Gerlier Pierre

Publié le par Mémoires de Guerre

Pierre Marie Gerlier est né le 14 janvier 1880 à Paris. Il fut nommé archevêque de Lyon en 1937, après avoir été ordonné prêtre en 1921. Il fut évêque de Tarbes et de Lourdes (1929) avant d'être primat des Gaules durant 27 ans jusqu’à sa mort le 17 janvier 1965. 

Gerlier PierreGerlier Pierre

Le cardinal Gerlier fut très aimé à Lyon, en raison de ses positions courageuses lors de l'Occupation. Après avoir fait allégeance au régime de Pétain en novembre 1940 (la formule en chiasme est demeurée célèbre : « Aujourd'hui, Pétain, c'est la France et la France, c'est Pétain »), il se distancia de plus en plus de la politique du maréchal lorsqu'il prit conscience des effets de sa politique. Dès lors, on vit le cardinal Gerlier voyager à travers tout le diocèse en protestant contre les fusillades d'otages et les déportations. Il intervient personnellement pour protester contre la loi du Service du travail obligatoire qui, dira-t-il « n'oblige aucunement en conscience car elle est injuste ». 

Il pèse de tout son poids pour obtenir la libération du chef communiste Jean Chaintron, sur le point d'être exécuté. Il multiplie les interventions auprès de la Gestapo pour obtenir la libération des prisonniers de Montluc. Il secourra de nombreux israélites persécutés. Le 30 aout 1942, le cardinal Gerlier fait lire dans toutes les églises du diocèse, une semaine après l'évêque de Toulouse, une protestation publique contre la déportation des Juifs : « Nous savons les sentiments personnels du Chef de l'Etat. Mais nous ne pouvons, comme Evêque et comme Français, songer sans un serrement de cœur à tout ce qui, dans la nature des traitements subis ou de ceux à prévoir, comme dans l'organisation matérielle des convois, méconnait les droits essentiels de tout être humain et les règles fondamentales de la charité... »

Dans un bras de fer qui l'oppose au préfet du Rhône, Gerlier sauve de la déportation cent huit enfants de Vénissieux, dont il organise le départ en Suisse. Après la Libération, Gerlier eut ce genre de formule heureuse qui achève de fonder une légende : A un journaliste qui lui demandait s'il ne songeait pas, vu la popularité qui était le sienne, à viser le siège de Paris, le cardinal répondit malicieusement, faisant allusion au fait que le premier évêque de France, de par son statut de primat des Gaules, est celui de Lyon : « Mon cher, vous n'y pensez pas. On ne descend pas de Lyon à Paris. » Le 15 juillet 1980, le cardinal Gerlier a reçu le titre de Juste des Nations.

 

Publié dans Eclésiastiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article