Krug-Basse Anne-Marie

Publié le par Mémoires de Guerre

Anne-Marie Krug-Basse, née le 24 mars 1923 à Saint-Denis en France, est une déportée-résistante française. 

Krug-Basse Anne-Marie

Famille

Fille de Jean Krug-Basse, et de Marie-Anna Dumur de Casanova, Anne-Marie a un petit frère, Pierre (1928), et une petite sœur Odile (1930). Toute la famille est impliquée dans la résistance.

Résistance

En 1943, elle s'engage comme Agent P2, volontaire 24 heures sur 24, dans le réseau FFC Action. Elle participait à l'organisation et à la coordination des opérations clandestines de parachutages, d'hommes, d'armes et de matériel nécessaire à la mise en place d'une armée secrète en France. Elle est arrêtée le 20 mars 1944 par la Gestapo, elle est torturée pendant plus d'une semaine par le supplice de la baignoire, sans livrer le moindre renseignement. Après l'internement à la prison de Fresnes, elle est déportée à Ravensbruck, puis à Zwodau en Bohême. Elle est libérée par les troupes américaines le 7 mai 1945. À l'occasion de sa nomination au grade de chevalier de la Légion d'honneur le 7 juillet 1946, le texte de la citation publié au Journal officiel résume dans les termes suivants ses services militaires pendant la guerre : 

« Ardente patriote, s'est distinguée comme secrétaire du Bureau des opérations aériennes, dévouée sans réserve pendant plus de 8 mois à la cause française. Payant de sa personne en toutes circonstances, elle a effectué de nombreuses liaisons et a participé à des opérations de parachutage. A fait preuve dans l'accomplissement de chacune de ses missions d'autant de dévouement que d'intelligence. Arrêtée par la Gestapo (avec plusieurs de ses camarades) s'est, par un admirable esprit de sacrifice, efforcé de sauver les uns en prétendant être la principale responsable de l'organisation. N'a cependant, malgré les tortures, refusé de livrer la clef des divers codes qu'elle connaissait. Mérite d'être considérée comme l'une des plus belles figures de la Résistance française. »

Après-guerre

À peine libérée par les Alliés, elle part en Indochine française au sein des services spéciaux. Elle ne revient qu'en tant que rapatriée sanitaire. En 1951, elle part aux États-Unis, où elle devient vice-présidente de diverses œuvres de l'ambassade de France, et chef du service des enquêtes de la Chambre de commerce française aux USA. De 1956 à 1962, elle est volontaire pour l'Algérie, et dirige le service social de la Sûreté Nationale, puis devient haut fonctionnaire au ministère de l'Intérieur, puis de l'Environnement. 

Décorations

  • Grand-croix de la Légion d'honneur Commandeur du 15 septembre 1958, elle est élevée à la dignité de grand officier le 13 juillet 2009, et est promue grand-croix le 31 décembre 2020.
  • Grand-croix de l'ordre national du Mérite Grand officier du 6 juillet 1978, elle est promue grand-croix le 15 novembre 1997.
  • Croix de guerre 1939-1945 à l'ordre de l'Armée.
  • Médaille de la Résistance française
  • Croix du combattant volontaire de la guerre de 1939-1945
  • Croix du combattant

Publié dans Résistants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article