Haapalainen Eero

Publié le par Roger Cousin

Haapalainen EeroEero Haapalainen (1880-1937) était un homme politique, un journaliste et un des chefs des Gardes Rouges finlandais. Il est le fils de Frédéric Eero Haapalainen, charpentier et de Wilhelmine Mine qui travaillait pour un magasin de tissu. Ses parents le souhaitaient prêtre, mais il interrompit ses études par manque d'argent. Il devint ouvrier (1903-1906) et secrétaire de l'union locale de son organisation professionnelle (1906). Rédacteur en chef de en 1907. Haapalainen est un garde rouge en 1905 lors des grèves. En 1906, il est un des représentants, au IV congrès de Stockholm comme délégué du Parti social-démocrate finlandais. En 1907, il est élu à l'assemblée constitutive du syndicat ; il continue ses activités syndicales jusqu'en 1917.

Haapalainen a été rédacteur en chef de de 1908 à 1918. Il était membre du comité exécutif de la Délégation du peuple finlandais en charge des affaires militaires. Malgré son manque d'expérience militaire, il était un ancien de la révolution de 1905 et membre de la commission militaire ; Haapalainen participe donc à la création et à la direction des Gardes Rouges du 30 janvier au 21 mars 1918.

La défaite du parti rouge devenant effective, le 26 avril 1918, il ne peut s'y résoudre et combat encore à Vyborg. Il part avec d'autres responsables (Édouard Gylling), en bateau, de Vyborg en mai 1918 pour Saint-Petersbourg. Il cumule les poste de confiance en République socialiste soviétique autonome de Carélie avec la création d'un régiment en 1918; comme enseignant en 1919-1920. Mais participe aussi à des revues, des journaux et directeur du département d'histoire de l'université de Carélie. écrit de nombreux livres mais, surtout participe à la création du premier alphabet finnois. Haapalainen est arrêté le 27 septembre 1937 par le NKVD pour nationalisme, reconnu coupable le 27 novembre 1937, et exécuté (Grandes Purges). Il a été réhabilité le 7 mai 1956, après le XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article