Opération Jedburgh

Publié le par Mémoires de Guerre

Jedburgh est une opération menée par les forces alliées pendant la Seconde Guerre mondiale, qui avait pour objectif de coordonner l'action des maquis avec les plans généraux du Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force et d'équiper les résistants, en France et aux Pays-Bas, en vue d’immobiliser les forces de l'Axe loin des côtes au moment du débarquement de Normandie.

Opération Jedburgh

Des hommes du Special Operations Executive britannique, de l’Office of Strategic Services américain, du Bureau central de renseignements et d’action de la France libre ainsi que des militaires des différentes armées des pays concernés (France et Pays-Bas) ont été parachutés, par équipes de trois, derrière les lignes allemandes, en vue de conduire — en uniforme — des actions de sabotage et de guérilla contre les Allemands, et de diriger l'action des Résistants. Ces commandos Jedburghs sont les précurseurs des forces spéciales contemporaines. Sur 279 membres des équipes Jedburgh, vingt-et-un moururent en opération. Le premier nom de code de l'opération est Jumper. En juillet 1942, l'opération est rebaptisée Jedburgh. Sur les raisons du choix de ce nom, les historiens signalent deux hypothèses :

  • Jedburgh ferait référence à la ville d'Écosse de ce nom, située dans la région des Scottish Borders, au sud d'Édimbourg, où les Écossais menèrent au XIIe siècle des opérations de guérilla contre les envahisseurs anglais. Cette hypothèse est la plus couramment énoncée.
  • Jedburgh ferait référence à un village d'Afrique du Sud où les Britanniques, durant la Seconde Guerre des Boers (1899-1902) auraient infiltré secrètement des troupes derrière les lignes ennemies. Cette hypothèse est celle donnée par Fabrizio Calvi, à partir d'entretiens avec Albert de Schonen et Paul Aussaresses. Dans ses mémoires (Pour la France -Services spéciaux 1942-1954, p. 107), Aussaresses ne cite cependant que la première hypothèse.

Les équipes (teams) Jedburghs sont entraînées d’avril à décembre 1944 au camp de Milton Hall (Jedburgh Training School, nom de code Military Establishment 25 ou ME 65), dans le comté de Cambridge (Angleterre). Ce camp est dirigé par le Lieutenant-colonel d'artillerie George Richard Musgrave. Cet officier a combattu au Somaliland en avril-mai 1941 sous les ordres du colonel Orde Charles Wingate. En 1945 il dirige le camp ME 25 de la Force 136 du SOE en Asie du Sud-Est implanté à Colombo (Ceylan, maintenant Sri-Lanka). Ils reçoivent une formation intensive à Henley-on-Thames et subissent des tests psychologiques, un entraînement physique important et des entraînements au tir et au combat. Les équipes parachutées derrière les lignes ennemies opèrent en uniforme avec un officier appartenant aux pays d'accueil (français, néerlandais). Elles sont parachutées dans des zones prises en charge par le Special Operations Executive, à plus de soixante kilomètres en arrière des lignes pour agir et disposer de transmissions avec les états-majors ou avec Londres.

Le plus souvent, les équipes sont constituées de deux officiers et d'un opérateur radio. L'opérateur radio assure le contact entre maquis et centrale de Londres, d'une part, et troupes régulières amies d'invasion approchant des zones de maquis, d'autre part. Le seul contact des radios avec l'extérieur est la Station Charles dont les opérateurs sont formés aux changements de fréquences et aux prises de contact et d'appel. Deux contacts quotidiens sont permis ; les heures de contact sont fixes, les fréquences peuvent varier. La Station Charles assure la liaison avec 64 équipes Jedburgh et 24 stations mobiles régulières au nord de la Loire en juillet 1944. Entre juin et septembre 1944, 279 Jedburghs — répartis en 94 équipes (teams) de 3 (format le plus fréquent) sautent sur la France et les Pays-Bas à partir de bases d’Angleterre et d’Afrique du Nord. Parmi eux, il y a 114 Français, souvent de la France Libre. Paul Aussaresses, Jean Sassi et Jean Larrieu ont été des Jed's.

On compte

  • 66 sous-officiers américains de l'Office of Strategic Services ;
  • 14 radios français.

Efficacité de l'opération

En Normandie et en Bretagne

Les opérations Jedburgh couplées avec les actions des SAS (Anglais en Normandie, Français libres en Bretagne) ont permis de désorganiser, bloquer la riposte Allemande avec l'aide de la résistance dans ces deux régions lors du Débarquement.

En Provence

Les Jedburgh ont permis la libération de villes comme Guillestre ou Briançon, permettant aux forces alliées débarquées en Provence de foncer jusque dans l'Est en prenant l'armée allemande en étau gagnant des semaines sur la libération des régions rencontrées. 

Après leur action en France ou aux Pays-Bas, certains membres des équipes Jedburgh accomplissent des missions de même nature en Norvège, en Italie, en Birmanie, en Malaisie, à Bornéo, en Indonésie, en Chine et en Indochine, Force 136. 

Personnalités ayant été membres d’équipes Jedburgh

  • Jean Larrieu, alias Godin (DTSS), alias Lavisme(BCRA),alias Rence (SFHQ), alias JeanJed (FFI),équipe Jude, lieutenant
  • Jean Sassi, alias Nicole (BCRA), alias Latimer (SFHQ), équipe Chloroform, sous-lieutenant
  • Paul Aussaresses, alias Soual (BCRA), alias Bazin (SFHQ), équipe Chrsyler, capitaine

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article