Glyn Elinor

Publié le par Mémoires de Guerre

Elinor Glyn, née le 17 octobre 1864 à Jersey (Îles Anglo-Normandes) et morte le 23 septembre 1943 à Londres (Royaume-Uni), est un écrivain, scénariste, productrice, réalisatrice et actrice britannique.

Glyn Elinor

Jeunesse et famille

Elinor Sutherland est née le 17 octobre 1864 à Saint Helier, Jersey, dans les îles anglo-normandes. Elle est la fille cadette de Douglas Sutherland (1838-1865), ingénieur civil d’origine écossaise, et de son épouse Elinor Saunders (1841-1937), d’une famille anglo-française établie au Canada. On a dit que son père était apparenté aux lords Duffus. Son père est décédé à l’âge de deux mois; sa mère est retournée chez ses parents à Guelph, dans ce qui était alors le Haut-Canada, en Amérique du Nord britannique (maintenant l’Ontario), avec ses deux filles. Ici, la jeune Elinor a été éduquée par sa grand-mère, Lucy Anne Saunders (née Willcocks), fille de sir Richard Willcocks, magistrat des premières forces de police irlandaises, qui a aidé à réprimer l’Emmet Rising en 1803. Le frère de Richard, Joseph, s’établit aussi dans le Haut-Canada, y publiant l’un des premiers journaux de l’opposition, cherchant la liberté et mourant en 1814. La grand-mère anglo-irlandaise instruisit le jeune Elinor sur les voies de la société de classe supérieure. 

Cette formation lui a non seulement donné une entrée dans les milieux aristocratiques à son retour en Europe, il a également conduit à sa réputation comme une autorité sur le style et l’élevage quand elle a travaillé à Hollywood dans les années 1920. Son grand-père maternel, Thomas Saunders (1795-1873), était un descendant direct de la famille Saunders qui possédait le manoir Pitchcott dans le Buckinghamshire depuis plusieurs siècles. La famille a vécu à Guelph pendant sept ans dans une maison de pierre qui se trouve toujours près de l’Université de Guelph. La mère de Glyn se remarie en 1871 avec David Kennedy, et la famille retourne à Jersey quand Glyn a environ huit ans. Ses études subséquentes chez son beau-père ont été faites par des gouvernantes. La sœur aînée de Glyn grandit pour devenir Lucy, Lady Duff-Gordon, célèbre comme créatrice de mode sous le nom de Lucile. 

Carrière

Mariage

À l’âge de 28 ans, Elinor, aux yeux verts et aux cheveux roux, se marie le 27 avril 1892. Son mari était Clayton Louis Glyn (du 13 juillet 1857 au 10 novembre 1915), un riche avocat dépensier et propriétaire foncier de l’Essex, descendant de sir Richard Carr Glyn, lord-maire de Londres du XVIIIe siècle. Le couple avait deux filles, Margot et Juliette, mais le mariage échoua par incompatibilité mutuelle. Glyn commence à écrire en 1900, en commençant par Visits of Elizabeth, sérialisé dans The World, un livre basé sur des lettres à sa mère, bien que dans ses mémoires, lady Angela Forbes affirme que Glyn l’a utilisée comme prototype d’Elizabeth. Comme son mari s’endettait à partir de 1908, Glyn a écrit au moins un roman par année pour maintenir son niveau de vie. Son mariage fut troublé, et Glyn commença à avoir des relations avec divers aristocrates britanniques. Son Three Weeks, sur une reine exotique des Balkans qui séduit un jeune aristocrate britannique, aurait été inspiré par sa liaison avec 16 ans de son fils Lord Alistair Innes Ker, frère du duc de Roxburghe, et cela scandalisait la société édouardienne. Vers 1907, Glyn fait une tournée aux États-Unis, ce qui amène Elizabeth à visiter l’Amérique (1909).

Glyn a eu une longue liaison entre 1907 et 1916 avec lord Curzon, l’ancien vice-roi de l’Inde. Philip de László, peintre de la Société, l’a peinte en 1912, à l’âge de 48 ans. Curzon est présumé l’avoir commandé et lui avoir donné les saphirs qu’elle porte dans le portrait. En 1915, Curzon loua la maison Montacute, dans le South Somerset, pour lui et Glyn, et lui demanda de la décorer. (Son mari mourut à l’automne, à l’âge de 58 ans, après plusieurs années de maladie.) Glyn étant éloigné de Londres, Curzon courtisa l’héritière Grace Duggan. Quand Glyn apprit leurs fiançailles en lisant les journaux du matin, elle brûla leurs 500 lettres d’amour dans la cheminée de la chambre et ne parla plus jamais à Curzon. Glyn est une pionnière de la fiction romantique, parfois érotique, destinée à un lectorat féminin, une idée radicale pour son époque, même si son écriture n’est pas scandaleuse selon les normes modernes. Dans son roman The Man and the Moment (1914), elle a inventé le mot « il » pour désigner une caractéristique qui « attire tous les autres par la force magnétique. Avec les TI, vous gagnez tous les hommes si vous êtes une femme, et toutes les femmes si vous êtes un homme. Les TI peuvent être une qualité de l’esprit et une attraction physique." Son utilisation du mot est souvent interprétée à tort comme un euphémisme de la sexualité ou de l’attrait sexuel. Pendant la Première Guerre mondiale, Glyn est devenu correspondant de guerre, travaillant en France. Le 28 juin 1919, à la signature du traité de Versailles, Glyn était l’une des deux seules femmes présentes. 

Veuvage

Après la mort de son mari, Glyn se rendit à Hollywood pour le tournage de son roman, The Great Moment. En 1919, elle signe un contrat avec la William Randolph Hearst’s International Magazine Company pour des articles et des articles qui incluent une clause pour les droits cinématographiques. Elle a été amenée d’Angleterre pour écrire des scénarios par la Famous Players-Lasky Production Company. Elle a écrit pour Cosmopolitan et d’autres titres de presse de Hearst, conseillant les femmes sur la façon de garder leurs hommes et donnant des conseils de santé et de beauté. Le Elinor Glyn System of Writing (1922) donne un aperçu de l’écriture pour les studios d’Hollywood et les éditeurs de magazines de l’époque. Du roman de 1927, "Il" : "Pour avoir 'Il', le possesseur chanceux doit avoir cet étrange magnétisme qui attire les deux sexes... Dans le monde animal 'Il' se manifeste chez les tigres et les chats, les deux animaux étant fascinants et mystérieux, et tout à fait immuable." Du film de 1927, "It" : "confiance en soi et indifférence quant à savoir si vous êtes agréable ou non". 

Glyn était le célèbre auteur de best-sellers du début du XXe siècle comme "It" Three Weeks, Beyond the Rocks et d’autres romans assez osés pour l’époque. Le scénario du roman Il a aidé Glyn à gagner en popularité en tant que scénariste. Cependant, elle n’est créditée que comme auteur, adaptatrice et coproductrice du projet. Elle a également fait une apparition dans le film. Elle est créditée avec le re-typage de Swanson de starlette gigoteuse à la star élégante. Le duo se reconnecta de nouveau lorsque Beyond the Rocks fut transformé en un film muet sorti en 1922 ; les stars du film réalisé par Sam Wood, Gloria Swanson et Rudolph Valentino, formaient un couple romantique. En 1927, Glyn a aidé à faire une star de l’actrice Clara Bow, pour qui elle a inventé le sobriquet "la fille It". En 1928, Bow joue aussi dans Red Hair, qui est basé sur le roman de 1905 de Glyn.

Scénarios

Elle fut l’une des scénaristes les plus célèbres des années 1920. Elle a 28 crédits de scénario, trois crédits de production et deux crédits de réalisation. Son premier scénario s’appelait The Great Moment et mettait en vedette Gloria Swanson. Glyn est à l’origine de nombreux scénarios dans les années 1920, dont Six Hours (1923). Three Weeks (1924) est l’une de ses œuvres les plus célèbres sur une reine dans un mariage difficile qui, en vacances, a une liaison de trois semaines avec un homme. En plus de cela, His Hour (1924), qui a été réalisé par King Vidor, Love’s Blindness (1926), un film sur un mariage qui est fait strictement pour des raisons financières seulement, Man and Maid (1925), sur un homme qui doit choisir entre deux femmes différentes, The Only Thing (1925), Ritzy Red Hair (1927), The Price of Things (1930) et Red Hair (1928). Trois scénarios basés sur les romans de Glyn et une histoire du milieu à la fin des années vingt, Man and Maid, The Only Thing, et Ritzy n’ont pas bien réussi au box-office, malgré le succès que Glyn a remporté avec son premier projet, The Great Moment, qui était dans le même genre. En 1930, elle a écrit son premier film non louche, Such Men Are Dangerous, son dernier scénario aux États-Unis. 

Elinor Glyn Ltd

Apart from being a scriptwriter for the silent movie industry, working for both MGM and Paramount Pictures in Hollywood in the mid-1920s, she had a brief career as one of the earliest female directors. Her family established a company in 1924, Elinor Glyn Ltd, to which she signed her copyrights receiving an income from the firm and an annuity in later life. The firm was an early pioneer of cross-media branding. Glyn returned home to England in 1929 in part because of tax demands. With her return she set out to form her own production company, Elinor Glyn Ltd. After she started the company, she began working as a film director as well. Paying out of her own pocket, she directed Knowing Men in 1930, which showed a more traditionalist view of men as sexual harassers. The project was a disaster, and the screenwriter Edward Knoblock sued Glyn so that the work could not be released. Elinor Glyn Ltd produced a second film in 1930, The Price of Things, which was also unsuccessful and was never released in the US. As her company failed and she exhausted her finances, Glyn decided to retire from film work and instead focus on her first passion, writing novels. 

Publications

  • The Visits of Elizabeth, 1900
  • The Reflections of Ambrosine, 1902
  • Candide Evangéline, J'ai lu, 1981 (The Vicissitudes of Evangeline, 1905)
  • Beyond the Rocks, 1906
  • Three Weeks, 1907
  • Elizabeth Visits America, 1909
  • Farouche Tamara, J'ai lu, 1981 (His Hour, 1910)
  • Inaccessible Zara, J'ai lu, 1981 (The Reason Why, 1911)
  • Halcyone, 1912
  • The Contrast, 1913
  • The Sequence, 1913
  • The Man and the Moment, 1915
  • The Career of Katherine Bush, 1917
  • Ardente Amaryllis, J'ai lu, 1981 (The Price of Things, 1919)
  • Mystérieuse Alathéa, J'ai lu, 1981 (Man and Maid, 1922)
  • Sauvage Kamala, J'ai lu, 1981 (The Great Moment, 1923)
  • Six Days, 1924
  • Love's Blindness, 1926
  • It, 1927
  • The Flirt and the Flapper
  • Love's Hour, 1932
  • Glorious Flames, 1932
  • Saint or Satyr, 1933
  • Sooner or Later, 1933
  • Did She, 1934
  • The Third Eye, 1940

Filmographie

Comme scénariste

Comme productrice

Comme réalisatrice

  • 1930 : Knowing Men
  • 1930 : The Price of Things

Comme actrice

  • 1921 : Le Cœur nous trompe (The Affairs of Anatol) de Cecil B. DeMille : joueuse de bridge
  • 1927 : Le Coup de foudre de Clarence G. Badger : elle-même
  • 1927 : Life in Hollywood No. 7
  • 1928 : Mirages (Show People) de King Vidor : elle-même (non créditée au générique)

Adaptations de son œuvre au cinéma

  • 1924 : Amours de Reine (Three Weeks) par Alan Crosland
  • 1924 : How to Educate a Wife par Monta Bell
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article