Putti Lya de

Publié le par Roger Cousin

Fille d’un baron et d’une comtesse, Lya De Putti naît le 10 janvier 1896, à Vecse, en Hongrie, royaume de l’empire des Habsbourg. 

Putti Lya dePutti Lya dePutti Lya de

Elle épouse Zoltan Szepessy, un magistrat, en 1912, et lui donne deux filles en 1914 et 1916. Son avenir semble tout tracé mais la jeune femme a d’autres rêves et d’autres ambitions. Elle abandonne bientôt mari et enfants et se lance dans la danse et l’univers du spectacle. Lya De Putti tourne son premier film en 1918 : «A császár katonái» sous la direction de Béla Balogh. À la suite de la révolution hongroise, elle émigre en Roumanie, où elle est l’interprète d’une deuxième production en 1920. Elle part ensuite en Allemagne où très rapidement, sa carrière cinématographique prend son essor. On la remarque particulièrement dans «Le tombeau hindou» (1921) et «Le tigre du Bengale» (1921), une superproduction en deux parties réalisée par Joe May et scénarisée par Fritz Lang et Thea von Harbou. Elle devient une star l’année suivante.

On peut alors la voir entre autres dans: «Ilona» (1922) de Robert Dinesen ; «La terre qui flambe»(1922) et «Le fantôme» (1922) de Friedrich Wilhelm Murnau ; «Die fledermaus» (1923) de Max Mack; «Malva» (1924) de Robert Dinesen ; «Komödianten» (1924) et «Eifersucht» (1925) de Karl Grune; «Variété» (1925) de Ewald André Dupont et «Manon Lescaut» (1926) de Arthur Robison. La charmante comédienne est alors au zénith de sa carrière. Sa renommée lui vaut ensuite de partir aux Etats-Unis et de signer un contrat avec le producteur Adolph Zukor. En 1926, Lya De Putti tourne trois films pour la Paramount: «Les chagrins de Satan» de David Wark Griffith, «The prince of tempters» de Lothar Mendes et «God gave me twenty cents» de Herbert Brenon. En 1927, elle joue en tête d’affiche pour la Cosmopolitan Pictures dans «The heart thief» (1927) de Nils Olaf Chrisander. 

Elle signe ensuite un contrat pour deux films avec les Studios Universal: «Buck privates» (1927) et «Midnight Rose» (1927), puis elle interprète pour la Columbia «The scarlet Lady» d’Alan Crosland. Elle ne rencontre cependant pas un succès comparable à celui qui était le sien en Europe. Durant cette période, elle a également l’occasion de faire un bref retour en Allemagne afin d’y être la vedette de «Charlott etwas verrückt» (1928) de Adolf E. Licho. Pendant son séjour à Berlin, elle tombe malencontreusement par une fenêtre. La presse en fait ses choux gras, et interprète cet accident comme une tentative de suicide. Lya ignore ces médisances et très vite remise sur pieds, décide de reprendre sa carrière.

Lya De Putti apparaît pour la dernière fois à l’écran en Angleterre, aux côtés de Lars Hanson, dans «The Informer» (1929) d’Arthur Robison. Elle tente ensuite, aux Etats-Unis, un retour sur scène mais le succès n’est hélas pas au rendez-vous. Fin 1931, Lya De Putti avale un os de poulet de travers. Elle subit une opération chirurgicale pour prélever l’intrus, et durant son hospitalisation elle est victime d’un empoisonnement du sang. Elle meurt le 27 novembre 1931, à New York (New York), des suites d’une pneumonie.

Filmographie

  • 1918 A császár katonái / Die soldaten des kaisers – de Béla Balogh avec Ihász Aladár
  • 1920 Pe valurile fericirii / Die wellen der liebe – de Dolly A. Szigethy
  • Zigeunerblut – de Karl Otto Krause avec Hilde Wörner
  • Le tombeau hindou ( das indische grabmal : Die sendug des Yoghi ) de Joe May avec Olaf Fønss
  • Le tigre du Bengale ( das indische grabmal : Der tiger von Eschnapur ) de Joe May avec Paul Richter
  • 1921 Les amours d’Hector Dalmore ( die liebschaften des Hektor Dalmore ) de Richard Oswald avec Conrad Veidt
  • Force motrice ( treibende kraft ) de Zoltán Nagy avec Fern Andra
  • Ilona – de Robert Dinesen avec Harald Paulsen
  • Vous êtes la vie ( du bist das leben ) de Franz Eckstein avec Erna Morena
  • 1922 Le fantôme ( phantom ) de Friedrich Wilhelm Murnau avec Alfred Abel
  • Othello – de Dimitri Buchowetzki avec Emil Jannings
  • La terre qui flambe ( der brennende Acker ) de Friedrich Wilhelm Murnau avec Werner Krauss
  • Les trois Marie et le seigneur de la Marana ( die drei Marien und der Herr von Marana ) de Reinhold Schünzel avec Anita Berber
  • 1923 Die schlucht des todes – de Luciano Albertini & Francis A. Bertoni avec Luciano Albertini
  • SOS : L’île des pleurs ( SOS : Die insel des tranen ) de Lothar Mendes avec Paul Wegener
  • La chauve-souris ( die fledermaus ) de Max Mack avec Wilhelm Bendow
  • 1924 Thamar, l’enfant de la montagne ( Thamar, das kind der berge ) de Robert Dinesen avec Paul Otto
  • Malva – de Robert Dinesen avec Ernst Rückert
  • Komödianten – de Karl Grune avec Fritz Kampers
  • Claire ( die geschichte eines jungen mädchens ) de Robert Dinesen avec Eduard von Winterstein
  • 1925 Au nom de l’empereur ( im namen des kaisers ) de Robert Dinesen avec Erich Kaiser-Titz
  • Variété ( variete / variety / vaudeville ) de Ewald André Dupont avec Kurt Gerron
  • Eifersucht – de Karl Grune avec Werner Krauss
  • Manon Lescaut ( die geliebte des abbé ) de Arthur Robison avec Marlene Dietrich
  • 1926 Le sang des jeunes ( junges blut ) de Manfred Noa avec Julius Falkenstein
  • Les chagrins de Satan ( the sorrows of Satan ) de David Wark Griffith avec Ricardo Cortez
  • Prince of tempters – de Lothar Mendes avec Ben Lyon
  • God gave me twenty cents – de Herbert Brenon avec Jack Mulhall
  • 1927 The heart thief – de Nils Olaf Chrisander avec Joseph Schildkraut
  • Buck privates – de Melville W. Brown avec Malcolm McGregor
  • Midnight Rose – de James Young avec Kenneth Harlan
  • 1928 Charlott et was verrückt – de Adolf E. Licho avec Olga Limburg
  • The scarlet lady / The scarlet woman – de Alan Crosland avec Don Alvarado
  • 1929 The informer – de Arthur Robison avec Lars Hanson
  • DO Rund um die liebe – de Oskar Kalbus avec Georg Alexander (Seulement apparition)

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article