Bronco Billy

Publié le par Clint Eastwood

Bronco Billy est un film américain réalisé par Clint Eastwood, sorti en 1980.  Bronco Billy McCoy est le directeur d'une petite troupe ambulante qui donne des spectacles de western. Son heroine, celle sur qui il tire alors qu'elle est attachee a une roue de chariot, lui fait faux bond. C'est alors qu'il rencontre Lily, jeune heritiere abandonnee par son recent mari. 

Bronco Billy de Clint Eastwood
Bronco Billy de Clint Eastwood

Bronco Billy de Clint Eastwood

Fiche technique

  • Titre original : Bronco Billy
  • Réalisation : Clint Eastwood
  • Scénario : Dennis Hackin
  • Musique originale : Snuf Garrett
  • Directeur de la photographie : Bruce Surtees
  • Direction artistique : Eugène Lourié (crédité Gene Lourie)
  • Montage : Joel Cox, Ferris Webster
  • Production : Robert Daley, Neal Dobrofsky et Dennis Hackin
  • Sociétés de production : Warner Bros. et Second Street Films
  • Distribution : États-Unis Warner Bros.
  • Genres : comédie dramatique, action, aventure
  • Durée : 116 minutes
  • Dates de sortie : États-Unis : 11 juin 1980, France : 11 septembre 1980

Distribution

  • Clint Eastwood (VF : Jean-Claude Michel) : Bronco Billy McCoy
  • Sondra Locke (VF : Brigitte Morisan) : Antoinette Lilly
  • Geoffrey Lewis (VF : Serge Lhorca) : John Arlington
  • Scatman Crothers (VF : Georges Aminel) : Doc Lynch
  • Bill McKinney (VF : Jacques Deschamps) : Lefty LeBow
  • Sam Bottoms : Leonard James
  • Dan Vadis (VF : Serge Sauvion) : chef Big Eagle
  • Sierra Pecheur (VF : Évelyne Séléna) : Lorraine Running Water
  • Walter Barnes (VF : Raoul Delfosse) : shérif Dix
  • Woodrow Parfrey : Dr Canterbury
  • Hank Worden : un employé de station-service
  • Alison Eastwood et Kyle Eastwood : enfants orphelins
  • Merle Haggard : lui-même

La critique par Guillemette Odicino

Film de Clint Eastwood (USA, 1980). Scénario : Dennis Hackin. Image : David Worth. 120 mn. VM. Avec Clint Eastwood : Bronco Billy McCoy. Sondra Locke : Antoinette Lily. Geoffrey Lewis : John Arlington. Scatman Crothers : Doc Lynch.

Clint se faisant humilier par un shérif pour sauver de la taule un déserteur du Vietnam : c'est une des seules séquences dures de ce film où Eastwood s'essayait à la comédie sentimentale, presque ingénue, à la Capra. Il n'abandonne pas pour autant son admiration pour John Ford, car, à sa manière nonchalante et un peu moqueuse, Bronco Billy est un hommage à l'Amérique éternelle, celle des cow-boys, des valeurs de respect, de solidarité et de communauté, quelle que soit la forme que prend celle-ci.

Avec son cirque itinérant, proposant un Wild West Show un peu miteux, Eastwood reprend, de manière légère, le thème central de Josey Wales hors la loi : la constitution d'une micro communauté avec des exclus, des largués : un déserteur donc, un quasi manchot, un Noir, un Indien, une fausse Indienne et une héritière coincée à laquelle Bronco va réapprendre la simplicité. Pour lui, c'est cette drôle de troupe qui représente les idéaux d'une Amérique légendaire alors qu'autour d'eux, dans l'Amérique moderne, tout n'est que cupidité et violence. Et quand le chapiteau du cirque brûle accidentellement, Bronco Billy le remplace par un patch­work géant de petits drapeaux américains cousus ­ensemble par... les pensionnaires d'un asile ! Beau résumé du patriotisme de Clint, entre naïveté et ironie.

Cette comédie gamine est peut-être la plus réussie des premières oeuvres intimistes de ce cow-boy qui, malgré tout, veut continuer à y croire.

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article