Dylewski Klaus

Publié le par Roger Cousin

L'Oberscharführer Klaus Dylewski est né le 11 mai 1916 à Finkenwalde (près de Stettin). 

Dylewski Klaus

Fils d’un mineur. Il a grandi près de Katowice parce que son père avait pris la nationalité Polonaise après la 1ère guerre. Scolarisé de 1922 à 1935, il a ensuite entrepris des études aéronautiques validées par un premier examen en 1938. Il interrompt ces études en 1939 pour s’engager dans la SS puis cherche à revenir sur cette décision pour reprendre ses études mais cela lui est refusé et il est envoyé à Dachau en tant que SS Totenkopf de régiment d’infanterie. À ce titre il participe à l’expédition de France.

En septembre 1940, il est muté en tant que Sturmbann à Auschwitz. Après un congé de quatre mois pour études, il est employé au service politique du camp (avec des périodes d’études en décembre 1942 / janvier 1943 et du printemps à l’été 44). Cela signifie qu’il prend part aux sélections. En novembre 1941 il est promu au grade d’Unterscharführer, et d’Oberscharführer en avril 1944. En août 1944 il est muté au bureau de l’administration centrale à Berlin pour la construction d’un ouvrage souterrain qui sera effectué par les prisonniers du camp de Hersbruck. En 1945 il n’est pas capturé et travaille comme adjoint horticole à Hambourg sous le nom de Peter Schmidt jusqu’en 1947. (Il réussira à conserver ce nom, avec de faux papiers, jusqu’en 1952).

Il reprend ensuite des études qui lui permettent de devenir professeur dans le domaine industriel, puis expert en matériel technique à Düsseldorf à partir de 1952 et jusqu’à la date du procès. Il s’était marié en 1943, avait eu une fille, puis avait divorcé en 1952 pour se remarier en 1953 et a de nouveau eu une fille. Au moment du procès, il annonce avoir des problèmes de santé (cerveau mal irrigué) qui auraient commencé lorsqu’il est allé à Auschwitz. Préventive d’avril à mai 1959, de décembre 1960 à mai 1961 et incarcéré d’octobre 1964 à 1968 où il est libéré.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article