Bureau Munimin-Pimetex Paris

Publié le par Roger Cousin

Der Beauftrag fur Frankreich des Reichsministers fur Bewaffnung und Munition, Paris, 33 Champs-Elysées, Burehaus Marignan, Feldpostnummer 40.260, sous la raison sociale de Munimin, puis de Pimetex, avait pour tâche l'achat de métaux, de câbles, de matériel du génie, d'outils et de machines-outils, d'abrasifs, de roduits d'alimentation, en particulier d'œufs et de conserves de légumes, à l'exception, toutefois, des huiles comestibles et des graisses, des spiritueux et des textiles. Malgré son nom, il a acheté pour d'autres services que le Ministère de l'Armement, notamment pour Todt, GbK, Otto... 

Bureau Munimin-Pimetex Paris

Le « Beauftragte » était le Dr Paul Bosse, et le gérant effectif le capitaine Vogel. Au début de 1943, Pimetex comportait les six sections suivantes :

Section centrale

  • Achat de métaux, chef Nagel ;
  • Pimetex-Marseille, achat de métaux de produits d'alimentation et divers : chef : Schulz
  • Section Schwerpunktaktion : Achat de produits d'alimentation de toutes sortes, chef : Van der Linden.
  • Section Intercommerciale : Achat de machines et d'outils par l'intermédaire de la dite société : chef : Pescht.
  • Section Ausrustung Achat de textiles et de cuirs : chef : Ohl.
  • Section Bonifar Falkensee : Voir Betriebsmittel : chefs : Melles Muller et Rieckhey.
  • Section Edgar-Horn Chefs : Horn et Zimmermann.

Autant que l'on puisse en juger par les archives découvertes à la Roges et au dépôt de Wernigerode (partie des archives de Pimetex repliées en Allemagne), les accords Bichelonne'-Michel n'ont pas mis fin à l'activité de Pimetex-Paris, mais ont seulement restreint celle-ci à l'achat des machines-outils, des abrasifs, du platine, du radium et du mésothorium. En outre, le financement de Pimetex a été assuré exclusivement, à partir du 1er mars 1944, par le Betriebsmittel G.m.b.H. à qui Roges cédait l'ensemble de ses crânces et de ses dettes à l'égard de Pimetex. La Schwerpunkt-aktion avait pour but de fournir aux travailleurs allemands de l'Industrie d'Armement un ravitaillement supplémentaire.

Cette campagne, qui commença au début de 1942 à l'instigation du Sozialreferat du Ministère de l'Armement, se développa essentiellement en France, ultérieurement et accessoirement aussi en Allemagne. Les achats en France portèrent soit sur des marchandises françaises (pâtes, farines, spiritueux, conserves, vins, tabac, gourmandises), soit sur des marchandises espagnoles et portugaises pour lesquelles les devises furent achetées au marché noir à Paris. Ils furent effectués par Pimetex, qui avait, avons nous vu, une section spéciale à cet effet ; le financement fut assuré à l'origine par l'organisation Todt, par la suite par la Roges (jusqu'en novembre 1943 où la campagne prit fin). Les achats en Allemagne (6.139.074 RM) qui se terminèrent dès fin 1942, ne concernaient que des spiritueux ; ils furent faits par la Reichsautobahn-Raststâtten G.m.b.H une filiale de Rùstungskontor.

La Bonifar-Aktion représente l'achat de machines et d'outillages divers pour la Demag-Fahrzeugwerke, Falkensee. La Borralha-Aktion représente l'achat au marché noir de 300 actions des mines de wolfram de Borralha (Portugal). Avec Betriebsmittel, Pimetex limita son activité aux opérations suivantes : achat d'outils et d'abrasifs (diamants industriels...) remis à des entreprises allemandes liées par contrat avec Pimetex. Quatre-vingt yagons représentant une valeur de 38.409.991 RM furent achetés pour Hahn und Kolb, primitivement à Stuttgart, repliés à Bopfingen, 19 wagons d'une valeur de 8.733.166 RM furent adressés à Hans Wilhelm Pfeiffer, à Erfurt, et 41 à Lingenberg et Sohn, à Berlin, pour 4.394.405 RM.

Achats de machines, machines-outils, aciers spéciaux revendus directement aux consommateurs allemands. Achats de diamants, de platine, et de radium pour le compte de la Roges. L'ensemble des ces opérations représentent un volume de 70.443.447 RM résultat qui ne comprend pas 2.060.000, RM avancés à l'Allemand Kopp, (voir affaire Kopp-Bassanger) Beauftragter des Militarbefelhshabers fur Industriediamanten pour l'achat de diamants industriels. Il ne faut toutefois pas avoir la prétention de retrouver les comptes exactes de Pimetex lorsque le propre expert comptable du Rùstungskontor conclut son rapport en disant n'avoir jamais vu une comptabilité aussi mal tenue. Néanmoins un rapport, concernant la période du 2 août 1943 au 31 octobre 1944, permet de détailler comme suit l'activité de Pimetex en francs :

  • Achats d'outils 2.738.377.000
  • Achats de platine et de radium 320.130.000
  • Acahts de wolfram 365.380.000
  • Achats de diamants 119.892.000
  • Achats de quinine 14.702.000
  • Total en francs 3.558.486.000
  • Total en RM 177.924.300
  • Au 31 octobre, Pimetex avait encors les  stocks suivants :
  • Outils 173.200.000
  • Wolfram 8.679.000
  • Quinine 2.075.000

Total en francs 183.954.000
Total en RM 9.167.700

L'importance de ces chiffres nous permet d'apercevoir le volume des affaires traitées par Pimetex-Paris, qui fut sans nul doute l'un des organismes d'achats au marché noir, les plus importants de la capitale avec Otto.

 

Publié dans Bureaux d'achats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article