Semprun Jorge

Publié le par Mémoires de Guerre

Jorge Semprun Maura, né le 10 décembre 1923 à Madrid (Espagne) et mort le 7 juin 2011 à Paris, est un écrivain, scénariste et homme politique espagnol dont l'essentiel de l'œuvre littéraire est rédigé en français. Il est inhumé « dans le drapeau républicain espagnol » à Garentreville, en Seine-et-Marne. 

 

Semprun Jorge
Semprun Jorge
Semprun Jorge
Semprun Jorge

Jorge Semprún est issu d'une famille de la grande bourgeoisie espagnole. Sa mère, Susana Maura (décédée en 1932) est la fille de l'homme politique libéral des années 1880-1925, Antonio Maura, président du gouvernement espagnol, et la sœur de Miguel Maura, ministre et républicain modéré. Son père, José María Semprún (1893-1966), catholique et républicain, avocat et professeur de droit, a occupé pendant la deuxième république des fonctions de gouverneur civil de province (Tolède, Santander). Durant la Guerre civile espagnole, il fut diplomate au service de la République espagnole à la Haye. En 1939, après la défaite des Républicains, ses parents s'établissent définitivement en France. Pendant le déclenchement de la Guerre d'Espagne, en juillet 1936, la famille se trouve en vacances à Lekeitio, près de Bilbao ; elle gagne Bayonne en bateau, séjourne d'abord à Lestelle-Bétharram (Pyrénées-Atlantiques) dans la maison de Jean-Marie Soutou, un proche d'Esprit, revue dont José María Semprún était correspondant en Espagne, puis dans la région de Genève où il se voit offrir un poste diplomatique : du début de 1937 à février 1939, il représente la République espagnole aux Pays-Bas. Jorge et ses six frères et sœurs passent donc deux ans dans ce pays ; Jorge est scolarisé dans un lycée local et maîtrise, à cette époque, le néerlandais.

Après la fermeture de la légation républicaine à La Haye, la famille s'exile en France ; Jorge termine ses études secondaires au lycée Henri-IV9, à Paris ; il participe à la manifestation patriotique du 11 novembre 1940 ; en 1941, il obtient le 2e prix de philosophie au Concours général et est reçu au baccalauréat, puis commence des études de philosophie à la Sorbonne. Il rejoint aussi la Résistance. Il entre en contact avec le réseau communiste des Francs-tireurs et partisans-Main-d'œuvre ouvrière immigrée (FTP-MOI) et entre au Parti communiste d'Espagne (PCE) en 1942. Mais il intègre, avec l'accord de la MOI, le réseau Jean-Marie Action, qui relève de l'organisation Buckmaster, c'est-à-dire la section France des services secrets britanniques (SOE). Ce réseau, dirigé par Henri Frager, opère en Bourgogne (réception de parachutages d'armes et répartition de ces armes dans les maquis de l'Yonne et de la Côte-d'Or). En septembre 1943, Jorge Semprún est arrêté par la Gestapo à Joigny et, après un séjour à la prison d'Auxerre, déporté au camp de concentration de Buchenwald. Après la période de quarantaine dans le Petit Camp, il est affecté par l'organisation communiste clandestine du camp à l'Arbeitsstatistik (l'administration du travail), sans toutefois entrer dans la catégorie des détenus privilégiés (Prominenten). Dans cette organisation, il a pour supérieurs de futurs cadres des démocraties populaires : Josef Frank, Ladislav Holdos, Ernst Busse, Walter Bartel, Willi Seifert (kapo de l' Arbeitsstatistik).

Pour le compte du PCE, dont le leader dans le camp est Jaime Nieto (dit « Bolados »), il est chargé d'organiser des activités culturelles pour les déportés espagnols. Par ailleurs, il a l'occasion (pendant la demi-journée de repos du dimanche après-midi) de fréquenter le sociologue Maurice Halbwachs ainsi que le sinologue Henri Maspero, eux aussi détenus à Buchenwald, jusqu'à ce qu'ils y meurent. Peu avant l'arrivée des troupes américaines du général Patton, il participe au soulèvement des déportés. Le camp est libéré le 11 avril 1945 ; Jorge Semprún est évacué le 26 et est de retour à Paris à la fin du mois. Le retour à la vie civile va être très difficile, avec notamment l'incident de sa chute de train à l'arrivée en gare de Saint-Prix (où habite son père) en août 1945. Il commence ensuite à mettre par écrit ses souvenirs de Buchenwald mais, séjournant dans le canton suisse du Tessin avec la famille de sa sœur Maribel (d'octobre 1945 à janvier 1946), il se rend compte que la poursuite de ce travail le met en danger. Il prend alors la décision non seulement d'y mettre fin, mais encore de ne plus repenser à ce qui s'est passé durant ces années (il parle d'« amnésie volontaire »).

En 1947, il a un fils, Jaime, avec la comédienne Loleh Bellon. Jaime Semprun est décédé en août 2010. Il reste un membre actif du PCE. Pendant quelques années, il milite tout en travaillant, principalement comme traducteur à l'UNESCO. En 1952, il devient permanent du parti affecté au travail clandestin en Espagne. De 1953 à 1962, il coordonne la résistance communiste au régime de Franco, faisant plusieurs longs séjours en Espagne sous différents pseudonymes, notamment celui de Federico Sánchez. Il est plus particulièrement chargé des relations avec les milieux intellectuels. Il entre au Comité central du PCE en 1954 puis au Comité exécutif (Bureau politique) en 1956. Il effectue aussi plusieurs missions dans les pays de l'Est, en particulier auprès de Dolores Ibárruri, Secrétaire général du parti : en janvier 1956, à Bucarest ; et de nouveau en 1959, à Ouspenskoie (URSS), avec Santiago Carrillo : c'est à ce moment que Dolores Ibárruri annonce à ses visiteurs sa démission du poste de Secrétaire général. En 1962, Santiago Carrillo, devenu Secrétaire général, décide de le retirer du travail clandestin en Espagne. Il est exclu du parti en 1964, en même temps que Fernando Claudín. La raison invoquée est : « divergence de point de vue par rapport à la ligne du Parti ». À partir de ce moment, il se consacre principalement à l'écriture.

En 1966, il demande aux autorités espagnoles un passeport officiel, qui lui est accordé, bien qu'avec réticence, compte tenu de son passé. Il peut ainsi circuler librement entre l'Espagne et la France où il continue de résider. En 1969, Jorge Semprún participe à la création des éditions Champ Libre aux côtés de Gérard Lebovici. Un épisode important est la période 1988-1991 : Jorge Semprún occupe le poste de ministre de la Culture dans le gouvernement socialiste de Felipe González. Dans cette fonction, il se trouve très vite en conflit larvé avec Alfonso Guerra, le leader en second du PSOE, le Parti socialiste ouvrier espagnol ; en 1991, il est amené à quitter le gouvernement, Felipe González ayant décidé de couvrir des pratiques discutables d'Alfonso Guerra. En 1989, il participe à la veillée funèbre de Dolores Ibárruri, ainsi que Fernando Claudín. L'œuvre romanesque de Jorge Semprun se répartit autour de quelques thèmes et des grands événements qui ont émaillé son existence. Beaucoup de ses ouvrages éminemment autobiographiques sont des témoignages, des réflexions sur la terrible expérience qu'il a vécue dans les locaux de la Gestapo à Paris, puis dans le camp de Buchenwald et sa difficile réadaptation : Le Grand Voyage, L'Évanouissement, Quel beau dimanche, Le mort qu'il faut, L'Écriture ou la vie et Vingt Ans et un jour.

D'autres retracent plutôt son parcours clandestin à l'époque du franquisme quand il était un membre éminent du Parti communiste espagnol : Autobiographie de Federico Sanchez et La Deuxième Mort de Ramon Mercader. Une autre catégorie importante concerne sa vie d'exilé en France et les années de l'après-franquisme : Adieu vive clarté..., Montand la vie continue, L'Algarabie, La Montagne blanche et Federico Sánchez vous salue bien. Semprun affirme qu'après une tentative à la fin de 1945, il lui a été impossible d'écrire pendant une vingtaine d'années quoi que ce soit sur son expérience de déporté, afin de sauvegarder sa propre existence, mise en danger par l'écriture de l'indicible. En revanche, il a écrit sur d'autres sujets ; lui-même cite dans l'Autobiographie de Federico Sanchez quelques textes de ceux qu'il a écrit durant cette période. C'est le cas par exemple de Soledad, une pièce de théâtre d'orientation communiste, ainsi que de nombreux poèmes, relevant du culte de la personnalité. Il ne considère cependant pas ces productions comme pourvues d'un grand intérêt et ne les cite que comme reflets d'une période politique, celle du stalinisme triomphant. En tout état de cause, avant Le Grand Voyage, l'activité d'écriture littéraire occupe une place très limitée dans son existence.

Publications

  • 1963 : Le Grand Voyage - prix Formentor ; prix littéraire de la Résistance
  • 1967 : L'Évanouissement
  • 1969 : La Deuxième Mort de Ramón Mercader - prix Femina
  • 1976 : Autobiografía de Federico Sánchez (Autobiographie de Federico Sánchez) - prix Planeta 1977
  • 1980 : Quel beau dimanche
  • 1981 : L'Algarabie
  • 1983 : Montand la vie continue, Denoël
  • 1986 : La Montagne blanche
  • 1987 : Netchaïev est de retour
  • 1993 : Federico Sánchez vous salue bien
  • 1994 : L'Écriture ou la Vie - prix Femina Vacaresco
  • 1995 : Mal et Modernité
  • 1995 : Se taire est impossible, avec Elie Wiesel
  • 1998 : Adieu, vive clarté
  • 1998 : Le Retour de Carola Neher et le Manteau d'Arlequin
  • 2001 : Le Mort qu'il faut - prix des Charmettes/J.-J. Rousseau 2001
  • 2002 : Les Sandales, Mercure de France, (ISBN 2715223676)
  • 2003 : Veinte años y un día (Vingt ans et un jour)
  • 2005 : L'Homme européen, avec Dominique de Villepin, collection Tempus, Perrin, 2006, Paris, (ISBN 2-262-02395-6)
  • 2008 : Où va la gauche ?, Flammarion
  • 2010 : Une tombe au creux des nuages. Essais sur l'Europe d'hier et d'aujourd'hui, collection Climats, Flammarion
  • 2012 : Exercices de survie, Gallimard
  • 2013 : Le langage est ma patrie, Éditions Buchet/Chastel

Filmographie

comme Scénariste

  • 1966 : Objectif 500 millions de Pierre Schoendoerffer
  • 1966 : La Guerre est finie d'Alain Resnais
  • 1969 : Z de Costa-Gavras
  • 1970 : L'Aveu de Costa-Gavras
  • 1972 : L'Attentat d'Yves Boisset
  • 1974 : Les Deux mémoires : réalisation et scénario
  • 1974 : Stavisky d'Alain Resnais
  • 1975 : Section spéciale de Costa-Gavras
  • 1976 : Une femme à sa fenêtre de Pierre Granier-Deferre
  • 1978 : Les Routes du sud de Joseph Losey
  • 1986 : Les Trottoirs de Saturne de Hugo Santiago
  • 1991 : Netchaïev est de retour de Jacques Deray : adaptation de son roman par Dan Franck et Jacques Deray
  • 1995 : L'Affaire Dreyfus d'Yves Boisset (TV)
  • 1997 : K d'Alexandre Arcady
  • 2010 : Ah, c'était ça la vie ! de Franck Apprederis (TV)
  • 2011 : Le Temps du silence de Franck Apprederis (TV)

Divers

  • 1967 : Je t'aime, je t'aime d'Alain Resnais (rôle)
  • 1998 : Che : Muerte de la utopia ? documentaire de Fernando Birri (témoignage)
  • 2005 : Dionisio Ridruejo, la forja de un demócrata documentaire de Pilar Serrano (témoignage)
  • 2008 : Bucarest, la memòria perduda documentaire d'Albert Solé (témoignage)
  • 2009 : La Traversée du désir d'Arielle Dombasle (témoignage)
  • 2009 : Les Chemins de la mémoire (Los caminos de la memoria) documentaire de José Luis Peñafuerte (témoignage)

Publié dans Ecrivains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article