Todt Fritz

Publié le par Mémoires de Guerre

Fritz Todt, né le 4 septembre 1891 à Pforzheim et mort le 8 février 1942 dans l'explosion en vol d'un avion. Ingénieur allemand de travaux publics, il était une figure importante du national-socialiste, fondateur de l'Organisation Todt. De 1940 à 1942, il est nommé ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions.

Todt Fritz
Todt Fritz
Todt Fritz

Fils d'un petit propriétaire d'usine, il étudie l'ingénierie à Karlsruhe et à l'université technique de Munich. Il prend part à la Première Guerre mondiale d'abord comme lieutenant dans l'infanterie (110e régiment) puis comme observateur pour l'aviation. Il conduit une escadrille et est blessé au combat, ce qui lui vaut d'obtenir la croix de fer. Après l'armistice, il finit ses études et rejoint la société civile d'ingénierie Sager & Woerner. Il devient membre du Parti national-socialiste dès 1922. Il devient Oberführer dans les SA en 1931 et complète à la même époque son doctorat (« Sources d'erreurs lors du revêtement des routes en asphalte »). À la suite de la nomination de Hitler comme chancelier, Todt devient inspecteur général pour les routes allemandes (Generalinspektor für das deutsche Straßenwesen) et est impliqué dans la nouvelle société pour construire le réseau autoroutier du Reich (Reichsautobahnen). Plus tard, il devient chef du Bureau central pour la technique (Leiter des Hauptamts für Technik in der Reichsleitung der NSDAP) et mandataire général pour le règlement de l'industrie du bâtiment (Generalbevollmächtigter für die Regelung der Bauwirtschaft).

En 1938 il fonde l'organisation Todt, dans laquelle sont associées des entreprises d'État, des entreprises privées et le Service du travail du Reich (Reichsarbeitsdienst). En 1940 il est nommé ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions (Reichsminister für Bewaffnung und Munition). En 1941, après l'invasion de l'Union soviétique, il est chargé de la remise en état de la restructuration des infrastructures dans les territoires russes occupés par la Wehrmacht. 1000 kilomètres d'autoroute seront construits par Fritz TODT et son organisation. Il devient de plus en plus distant des commandants de la Wehrmacht et d'Hermann Göring en 1941. Après une tournée d'inspection sur le front oriental, il se plaint à Hitler de la mauvaise qualité de l'équipement et des fournitures qu'il reçoit, suggérant qu'il valait mieux finir la guerre avec les Soviétiques. Il a été chargé de la mise en œuvre de la politique de fabrication des armements et des munitions. Il a une très grande connaissance des États-Unis et comprend en décembre 1941 que le Reich ne peut plus gagner la guerre, en raison de l'échec de l'armée allemande devant Moscou et de l'entrée en guerre des États-Unis. 

Ainsi, dans l'entourage d'Hitler, il préconise un changement d'orientation, notamment un arrêt de la guerre contre les alliés occidentaux de façon à concentrer l'effort de guerre sur la Russie. Le 8 février 1942, alors qu'il vient de quitter une réunion avec Hitler au Wolfsschanze, le quartier-général du Führer près de Rastenbourg en Prusse-orientale, son avion explose en vol et s'écrase. Son successeur comme ministre du Reich est Albert Speer, qui faillit prendre le même appareil. Selon toute vraisemblance, même si jamais aucune preuve n'en sera apportée, l'accident d'avion dont il est victime en février 1942 n'avait pas que des causes techniques. Le lieutenant-colonel Hans Baur (pilote personnel d'Hitler), a noté dans ses mémoires d'après-guerre que des témoins oculaires on vu un jet de flamme bleu sortir de l'arrière de l'avion (un He-111). Comme tous les avions militaires allemands pendant la guerre, il avait un kilogramme de dynamite rangé sous le siège du pilote qui pouvait être déclenché par la traction d'une petite chaîne. La place normale du Dr Todt lors de ses voyages aériens était dans le poste de pilotage à côté du pilote. 

Baur a théorisé que, en se pressant dans la petite cabine et dans le siège de son passager, Todt a peut-être accidentellement attrapé la boucle de ce cordon de traction sur un bouton latéral de sa chaussure, en activant à la fois la minuterie et le détonateur de la boîte. L'avion n'avait atteint que la fin du tarmac de l'aérodrome lorsqu'il a explosé à une altitude de 30 mètres et s'écrasant sur la terre. Une cérémonie mortuaire officielle est organisée à Berlin, où des dignitaires nazis et du gouvernement suivent son cercueil jusqu'au cimetière des Invalides de la ville. Les Alliés en 1945 ordonnent de détruire les monuments funéraires des anciens dignitaires du national-socialisme. Celle de Todt est donc détruite, mais sa dépouille est toujours en terre au cimetière des Invalides.

Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article