Marcks Erich

Publié le par Roger Cousin

Marcks ErichLe général Erich Marcks, officier allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il fut notamment le commandant de la 101e division légère lors de la Bataille de Grèce au printemps 1941 et du LXXXIVe corps d'armée allemand en Normandie qui fit face au débarquement allié du 6 juin 1944. C'est à ce poste que le général Marcks se distingua de la majorité des officiers généraux allemands en jugeant possible voire probable un débarquement sur la côte normande. Il devait d'ailleurs proposer au kriegspiel de Rennes du 6 juin 1944 un plan d'invasion allié dont le centre de gravité était en Normandie.

Un prélude aéroporté avait été envisagé dans ce plan. Par ailleurs, il avait montré dès le mois de mai 1944 la fragilité de la défense du front de terre de la forteresse de Cherbourg lors d'un exercice avec le corps franc Messerschmitt. Il avait fait déboucher celui-ci entre deux Widerstandsnest, précisément là où les troupes du général Collins déboucheront. Dietrich von Choltitz lui succéda à ce poste. Concernant sa psychologie, on peut faire remarquer que le général Marcks était doué d'un esprit courageux voire téméraire, n'hésitant pas à prendre la tête de ses hommes. C'est de cette manière qu'il sera très grièvement blessé le 26 juin 1941 sur le front russe. Il meurt au milieu de ses soldats dans un fossé le 12 juin 1944 peu après l'attaque aérienne de sa voiture. Il recevra à ce titre et ce à tire posthume les Eichenlaub.

Il est passé à la postérité grâce au film Le Jour le plus long dans lequel son côté peu orthodoxe et brillant est largement mis en valeur. Le film voit dans les dernières scène une allusion très claire à sa mort, lorsque son aide de camp passe devant lui au soir du 6 juin portant valises et lui expliquant "il faut partir Herr General, la route est constamment attaquée par les avions". Ce dernier répondant mi ironique, mi détaché "ah oui, vraiment ? ". Il est le fils de l'historien Erich Marcks.


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article