Crouan Jean

Publié le par L'Histoire à la Loupe - LHL - Rodney42

Jean Crouan est un homme politique français né le 18 décembre 1906 à Quéménéven, et décédé le 9 octobre 1985 à Quimper, dans le Finistère. Après une licence en droit, Jean Crouan prend la direction d'une étude de notaire dans sa ville natale et devient membre du Conseil supérieur des notaires de France. Il entre en politique en 1935 en devenent maire de Quéménéven, et député l'année suivante, inscrit au groupe de la Fédération républicaine de France. Il n'a alors que 30 ans.

Mobilisé pendant la Campagne de France, il est fait prisonnier le 16 juin 1940 et s'évade le jour même. Il rejoint Vichy où, le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la Remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Bien que désigné comme membre du Conseil national de Vichy, il s'engage dans la Résistance, organisant un service d'évasion des prisonniers de guerre, créant un service de confection de faux documents d'identité, coordonnant la résistance des maires du Finistère contre les prétentions de l'occupant allemand, organisant également l'hébergement et le rapatriement des aviateurs américains.

Il est alors arrêté par la Gestapo en 6 mars 1943, et condamné à mort par le Conseil allemand de Quimper le 2 juin puis déporté le 1er juillet. Il arrive le 3 juillet à Hinzert en compagnie de Césaire de Poulpiquet. Après plusieurs camps, il est transféré à Dachau et libéré par les troupes américaines le 29 avril 1945. Nommé membre de l'assemblée consultative provisoire, il conduit une liste d'Union républicaine lors du scrutin de 1945 visant à élire la première Chambre constituante.

Élu, il siège au groupe du Parti républicain de la liberté, mais il est battu aux élections à la Seconde constituante de 1946 et aux élections législatives de la même année. En 1951, il figure en quatrième position sur la liste départementale du Rassemblement du peuple français, qui n'obtient que trois élus.

La même année, il devient conseiller général de Châteaulin et président du conseil général du Finistère. En 1955, il profite d'une élection législative partielle pour retrouver un mandant de député, cette fois-ci comme indépendant et paysan. Réélu en 1956 et 1958, il quitte définitivement le Parlement en 1962.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article