Trump Melania

Publié le par Mémoires de Guerre

Melania Trump, née Melanija Knavs le 26 avril 1970 à Novo Mesto, est un ancien mannequin slovéno-américain. Elle est depuis 2005 l'épouse de Donald Trump. À la suite de l'élection de celui-ci à la présidence des États-Unis, elle devient Première dame des États-Unis le 20 janvier 2017. 

Trump Melania
Trump Melania
Trump Melania
Trump Melania
Trump Melania
Trump Melania

Jeunesse

Melanija Knavs naît le 26 avril 1970 dans la localité de Novo Mesto, en Slovénie yougoslave. Son père, Viktor Knavs, originaire de Radeče, gère des concessions de voitures et de motos pour un constructeur automobile d’État. Sa mère, Amalija Ulčnik, qui vient d'un village aux alentours de Sevnica, est employée d'un fabricant de vêtements pour enfants, pour lequel elle dessine des motifs textiles. Elle a une sœur aînée du nom d'Ines et un demi-frère, né d'une relation de jeunesse de son père et qu'elle ne connaît pas. Son père était membre de la Ligue des communistes de Slovénie, qui prônait une politique d'athéisme d'État. Cependant, il fit baptiser secrètement ses filles selon le rite catholique, comme le faisaient de nombreux Slovènes.

Au début de son enfance, Melania vit dans un appartement modeste, mais alors qu'elle est adolescente, ses parents accèdent à la classe moyenne et la famille s'installe dans un pavillon d'un quartier résidentiel (une maison à deux étages, près de Sevnica). Ils possèdent toujours cette maison en 2018, mais vivent à New York. Elle défile pour la première fois, en présentant des vêtements pour la fabrique où travaille sa mère. Elle aimerait devenir styliste et fait un premier pas dans le monde de la mode en posant en 1987 pour le photographe de mode Stane Jerko, qui la repère dans la rue pour sa beauté juvénile et lui offre ses premières séances de photos. Elle maîtrise le slovène, l'anglais et a des notions de français, de serbe, d'italien et d'allemand. 

Carrière de mannequin

Après avoir fait une année d’études en design et architecture à l'université de Ljubljana, Melania Knauss participe à un concours de mannequinat organisé par le magazine féminin slovène Jana en 1992, où elle échoue en finale, ce qu'elle vit extrêmement mal. Elle obtient cependant ses premiers contrats et abandonne la faculté. En 1993, la marque slovène « Mura » la met en scène dans une campagne télévisée en la présentant comme la « première dame de la mode », avec des gardes du corps, une limousine, un avion et la faisant asseoir dans un bureau ovale. Elle comprend cependant que la Slovénie est un trop petit pays pour ses ambitions et qu'elle n'y sera pas repérée internationalement. Elle profite de la chute du communisme en Europe de l'Est, intervenue quelques années plus tôt, pour partir vers l'Ouest.

Elle travaille ensuite comme mannequin pour plusieurs grandes marques à Milan et à Paris avant de partir poursuivre sa carrière à New York en 1996. Travaillant avec des photographes comme Helmut Newton, Patrick Demarchelier et Mario Testino, elle apparaît en couverture de plusieurs magazines comme Vogue, Vanity Fair, GQ ou encore Elle mais elle ne fait pas une grande carrière comme ses collègues Carla Bruni ou Cindy Crawford. En tant que mannequin, elle a travaillé avec plusieurs célèbres agences, dont celle que possède Donald Trump. Elle apparaît dans plusieurs publicités télévisées, dont une pour la compagnie d'assurances Aflac. Elle crée une ligne de bijoux, ainsi que des produits cosmétiques. 

Mariage avec Donald Trump

En 1998, elle rencontre l’homme d’affaires Donald Trump à un événement de mode au Kit Kat Club de Manhattan. Sa notoriété augmente lorsqu’elle apparaît avec Trump à l’émission The Howard Stern Show, où ils mettent en avant leur vie sentimentale. En couple avec celui-ci, elle continue sa carrière de modèle tout en s’impliquant dans des œuvres de bienfaisance. Sa relation avec Trump est de nouveau mise en avant dans l’émission de téléréalité The Apprentice, présentée par celui-ci. Leur relation est alors tumultueuse, oscillant entre ruptures et réconciliations. Elle obtient une carte de résidente permanente aux États-Unis en 2001 et la nationalité américaine en 2006. Elle se fiance avec Donald Trump en 2004, puis l'épouse l'année suivante, le 22 janvier 2005, dans une église de Palm Beach, en Floride, Bill et Hillary Clinton figurant parmi les invités. Elle porte une robe Dior à 100 000 dollars.

Le 20 mars 2006, le couple a un garçon né à New York et portant le nom de Barron William Trump. Elle consacre son temps à l'éducation de son fils, tout en poursuivant quelques activités de mannequin. Ses parents vivent alors comme elle dans la Trump Tower à New-York. Lors de la convention nationale républicaine de 2016, elle prononce un discours plagiant plusieurs passages de celui de Michelle Obama à la convention démocrate de 2008. Malgré quelques apparitions, elle reste médiatiquement très discrète durant la campagne présidentielle de son mari, contrairement à d'autres épouses de candidats, qui traditionnellement s'impliquent davantage. 

Première dame des États-Unis

Débuts

Lors de la cérémonie d'investiture de Donald Trump comme 45e président des États-Unis, elle tient les deux bibles sur lesquelles Donald Trump prête serment : la bible d'Abraham Lincoln et celle de son mari offerte par sa mère, Mary Anne MacLeod Trump. Melania Trump choisit ses vêtements en boutique comme chez Polo Ralph Lauren, par exemple et collabore pour certaines tenues avec le styliste d'origine française Hervé Pierre. À la suite de l'investiture de son mari, elle devient Première dame des États-Unis (First Lady). Elle est la deuxième First Lady d'origine étrangère après Louisa Adams et la première à avoir été naturalisée américaine. Elle est par ailleurs la première née dans un pays communiste.

Elle décide de ne pas emménager immédiatement à la Maison-Blanche, continuant de résider dans la Trump Tower jusqu'à la fin de l'année scolaire de son fils, en juin 2017. Ivanka Trump, la fille du président, occupe ainsi officieusement le rôle de Première dame. Une pétition est lancée afin que Melania Trump rejoigne la Maison-Blanche ou prenne en charge elle-même les frais liés à sa sécurité et à celle de son fils, estimés entre 127 000 et 146 000 dollars par jour. Elle s'installe à la Maison-Blanche avec Barron le 11 juin 2017. Elle élève son fils sans avoir recours à une nourrice. 

Rôle

Interrogée pendant la campagne présidentielle de 2016, elle indique : « Je serai très traditionnelle, comme Betty Ford ou Jackie Kennedy ». Elle ne souhaitait initialement pas occuper ce rôle, préférant le train de vie de femme de milliardaire, loin de l'attention médiatique : ainsi, selon le journaliste Michael Wolff, elle aurait pleuré de tristesse le soir de la victoire de son mari. En mai 2017, lors d'une visite au Vatican, elle révèle qu'elle est catholique, ce qui fait d'elle la première First Lady catholique aux États-Unis depuis Jacqueline Kennedy. Lors de ce déplacement, elle aurait convaincu le pape François, peu enthousiaste, de serrer la main de Donald Trump.

Considérée comme énigmatique, elle s'exprime à de très rares occasions et ne réagit pas aux allégations sur les infidélités présumées de son mari, même si elle refuse plusieurs fois de lui prendre la main en public, ce que la presse interprète comme une marque de défiance à son égard. Sa popularité augmente de façon continue au fil des mois, atteignant près de 60 % en mai 2018. Elle s'implique notamment dans une rénovation de la Maison-Blanche. En octobre 2018, elle effectue son premier voyage officiel non accompagnée du président. Durant cinq jours, elle prend part à plusieurs évènements et rencontres diplomatiques sur le continent africain (Égypte, Ghana, Kenya). 

Engagements

En septembre 2017, elle se lance dans un combat contre les addictions aux opiacés en menant une table ronde sur le sujet. Comme annoncé pendant la campagne présidentielle, elle présente, en mai 2018, un programme pour la protection de l'enfance dont elle sera la marraine. Intitulé Be Best, ce programme entend notamment lutter contre le cyberharcèlement. Fin juin 2018, alors que la séparation des migrants et de leurs enfants suscite la polémique, Melania Trump se rend à la rencontre d'enfants sans-papiers. 

Dans un communiqué, elle indique à propos de la séparation des enfants immigrés de leurs parents : « Je déteste cette situation ». De l'aveu du président, elle joue un rôle dans l'adoption d'un décret mettant fin à ces séparations. Elle-même immigrée, elle a contacté en 2018 un célèbre avocat, membre du Parti démocrate, afin d'aider ses parents et sa sœur dans leurs démarches vis-à-vis de l'administration ; celui-ci indique que de ce fait ce sujet lui tient particulièrement à cœur. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article