Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Revue de presse de l'Histoire - La Seconde guerre mondiale le cinéma les acteurs et les actrices de l'époque - les périodes de conflits mondiaux viètnamm corée indochine algérie, journalistes, et acteurs des médias

Bancic Olga

Olga (ou Golda) Bancic dite Pierrette, née le 22 mai 1912, le 15 mai 1912 ou le 28 mai 1912, selon les sources, à Chișinău en Bessarabie, et morte guillotinée le 10 mai 1944 à Stuttgart, est une résistante roumaine, juive et communiste, soldate volontaire des FTP-MOI de la région parisienne. 

Bancic Olga

Jeunesse

Olga Bancic naît dans une famille nombreuse juive de la province alors russe de Bessarabie. Cette région roumanophone (en actuelle Moldavie) déclare son indépendance, puis rejoint la Roumanie en 1918. Le père, un modeste agent municipal, ne peut assurer la subsistance de sa famille, tous ses enfants doivent travailler. Olga, sixième de la fratrie, est placée dans une fabrique de gants à l’âge de 12 ans. Les dures conditions de travail déterminent la jeune Olga à prendre part en 1924 à une grève et à une manifestation dans sa fabrique. En 1929, elle épouse l'écrivain Solomon A. Jacob, connu sous le nom d'Alexandru Jar (1911-1988 ; jar signifie « braises » en roumain). Devenue communiste, elle est arrêtée par la Sûreté roumaine, incarcérée, maltraitée et battue. De 1933 à 1938, elle est un membre actif du syndicat ouvrier local mais continue la lutte syndicale malgré les dangers encourus. 

Militante au sein des jeunesses communistes de Roumanie elle participe à la création d'un « Front populaire contre le fascisme », où elle croise sa toute jeune compatriote Hélène Taich. Plusieurs fois arrêtées, condamnées et emprisonnées, elles sont traquées et se réfugient en France. Arrivée en France en 1938, Olga Bancic poursuit des études à la faculté de lettres où elle retrouve son mari, qui combat pendant la guerre d'Espagne dans les Brigades internationales. Le couple aide les Républicains espagnols en envoyant des armes au groupe franco-belge « Pauker » de la 35e division des Brigades internationales, commandé par le français Gaston Carré et le roumain Valter Roman (pas encore père du futur Premier ministre roumain Petre Roman). En 1939, elle donne naissance à une fille, Dolorès dite Dolly, prénommée ainsi en hommage à Dolores Ibárruri, dite La Pasionaria. 

Seconde Guerre mondiale

Après l'invasion de la France par les nazis et la rupture du pacte germano-soviétique, Olga Bancic confie sa fille à une famille française et s'engage en 1942 dans l'organisation clandestine Main-d'œuvre immigrée (MOI) des étrangers communistes et dans le mouvement de lutte armée de cette organisation, les FTP-MOI. Sous le pseudonyme de « Pierrette », elle est chargée de l'assemblage des bombes et des explosifs, de leur transport et de l'acheminement des armes avant et après les opérations. Elle a ainsi participé indirectement à une centaine d'attaques. Arsène Tchakarian indique : « Anna Richter et Olga Bancic devaient, à l'heure dite, apporter les grenades et les revolvers puis devaient les récupérer après l'action ce qui les exposait terriblement après l'attentat, le quartier étant bouclé par les forces de sécurité allemandes…. » Sous le nom de Mme Martin demeurant no 8 rue des Ciseaux, elle louait une chambre située no 3 rue Andrieux ou elle entreposait les armes. Elle demeurait réellement au no 114 rue du Château.

Salomon Jacob est arrêté en septembre 1941. Un rapport de police, du 15 décembre 1941, mentionne Olga Bancic à propos de l’évasion de son ami de l’hôpital Tenon, le 23 novembre 1941. Il est interné au camp de Drancy (elle dit « ignorer ce qu’il est devenu »). Arsène Tchakarian indique qu'« elle participa à une centaine d'attaques contre l'armée allemande menés par le groupe Manouchian. » Elle est arrêtée à Paris par les Brigades spéciales (BS2), le 6 novembre 1943, en même temps que Marcel Rayman et Josef Svec. Soixante-huit membres des FTP-MOI sont interpellés et vingt-trois d’entre eux sont emprisonnés à la prison de Fresnes en attendant d'être jugés. La concierge du 3 rue Andrieux s'inquiétant de l’absence de madame Martin qui de ce fait ne réglait pas la location de la chambre, prévient la police. Le 23 mars 1944, les policiers du commissariat du quartier de l'Europe perquisitionnent la chambre et y trouvent : 13 grenades Mills, 3 pistolets, 1 browning, 3 revolvers à barillet, 60 bombes, 3 cartouchières garnies, 1 sac d’accessoires pour engins incendiaires, plusieurs boîtes de cartouches, 1 boîte de plaques incendiaires, 1 boîte d’explosifs.  « Avant le procès, des milliers d’exemplaires de « l’Affiche rouge » montrant le visage de dix membres du groupe de Missak Manouchian sont placardés dans tout Paris. »

Le 21 février 1944, les 23 prisonniers sont condamnés à mort par une cour martiale allemande, réunie à Paris le 15 février 1944. Pour Adam Rayski, l'existence d'un procès public, et l'allégation que les accusés auraient comparu dans une salle d'audience, est « un énorme mensonge de la propagande allemande et vichyssoise ». Olga Bancic, qui a été atrocement torturée au nerf de bœuf, est transférée en Allemagne le 19 février 1944, tandis que les vingt-deux hommes du groupe Manouchian sont fusillés le 21 février au fort du Mont-Valérien. Incarcérée à Karlsruhe, puis transférée le 3 mai à Stuttgart, elle est guillotinée à la prison de Stuttgart, le 10 mai 1944 ; elle avait trente-deux ans. Son mari, Alexandre Jar, échappe aux arrestations de novembre 1943. Après la Libération, il quitte les FTP-MOI et retourne avec sa fille Dolly en Roumanie, devenue communiste. 

Derniers témoignages

Olga Bancic jeta à travers une fenêtre une dernière lettre, datée du 9 mai 1944, adressée à sa fille, pendant son transfert à la prison de Stuttgart pour y être exécutée. La note jointe, adressée à la Croix-Rouge française4 précisait (texte dont l’orthographe est corrigée) : « Chère Madame. Je vous prie de bien vouloir remettre cette lettre à ma petite fille Dolorès Jacob après la guerre. C’est le dernier désir d’une mère qui va vivre encore 12 heures. Merci. » La lettre adressée par Olga Bancic à sa fille (orthographe corrigée) :

« Ma chère petite fille, mon cher petit amour.
Ta mère écrit la dernière lettre, ma chère petite fille, demain à 6 heures, le 10 mai, je ne serai plus.
Mon amour, ne pleure pas, ta mère ne pleure pas non plus. Je meurs avec la conscience tranquille et avec toute la conviction que demain tu auras une vie et un avenir plus heureux que ta mère. Tu n’auras plus à souffrir. Sois fière de ta mère, mon petit amour. J’ai toujours ton image devant moi.
Je vais croire que tu verras ton père, j’ai l’espérance que lui aura un autre sort. Dis-lui que j’ai toujours pensé à lui comme à toi. Je vous aime de tout mon cœur.
Tous les deux vous m’êtes chers. Ma chère enfant, ton père est, pour toi, une mère aussi. Il t’aime beaucoup.
Tu ne sentiras pas le manque de ta mère. Mon cher enfant, je finis ma lettre avec l’espérance que tu seras heureuse pour toute ta vie, avec ton père, avec tout le monde.
Je vous embrasse de tout mon cœur, beaucoup, beaucoup.
Adieu mon amour.
Ta mère. »

Bancic Olga

Liste des membres du groupe Manouchian exécutés

La liste suivante des 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les Allemands signale par la mention (AR) les dix membres que les Allemands ont fait figurer sur l'Affiche rouge :

  • Celestino Alfonso (AR), Espagnol, 27 ans
  • Olga Bancic, Roumaine, 32 ans (seule femme du groupe, guillotinée à Stuttgart, en Allemagne, le 10 mai 1944)
  • Joseph Boczov [József Boczor; Wolff Ferenc] (AR), Hongrois, 38 ans - Ingénieur chimiste
  • Georges Cloarec, Français, 20 ans
  • Rino Della Negra, Italien, 19 ans
  • Thomas Elek [Elek Tamás] (AR), Hongrois, 18 ans - Étudiant
  • Maurice Fingercwajg (AR), Polonais, 19 ans
  • Spartaco Fontanot (AR), Italien, 22 ans
  • Jonas Geduldig, Polonais, 26 ans
  • Emeric Glasz [Békés (Glass) Imre], Hongrois, 42 ans - Ouvrier métallurgiste
  • Léon Goldberg, Polonais, 19 ans
  • Szlama Grzywacz (AR), Polonais, 34 ans
  • Stanislas Kubacki, Polonais, 36 ans
  • Cesare Luccarini, Italien, 22 ans
  • Missak Manouchian (AR), Arménien, 37 ans
  • Armenak Arpen Manoukian, Arménien, 44 ans
  • Marcel Rayman (AR), Polonais, 21 ans
  • Roger Rouxel, Français, 18 ans
  • Antoine Salvadori, Italien, 24 ans
  • Willy Schapiro, Polonais, 29 ans
  • Amedeo Usseglio, Italien, 32 ans
  • Wolf Wajsbrot (AR), Polonais, 18 ans
  • Robert Witchitz (AR), Français, 19 ans
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article