Juno Beach

Publié le par Mémoires de Guerre

Juno Beach est le nom de code d'une des principales plages du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale

 

Juno Beach
Juno Beach
Juno Beach

Son nom vient de la femme d'un Général de l'époque. Elle est située entre Sword Beach et Gold Beach, et s'étend depuis Saint-Aubin-sur-Mer à l'est jusqu'à mi-parcours entre les villages de La Rivière, hameau à l'est de Ver-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer à l'ouest. Sa prise fut assignée à la 3e Division d'infanterie canadienne commandée par le major-général Rodney Keller. Elle était la seconde plage la mieux fortifiée après Omaha Beach. Le général allemand Richter commandait la 716e division gardant la plage avec 11 canons de 155 mm et 9 de 75 mm. Les bombardements aériens n’avaient fait que peu de dégâts. Le pilonnage naval entre 6 h et 7 h 30 n’avait endommagé que 14 % des fortifications et à cause d'une météo défavorable les Allemands eurent une demi-heure pour se regrouper. Juno Beach était divisée en deux secteurs, Mike à l’ouest et Nan à l’est. La 7e brigade appuyée par le 6e régiment blindé canadien (1er Hussards) devait atteindre la terre et contrôler le secteur Mike devant Graye-sur-Mer et Courseulles.

La 8e brigade soutenue par le 10e régiment blindé canadien (cavalerie Fort Garry) débarqua sur le secteur Nan devant Bernières-sur-Mer et Saint-Aubin. La 9e brigade était gardée en réserve. Une mer démontée interdit la mise à l'eau des chars amphibies de la 8e brigade, par contre, quelques chars du 1er Hussards sont mis à terre pour la 7e brigade. Dans la première heure de l’assaut les forces canadiennes subirent environ 50 % de pertes, comparable à celles des américains à Omaha Beach, principalement chez les Royal Winnipeg Rifles et chez les Regina Rifle Regiment. Grâce à une poignée d'hommes du régiment de la Chaudière qui capturèrent les soldats allemands sur la plage, les hommes du Queen's Own Rifles et du North Shore appartenant à la 8e brigade, n'étant plus cloués au sol, s'infiltrent entre les points d'appui allemands et progressent vers l'intérieur des terres. Les blindés du Fort Garry Horse élargissent la tête de pont.

Vers midi la division avait complètement débarquée et s’était enfoncée de plusieurs kilomètres pour prendre les ponts sur la rivière Seulles et à 18 h elles contrôlaient la ville de Saint-Aubin-sur-Mer. Au soir du 6 juin, ayant avancé de quinze kilomètres et franchi la grande route Caen-Bayeux, le 1er Hussards était la seule unité ayant atteint ses objectifs. Cependant elle dut se replier car l’infanterie de soutien n’avait pas suivi. Des éléments de la 9e brigade, le North Scotia Highlanders et le régiment des Fusiliers de Sherbrooke, maintenus en réserve jusque-là, percent vers le sud et se concentrent, à l'approche de la nuit, à quelques kilomètres de Caen. À la fin de la journée suivante les forces canadiennes, 21 500 hommes (sans compter les pertes), firent leur jonction avec les forces britanniques qui avaient pris Sword Beach. Les pertes canadiennes (morts, blessés, disparus) furent d'environ un millier. Le monument du souvenir à Bernières évoque le débarquement de juin 1944. Un monument à Courseulles-sur-Mer honore la mémoire de ces efforts et vies perdues. Inauguré le 6 juin 2003, le Centre Juno Beach, unique musée canadien sur les plages du débarquement est situé dans cette commune.

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article