ce mouvement. D'Alquen, qui ne finira jamais ses études, intègre le staff journalistique du quotidien national-socialiste, le Völkischer Beobachter, en 1932 et est rapidement repéré par Heinrich Himmler. En mars 1935, il est nommé rédacteur en chef du journal de la SS, le Das Schwarz Korps. Il devient alors le véritable porte-parole officiel de la SS, sous le régime national-socialiste et attaquera violemment les ennemis du régimes, notamment les juifs et les intellectuels, mais aussi les protestants et les catholiques et tous ceux qui s'opposait à la conception du monde de la SS.

Dès le début de la guerre, en septembre 1939, il deviendra un reporter de guerre au service de la propagande guerrière et il fut même nommé par Himmler au Serivce de la Propagande de la Wehrmacht. Il sera le chef de la SS Kriegsberitcher Kompanie, formée en janvier 1940, de pelotons rattachés à chacune des formations de Waffen SS pour couvrir, médiatiquement, leurs actions guerrières.

En décembre 1943, devant l'inflation des troupes de Waffen SS, elle se transformera en Régiment appelé la SS Standarte Kurt Eggers, du nom d'un correspondant de guerre SS, Kurt Eggers, mort dans sa mission près de Koursk. Gunter d'Alquen fut condamné, en juillet 1955, par un tribunal de dénazification, à Berlin, à payer 60 000 DM d'amende, à la privation de ses droits civiques pour 3 ans. Il fut reconnu coupable d'appel au meurtre et d'avoir été un propagandiste zélé du régime nazi. Trois ans plus tard, après de plus amples recherches, il fut de nouveau condamné à payer 28 000 DM d'amende.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article