Chéron Adolphe

Publié le par Mémoires de Guerre

Adolphe Chéron est né le 27 mars 1873 à Levallois-Perret (alors dans la Seine, aujourd’hui dans les Hauts-de-Seine) et mort le 27 novembre 1951 à Saint-Maur-des-Fossés (alors dans la Seine, aujourd’hui dans le Val-de-Marne) est un homme politique français. Il fut député radical de la Seine (1919–1936) et membre du gouvernement de Camille Chautemps, chargé de l’éducation physique (1933–1934). 

Chéron Adolphe

Carrière politique

Député radical

Il est élu député de la quatrième circonscription de Sceaux (Saint-Maur-des-Fossés, Créteil, Joinville-le-Pont, Bonneuil-sur-Marne) le 16 novembre 1919 et siège dans le groupe du Parti radical et radical-socialiste. Il est réélu le 29 avril 1928 comme radical indépendant et siège dans le groupe de la Gauche radicale. Le 1er mai 1932, il est réélu dès le premier tour (Gauche radicale) et entrera au gouvernement. Il ne rallie pas le Front populaire et se présente le 26 avril 1936 comme radical indépendant. Il est battu au second tour par le communiste André Parsal (PCF). 

Membre du gouvernement chargé de l’Éducation physique

Président de l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation militaire, Adolphe Chéron est le spécialiste de ces questions à la Chambre des députés. Il entre au gouvernement le 26 novembre 1933 comme sous-secrétaire d’État au ministère de l’Éducation nationale, chargé de l’éducation physique, dans le gouvernement de Camille Chautemps (radical-socialiste). Il y reste jusqu’à la chute du ministère, le 29 janvier 1934. Il conçoit l'éducation physique comme un moyen de préparer des jeunes capables de faire de bons soldats. Plusieurs installations sportives portent son nom, comme le stade Adolphe-Chéron, principal site pour le football et l'athlétisme de la ville de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) ou le stade et gymnase Adolphe-Cheron (Le Perreux-sur-Marne). 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article