George V du Royaume-Uni

Publié le par Roger Cousin

George V (George Frederick Ernest Albert), né le 3 juin 1865 et mort le 20 janvier 1936, est le roi du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth du 6 mai 1910 jusqu'à sa mort. George V est également empereur des Indes. 

George V du Royaume-Uni

Il est le dernier monarque britannique de la maison de Saxe-Cobourg-Gotha, branche de la maison de Wettin, dont il change le nom en maison de Windsor en 1917 pour effacer son ascendance allemande. Il abandonne aussi tous les titres allemands. Un autre événement significatif de son règne est en 1931 l'adoption du statut de Westminster qui sépare les biens de la Couronne britannique pour que George gouverne les dominions sous un titre séparé pour chaque terre.

George naît le 3 juin 1865, à la Marlborough House, à Londres. Son père est le prince de Galles, le futur roi Édouard VII, fils aîné de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg et Gotha. Sa mère est la princesse de Galles Alexandra de Danemark, fille aînée de Christian IX de Danemark. Il est baptisé à la chapelle Saint-Georges de Windsor le 7 juillet 1865 par l'Archevêque de Cantorbéry, Charles Longley. En tant que cadet du prince de Galles, George a peu de chances d'accéder au trône. Son frère aîné, Albert, est le deuxième dans l'ordre de succession après son père. Enfants, les deux garçons sont très proches et sont envoyés ensemble à l'université navale afin de parfaire leur éducation, mais leurs caractères sont très différents. L'aîné, connu dans la famille comme Eddy, est instable — même probablement mentalement retardé — alors que George a hérité de la disposition régulière et consciencieuse de sa grand-mère, la reine Victoria.

George sert dans la marine jusqu'en 1891. Il voyage à travers le monde et visite beaucoup de régions de l'Empire britannique. Il se fait également tatouer à de nombreuses reprises, et rapporte d'un de ses voyages un perroquet qui passa le reste de son existence dans les appartements princiers puis royaux au Royaume-Uni. En 1891, son frère Albert se fiance à sa cousine, la princesse Victoria Marie de Teck, dite « Princess May », la seule fille du prince François, duc de Teck et de la princesse Marie-Adélaïde, duchesse de Teck. Cependant, Albert mourut d'une pneumonie six semaines plus tard et son cadet George devint l'héritier en second puis héritier du trône à la mort de la reine Victoria suivie de l'accession au trône d'Édouard VII.

La reine Victoria considérant la « Princess May » comme un parti convenable pour un futur roi, elle s'employa donc à convaincre son petit-fils et la jeune fille, « veuve » avant même d'être mariée, de convoler en « justes noces ». Bien qu'il se soit agi à l'origine d'un mariage arrangé, on constata bientôt une profonde affection entre les deux époux, dont peuvent notamment témoigner le fait que l'on n'a connu aucune maîtresse à George, et le fait que, lors de ses absences, le prince écrivait à sa femme tous les jours. Leur mariage eut lieu le 6 juillet 1893 à la chapelle royale du palais de Saint James à Londres. Le couple eut six enfants :
 

  • Édouard VIII (1894-1972) ;
  • George VI (1895-1952) ;
  • Mary (1897-1965), princesse royale, mariée à Henry Lascelles, 6e comte de Harewood ;
  • Henri (1900-1974), comte d'Ulster et duc de Gloucester ;
  • George (1902-1942), duc de Kent ;
  • John (12 juillet 1905 – 18 janvier 1919).


En 1892, la reine Victoria octroya à son petit-fils George les titres de duc d'York, comte d'Inverness et baron Killarney. Le duc et la duchesse d'York vécurent principalement à la chaumière d'York, dans le parc du château de Sandringham dans le comté de Norfolk, une maison relativement petite où leur mode de vie était presque celui d'une famille ordinaire. À la différence de ses parents, George préférait mener une vie simple. Il était aussi un père très strict, qui terrifiait ses enfants. En tant que duc et duchesse de York, George et May exécutèrent une grande variété de devoirs publics. En 1900, ils voyagèrent dans l'Empire britannique, visitant l'Australie, où le duc ouvrit la première séance du Parlement d'Australie après la création du Commonwealth d'Australie.

Le 22 janvier, 1901, la reine Victoria mourut, et le père de George, Albert Edward monta sur le trône sous le nom d'Édouard VII. Dès cet instant, George hérita de ses titres de duc de Cornouailles et duc de Rothesay. Il resta duc de Cornouailles et d'York jusqu'au 9 novembre 1901 où il devint prince de Galles et comte de Chester. Le roi Édouard VII souhaita que son fils ait plus de préparation et d'expérience en vue de son rôle futur. Par contraste avec l'attitude de la reine Victoria, qui avait exclu Édouard des affaires de l'État, George se vit permettre un large accès aux documents et papiers officiels qu'il parcourait souvent avec sa femme, la princesse May, qui avait beaucoup plus d'intelligence que lui. May aidait aussi à la rédaction des discours de son mari.

Le 6 mai 1910, le roi Édouard VII meurt, et le prince et la princesse de Galles montent sur le trône. George était maintenant le roi George V et Mary choisit le nom royal de reine Marie, respectant le souhait de la reine Victoria qu'aucune reine britannique ne soit nommée Victoria après elle. Leur couronnement eut lieu à l'abbaye de Westminster le 22 juin 1911. Le 11 décembre 1911, le roi et la reine se rendirent en Inde pour le Delhi Durbar, où ils furent présentés à une assemblée de dignitaires et aux princes indiens en tant qu'empereur et impératrice des Indes. George porta la couronne impériale d'Inde récemment créée pour la cérémonie. Plus tard, l'empereur et l'impératrice voyagèrent à travers l'Inde, visitant leurs nouveaux sujets. George saisit l'occasion pour s'adonner à la chasse au tigre.

S'ils furent particulièrement populaires comme souverains, George V et Mary ne surent pas faire preuve d'attention à l'égard de leurs enfants : George était regardé par son entourage comme un « bouledogue en uniforme », Mary comme un « dragon à plumes » et leur autoritarisme leur attira l'inimitié de leurs familiers. Le règne de George V demeure entaché par son attitude envers la famille impériale de Russie : en 1917, alors que Kerenski insistait auprès du gouvernement britannique pour que le tsar Nicolas II et sa famille puissent se réfugier en Angleterre afin d'échapper aux bolchéviks, George V, pourtant ami de jeunesse de son cousin Nicolas, s'opposa à la venue de la famille impériale. Aux tentatives répétées du Premier ministre Lloyd George et du ministre des Affaires étrangères Balfour de le persuader d'accueillir la famille impériale, le roi opposa une fin de non-recevoir définitive.

Le roi George V mourut le 20 janvier 1936, au château de Sandringham et il fut enterré à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor. Sa fin a été paraît-il hâtée par son médecin, Lord Dawson, qui lui administra une injection létale de cocaïne et de morphine. Le médecin voulait abréger les souffrances du roi mourant en espérant peut-être que le monarque mourrait avant minuit, afin que sa mort puisse être annoncée dans la matinée par le Times plutôt que dans les journaux moins prestigieux de l’après-midi. Bien qu’officiellement les derniers mots de George V aient été « Comment va l’Empire ? », la légende est qu’ils furent en fait « Bugger Bognor » (« Je me fous de Bognor », son lieu de villégiature).

À la procession funèbre de George, comme le cortège tournait dans New Palace Yard, la croix de Malte tomba de la couronne et atterrit dans le caniveau. Ceci fut considéré comme un mauvais présage pour le prochain roi, Édouard VIII du Royaume-Uni, qui abdiquera avant que l’année ne soit finie. George V en médaillon sur un timbre de Guyane britannique, émis en 1913. George V a été un célèbre collectionneur de timbres-poste. Il est notamment président de la Royal Philatelic Society London de 1896 à 19102. Il est le premier souverain britannique à avoir constitué la collection philatélique royale avec l'aide de John Alexander Tilleard puis d'Edward Denny Bacon, parfois au prix de coûteuses acquisitions. En 1904, il achète anonymement et pour 1 450 livres sterling un exemplaire du 2 pence bleu de l'île Maurice. En 1903, Tilleard et George créent ensemble la série de timbres du Canada à l'effigie du roi Édouard VII, utilisée de 1903 à 1912. Son nom fut à l'origine de deux classes de cuirassés :
 

  • l'une œuvra durant la Première Guerre mondiale, composée de Dreadnought, dénommés King George V, Centurion, Audacious et Ajax.
  • L'autre classe fut des vaisseaux de combat de la Seconde Guerre mondiale. Les King George V étaient au nombre de cinq : le King George V, le Prince of Wales (7e du nom), le HMS Duke of York, le HMS Anson et le HMS Howe. Ils possédaient deux tourelles quadruples et une tourelle double de 356 mm pour armement principal. Ils furent très actifs, puisque le Prince of wales et le King George V se lancèrent à la poursuite du Bismarck, et le premier faillit y succomber. Son sort fut scellé en Asie près de Singapour. Le Duke of York, lui, participa grandement à la bataille de l'Atlantique où il empêcha le Tirpitz, le Gneisenau, le Scharnhorst (qu'il coula), le Lützow et le Scheer de sortir des ports de Kiel et de ceux de Norvège. Les quatre survivants furent mis à la ferraille après la guerre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article