Blain Estella

Publié le par Mémoires de Guerre

Estella Blain, née Micheline Estellat le 30 mars 1930 à Paris et morte le 1er janvier 1982 à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), est une actrice et chanteuse française. 

Blain Estella

Carrière

Petite fille issue d'une famille modeste d'origine basque, ayant passé son enfance à Montmartre, tout près des studios Pathé-Cinéma au No 6 de la rue Francœur. Elle a un frère et deux sœurs, dont l'une, Jacqueline Estella, exercera la profession de conférencière .... Elle poursuit ses études jusqu'au brevet. Mais dans son quartier, elle voit les allées et venues des artistes qui viennent dans les studios Pathé de la rue Francoeur, où de nombreux films furent tournés pendant l'occupation. Estella Blain fait la quête dans les rues du Paris d'après-guerre en chantant et faisant l'artiste à la terrasse des cafés.

Partie vivre en province, elle revient à Paris en 1950, contre l'avis unanime de sa famille, avec pour tout bagage sa petite valise, sa beauté, son courage et son envie débordante de réussir. Elle s'inscrit pour quelques mois au Cours Simon et le suit avec assiduité, car il est le plus célèbre de l'époque. Au sortir de cette institution, elle entre chez "Gabrielle Fontan", qui dispense quelquefois - gracieusement - ses cours de comédie à de jeunes et futurs comédiens comme, Serge Reggiani, Rosy Varte, Roger Pigaut… et elle devient une comédienne confirmée et commence très vite à travailler, d'abord au théâtre du Grand Guignol dans L'énigme de la chauve Souris en 1953 en compagnie d'un jeune débutant, Michel Piccoli. Elle avoue avoir le trac dans cette première pièce, ce qui inquiète ses partenaires.

Elle est ensuite engagée par Jean-Louis Barrault qui dirige le Théâtre Marigny. En 1953, Hervé Bromberger, lui fait faire son premier film à 23 ans Les Fruits sauvages. Elle se transforme physiquement pour réussir. De brune dans son premier film qui est une couleur imposée par l'auteur, elle redevient blonde qui est sa couleur naturelle, et se fait réduire et refaire le nez. À la même époque elle rencontre, tombe amoureuse et se marie avec le jeune acteur Gérard Blain : par la suite elle va transformer son nom d'actrice en employant les deux patronymes pour devenir Estella Blain. Suivent 15 années de bonheur : théâtre, cinéma, télévision. Elle passe de la petite fille pauvre et timide, au statut de « star », en quelque temps. Maisons, voitures décapotables, tourbillon médiatique et artistique… Elle s’épanouit dans son métier et y trouve une certaine stabilité. Elle vit pleinement sa vie de jeune première débarquant à Paris et dont la destinée va s’envoler pendant 15 ans. 

Elle veut ressembler physiquement aux comédiennes de Hollywood des années 1950, coiffure, style d'habillement, maquillage, décolleté vertigineux mettant en valeur sa beauté physique cachée, ce qui lui permet momentanément de fuir les traumatismes de son enfance de par ses origines pauvres. C’est une revanche sur sa vie passée. Elle sort beaucoup et évolue dans le "Paris branché" décrit par Marcel Camus et fréquente entre autres des artistes comme Serge Gainsbourg et Jacques Perrin… Sur le plan professionnel, elle commence aussi une carrière internationale, mais ne joue que des seconds rôles, car les producteurs et metteurs en scène ne s'intéressent qu'à sa beauté et son physique avantageux. Elle se marie avec Gérard Blain 1953/1957, en secondes noces 1958/1970 épouse Michel Bonjean qui est le frère de la comédienne Geneviève Page, qui lui donnera un fils, Michel, en 1959. La même année elle achète une vieille ferme à Montfort-L'Amaury entourée d'un jardin car elle aime la nature. 

En 1971, elle vit une brève amourette avec Demir Karahan et c'est encore un échec. Elle gardera le nom de son premier mari Gérard Blain. Ses échecs amoureux et sa carrière en demi-teinte vont la marquer jusqu'à la fin de sa vie. Le seul homme sur lequel elle aura pu compter sera Pierre Lazareff, directeur de France-Soir, avec qui elle va entretenir une profonde amitié. Mais la mort de son ami en avril 1972, correspond au début de sa chute. Le métier change et évolue. Les cinéastes ne s'intéressent plus à elle et ne l'appellent plus même pour lui donner de petits rôles. Les vieux démons de son enfance resurgissent et lui tournent dans la tête. Une dépression nerveuse latente s'installe définitivement de par sa fragilité et sa sensibilité. Elle ne travaille quasiment plus à partir de 1973. 

L’habitude de prendre des médicaments antidépresseurs ne va pas l'aider. Cela augmentera petit à petit le décalage entre le personnage public qu’elle s'est créé et sa personnalité profonde cachée. Dans les années 1960, elle s'essaye à la chanson ayant composé plusieurs œuvres tristes et mélancoliques et apparait dans quelques émissions de télévision (dans Dim Dam Dom en octobre 1967 elle chante Solitude) et joue au théâtre d'une façon très irrégulière. Ses contrats sont de plus en plus espacés. Elle chantera en première partie d'un tour de chant de Nana Mouskouri à l’Olympia mais le public ne la suit pas. De 1977 à 1981, elle va utiliser toutes ses relations professionnelles pour faire travailler son fils qui deviendra bien plus tard comédien et metteur en scène. On la verra dans son dernier film L'Oiseau bleu diffusé à la télévision en décembre 1981. 

Décès

Le 1er janvier 1982 au matin, elle est retrouvée morte dans le jardin de sa maison qu'elle occupait avec son compagnon d'alors, à Port-Vendres dans les Pyrénées-Orientales. Elle s'est suicidée en se donnant la mort avec une arme à feu de son compagnon, se tirant une balle dans la tempe. Elle avait 51 ans. Pour son dernier voyage, son corps est transporté à Toulouse et incinéré au crématorium de Cornebarrieu en présence de nombreux artistes et gens du cinéma. 

Blain Estella

Filmographie

  • 1954 : Les Fruits sauvages de Hervé Bromberger : Maria Manzana
  • 1954 : Escalier de service de Carlo Rim : Une copine de Léo
  • 1955 : Tant qu'il y aura des femmes d'Edmond T. Gréville : Confidente d'Yvette
  • 1957 : Les Collégiennes de André Hunebelle : Marthe
  • 1958 : La Bonne Tisane de Hervé Bromberger : Thérèse
  • 1959 : Le fauve est lâché de Maurice Labro : Nadine
  • 1959 : Les Dragueurs de Jean-Pierre Mocky : Sylviane
  • 1959 : Des femmes disparaissent de Édouard Molinaro : Béatrice
  • 1960 : Colère froide de André Haguet : Catherine
  • 1960 : L'Ennemi dans l'ombre de Charles Gérard : Violaine
  • 1960 : Les Pirates de la côte (I Pirati della costa) de Domenico Paolella : Isabella
  • 1960 : L'Auberge du Cheval-Blanc (Im weißen Rößl) de Werner Jacobs : Klärchen Hinzelmann
  • 1961 : Tototruffa '62 de Camillo Mastrocinque : Diana
  • 1963 : Le Tout pour le tout de Patrice Dally
  • 1965 : La Corde au cou de Joseph Lisbona : Hélène
  • 1966 : Angélique et le Roy de Bernard Borderie : Madame de Montespan
  • 1966 : Le Diabolique docteur Z (Miss Muerte) de Jesús Franco : Nadja / Miss Muerte
  • 1967 : Vivre la nuit de Marcel Camus : Nicole
  • 1968 : La Puce à l'oreille (A Flea in Her Ear) de Jacques Charon : Defendant
  • 1969 : Les Têtes brûlées (Cabezas quemadas) de Willy Rozier : Lucia
  • 1971 : Les Nus de Salik Sencer - Film tourné en Turquie mais jamais sorti
  • 1972 : Le Franc-tireur ou Les Hasards de la gloire de Jean-Max Causse : La femme
  • 1974 : Le Mouton enragé de Michel Deville : Shirley Douglas

Théâtre

  • 1955 : Le Scieur de long de Marcel Moussy, Théâtre du Tertre
  • 1957 : La Mamma d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre de la Madeleine
  • 1960 : Hamlet de William Shakespeare, mise en scène Fernand Ledoux, Festival d'Alsace
  • 1962 : Les Oiseaux rares de Renée Hoste, mise en scène Alfred Pasquali, Théâtre Montparnasse
  • 1963 : C'est ça qui m'flanqu'le cafard d'Arthur L. Kopit, mise en scène Jean Le Poulain, Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1973 : Les Femmes au pouvoir d'Élie-Georges Berreby, mise en scène Christian Chevreuse, Théâtre des Mathurins
  • 1979 : La Cantate à trois voix de Paul Claudel, mise en scène Alexis Tikovoi, Festival L'Année des abbayes normandes

Télévision

  • 1955 : Une Enquête de l'Inspecteur Grégoire de Roger Iglésis, épisode : Meurtre Inutile
  • 1966 : L'Écharpe téléfilm d'Abder Isker : Marianne Auclair
  • 1968 : Au théâtre ce soir : La Duchesse d'Algues de Peter Blackmore, mise en scène Robert Manuel, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1971 : Le Soldat et la Sorcière, téléfilm de Jean-Paul Carrère : Justine Favart
  • 1973 : Les Sauvagines, série télévisée, épisode Pour une poignée d'herbes sauvages de Jacques Villa : Jenny
  • 1979 : La Dame aux coquillages, téléfilm de Charles Paolini : La dame
  • 1981 : Mon meilleur Noël, série télévisée, 1er épisode L'Oiseau bleu de Gabriel Axel : La mère
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article