Frotier de Bagneux Geoffroy

Publié le par Rodney42

Frotier de Bagneux GeoffroyGeoffroy Frotier de Bagneux (29 décembre 1909 à Paris 7e en France – 14 octobre 1973 à Fontainebleau en France) est un militaire français. Après son baccalauréat, il obtient un diplôme d'ingénieur. Élève-officier de réserve à Saumur en 1936, il termine son service militaire avec le grade de sous-lieutenant. Mobilisé en qualité d'officier en septembre 1939, il refuse la défaite de juin 1940 et du Maroc, il rejoint Gibraltar avec quelques camarades, dont Horace Savelli, puis l'Angleterre, où il parvient le 20 octobre 1940.

Engagé aux Forces françaises libres, il est affecté à Camberley jusqu'en juillet 1941 avant de rejoindre, en Afrique française libre, la Colonne Leclerc. Il prend part, comme chef de peloton de la 2e Compagnie de Découverte et de Combat, aux campagnes du Fezzan, de Libye et de Tripolitaine. Il participe ensuite avec la Force Leclerc aux opérations de Tunisie.

Au cours d'une attaque allemande sur Ksar Rhilane, il prend le commandement d'une patrouille de sortie et rapporte sous le feu ennemi des renseignements de la plus haute importance sur les positions adverses. Le capitaine Frotier de Bagneux est ensuite affecté pour quelques mois comme adjoint au chef du 4ème Bureau avant d'être nommé chef de la Sécurité militaire de la 2e Division Blindée. Il s'acquitte de sa tâche avec une grande efficacité, payant de sa personne le plus souvent et exécutant des missions très dangereuses dans des localités ou des régions sous le contrôle ennemi.

Attaché au cabinet du général de Gaulle de mai à novembre 1945, il est ensuite démobilisé et s'installe comme colon au Maroc. Lieutenant-colonel de réserve, il rentre en métropole dans les années 60 et travaille en qualité d'attaché commercial puis comme office manager à la société Cabot France. Geoffroy Frotier de Bagneux est décédé accidentellement à Fontainebleau, le 14 octobre 1973. Il a été inhumé à Frehel dans les Côtes d'Armor.


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article